pierre guerrini
Abonné·e de Mediapart

604 Billets

3 Éditions

Billet de blog 12 juil. 2016

pierre guerrini
Abonné·e de Mediapart

La Révolution végane de l'O.N.U.

Une baisse – draconienne – de la consommation de produits d'origine animale est nécessaire pour sauver le monde des pires impacts du changement climatique, rapporte l'ONU. Car selon l'Organisation des Nations Unies, l'agriculture induit et entraine une forte hausse de la consommation de combustibles fossiles.

pierre guerrini
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une baisse - draconienne -  de la consommation de produits d'origine animale est nécessaire pour sauver le monde des pires impacts du changement climatique, rapporte l'ONU.

Ferme-ranch d'élevage, à Estancia, Bahia, Mato-Grosso, Brésil.  Ph.: Daniel Beltra / Greenpeace

Selon l'ONU, l'agriculture induit et entraine une forte hausse de la consommation de combustibles fossiles, parce que les deux augmentent rapidement avec une croissance économique accrue.
Un changement global de l'alimentation mondiale vers un régime végétalien est absolument vital pour sauver le monde de la faim, de la carence de carburant et la soustraire aux pires impacts du changement climatique, selon un rapport éloquent, pdf, de l'ONU.
Comme la population mondiale est donnée avoisinant les 9,1 milliards de personnes d'ici à 2050, les inclinaisons des occidentaux pour les régimes alimentaires riches en viande et en produits laitiers ne sont plus viables, selon le rapport du Programme des Nations Unies pour l'Environnement ( U.N.E.P.) du panel international de la gestion durable des ressources.
« La croissance en exponentielle de la population mondiale pèse sur l'agriculture et va impacter considérablement  la consommation de produits d'origine animale. Contrairement aux énergies fossiles, il est difficile de chercher des alternatives:  les gens doivent manger.

Une réduction substantielle des impacts ne serait possible qu'avec un changement substantiel, au niveau planétaire, de régime alimentaire, d'où serait bannie  la consommation de tout produit d'origine animale. »
Professeur Edgar Hertwich, l'auteur principal du rapport, a déclaré:  « Les produits animaux causent plus de dégâts que n'en cause la production  de minéraux et de matériaux de construction, tels sables et ciments, plastiques ou métaux. La biomasse et les cultures spécifiques pour les animaux sont aussi dommageables que la consommation de combustibles fossiles » .

votre dernier steak ...
La recommandation suit les conseils et avis, formulés l'an dernier, que le régime végétarien était le meilleur et seul salvateur pour la planète, par Lord Nicholas Stern, ancien conseiller du gouvernement travailliste sur l'économie du changement climatique. Dr Rajendra Pachauri, Président du Groupe d'experts intergouvernemental de l'ONU sur les changements climatiques (G.I.E.C.), a également exhorté les gens à observer une journée sans viande par semaine pour réduire les émissions de carbone.
Le groupe d'experts a classé les produits, les ressources, les activités économiques et de transport en fonction de leurs impacts environnementaux. L'agriculture était sur un pied d'égalité avec la consommation de combustibles fossiles parce que les deux augmentent rapidement avec la croissance économique accrue.

Ernst von Weizsäcker, un spécialiste de l'environnement qui a co-présidé le groupe, a déclaré: « La prospérité croissante provoque et enclenche un changement dans l'alimentation qui se porte sur la viande et les produits laitiers - le bétail consomme maintenant beaucoup des cultures de par le monde et, par inférence, beaucoup d'eau douce, des quantités d'engrais et de pesticides. »
Tant l'énergie que  l'agriculture doivent être « découplées » de la croissance économique, car les impacts environnementaux augmentent d'environ 80% avec l'augmentation par deux du revenu.

Achim Steiner, le directeur de l'ONU, sous-secrétaire général et exécutif du P.N.U.E., a déclaré: « La croissance de la dégradation de l'environnement est le défi numéro un des gouvernements dans un monde de hausse du nombre de personnes, de hausse des revenus, des demandes et besoins de consommation et devant le défi persistant de la réduction de la pauvreté. "

Le panel, qui a regroupé de nombreuses études, y compris l'évaluation de l'écosystème du millénaire, cite les pressions suivantes sur l'environnement comme des priorités pour les gouvernements du monde entier :  le changement climatique, le changement de l'habitat, le gaspillage d'azote et de phosphore dans les engrais, la surexploitation de la pêche, forêts et autres ressources, les espèces envahissantes, l'eau non potable et de l'assainissement, l'exposition au plomb, la pollution de l'air en milieu urbain et l'exposition professionnelle aux multi-particules.
L' agriculture, en particulier la viande et les produits laitiers, représente 70% de la consommation mondiale d'eau douce, 38% de l'utilisation totale des terres et 19% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, selon, toujours,  le rapport, qui a été publié pour coïncider avec la journée mondiale de l'environnement des Nations Unies.

L'agriculture est de loin l'utilisation la plus importante : plus de 70% de la consommation mondiale d'eau douce est utilisée dans ce secteur.
L'année dernière, l'Organisation des Nations-Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture a déclaré que la production alimentaire devrait augmenter globalement de 70%, d'ici 2050, pour nourrir  la population mondiale qui accuse une démographie galopante. Le panel  indique que les gains d'efficacité dans l'agriculture seront balayés par la croissance prévue de la population.
Prof. Hertwich, par ailleurs, également, directeur du programme d'écologie industrielle à l'Université Norvégienne des Sciences et Technologies, a déclaré que les pays en voie de développement - où sont attendus les pics majeurs de croissance des populations - ne doivent pas suivre le modèle occidental d'une consommation accrue.

« Les pays en voie de développement  ne devraient pas suivre notre modèle. Mais il nous appartient de développer les technologies, par exemple, les méthodes d'énergie ou d'irrigation renouvelables.»

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28