Rroms, le camp de la Folie à Bobigny, fin de nettoyage

Les bonnes surprises de l'été, ce sont les immanquables hausses estivales, décidées en louce-dé par nos vaillants politiques, hausse des tarifs des services, et autres petites crapuleries de dessous le manteau... 

Exemple:  Fini le 1% du livret A. Son taux passe au 1er aout, au dessous du seuil symbolique, et va culminer à 0,75% pour les 61 millions de répliques du bas de laine chéri des français.

 

" La baisse de la rémunération est censée favoriser la croissance et la construction de logements sociaux. En effet, un taux plus bas permet notamment à la Caisse des dépôts, qui centralise 65 % de l’épargne du Livret A, d’octroyer des prêts moins onéreux, aux organismes HLM par exemple. "

                                     

 

La relance de la construction de logements sociaux, au vu de la clochardisation longtemps rampante et maintenant grave accélérée d'une partie toujours croissante de la population de ce pays, voir la démultiplication du nombre d'associations créées pour tenter de palier aux conséquences catastrophiques du manque d'habitat et du nombre de sans-abris, ou de logements précaires, ou insalubres ou ... liste sans fin dans le pays des modes de déshérence ou de malhérence généralisée à toutes les couches de la population, la relance de la construction de logements sociaux est d'une absolue nécessité et d'une urgence crasse.

« L’objectif  [de la baisse du taux] est double : garantir le pouvoir d’achat des épargnants et favoriser l’investissement du secteur du logement social avec un gain de plus de 300 millions d’euros » dixit Sapin.

Espérons que ceux qui en ont le plus besoin ne soient pas les seuls à n'en pas bénéficier... du gain social

Et s'il est une chose que les périodes estivales n'entravent pas et ne gâchent pas, c'est bien la détermination jamais prise en défaut des pouvoirs publics d' entreprendre et d'assainir, de nettoyer et de faire place nette, vite et par le vide, c'est à dire que le rythme de croisière maintenant bien établi et soutenu des expulsions et destructions de camps de Rroms se poursuit.

Tandis qu’un travail de relogement se mettait en place sur le terrain de la rue Truillot à Ivry, le préfet a pris la décision d’expulser le 8 juillet au matin la soixantaine de familles qui n’ont pas bénéficié d’aide à un relogement. Choisissant ainsi, comme le souligne le journal L’Humanité, une solution plus couteuse et moins humaine.

Ajoutons à ce choc, celui dont on parle moins souvent concernant la sélection « des familles à ne pas prendre en compte dans un diagnostique » de relogement tel qu’il a eu lieu sur ce terrain.

Ainsi la mairie communiste trouvait une solution d’hébergement pour 22 familles, - ce qui change un peu du « qui n’ont pas vocations à rester en France » et laissait sur le carreau du bidonville expulsable des familles les plus démunies, avec des malades graves, et des enfants scolarisés. Des enfants a qui hypocritement, comme à ceux du terrain de la folie de Bobigny, on a « laissé » finir l’année scolaire avant de raser leur maison et leur affaires avec.

Entre aujourd’hui lundi 20 juillet et mardi 21matin 7h00, le terrain de la folie sera envahie par les forces de l’ordre pour y faire fuir tous ceux qui pourraient encore croire pouvoir rester.

Arrêt La Folie, Bus 747 Tout le monde descend. Fin de parcours pour une longue halte. L'exode reprend. Sur les routes de France. Sinusoïdale de l'horreur. Le seigneur de la mort inéluctable, tel un fou buvant du poison, réalise sa propre ruine.

Un appel est lancé afin d’être présent sur les lieux, auprès des familles, des équipes éducatives et voisins inquiets de ce que vont devenir ces personnes présentes à Bobigny depuis de nombreuses années pour la plupart.

Notre dernière livraison alimentaire sur ce camp a donc eu lieu dimanche matin… Ses habitants sont totalement perdus, ne savent où aller… Ils ont promis d’envoyer un SMS dès qu’ils seront posés quelque part.

Cela ne cessera donc jamais ??? Non, car personne de sensé ne dispose des moyens pour siffler cette fin de partie.

Communiqué de presse du collectif Roms et Bulgares de Bobigny

Les habitants du bidonville situé à la Folie à Bobigny ont été avertis d’une évacuation prévue ce mardi 21 juillet au matin.

18 des familles qui vivent là ont occupé ce terrain après leur expulsion du Pont de Bondy en 2012. 

D’autres les ont rejointes au fil des évacuations, dont, l’an dernier, des familles venant des Coquetiers. Ce qui montre que les évacuations à répétition ne servent à rien : les habitants de La Folie s’ajouteront aux 3947 personnes expulsées de leurs lieux de vie au premier semestre 2015, dont 65% en Ile de France, selon un recensement de la LDH et ERRC, si aucune proposition pérenne alternative au bidonville ne leur est faite.

Sept ministres avaient pourtant signé en 2012 une circulaire exigeant la recherche de solutions avant les expulsions, mais les habitants de la Folie n’ont reçu aucune proposition.

A la Folie, vivent des personnes âgées malades, de très jeunes enfants, des élèves d’au moins trois écoles de la ville (Marie Curie, Pasteur, Victor Hugo). Cette expulsion n’aura pour résultat que de les rejeter vers plus de précarité, dans un autre bidonville.

Nous serons présents et nous vous appelons à nous rejoindre pour leur témoigner votre soutien mardi matin à partir de 7h00 au Pont de la Folie, rue de Paris à Bobigny  (bus 147, arrêt La Folie).

Le terrain de la folie, pont de la folie, à Bobigny a été vendu à l’aménageur Sequano société mixte mixte (67,54 % public, 32,46 % privé) qui a pour objectif de construire une ZAC sur cette ancienne décharge laissée durant plusieurs années habitée par de nombreuses familles.

Cette ZAC dénommée sur les panneaux publicitaires-informatifs : « Ecocité ».

 

Cet aménageur porte de nombreux « projets de réaménagements » de nos villes puisqu’il travaille à la construction du Grand Paris. Leurs projets s’étendent de Bondy, Noisy-le-sec, Pantin, Bobigny, Saint-Ouen, Rosny-sous bois, le Pres-Saint-Gervais, à Aubervilliers, Montreuil etc... Un très très gros morceau en somme.

(ci dessous la liste des membres du conseil d’administration qui devraient se sentir concernés par la mise à la rue de ses familles)

 



Photos : BSB

Archives
Tiré du Parisien décembre 2014 

Le tribunal de grande instance (TGI) de Bobigny a rendu lundi soir son délibéré concernant le camp rom de la Folie, situé à Bobigny. Le campement devrait être évacué en juillet 2015. L’aménageur Sequano, qui doit construire sur ce terrain une partie de la future ZAC Ecocité, a en effet demandé l’évacuation du site il y a plusieurs mois déjà.

Selon les associations de défense des Roms, près de 250 personnes vivraient dans ce camp. Avec celui des Coquetiers, évacué en octobre, le camp de la Folie est le deuxième gros campement illégal de Bobigny. Le maire UDI, Stéphane de Paoli, avait fait de l’expulsion des camps roms illégaux l’une de ses priorités lors de sa campagne pour les municipales.


Le terrain de la folie, Bobigny /Photo : BSB


- Alors que de nombreuses propositions de solutions ont été faites pour que les habitants puissent être relogés et vivre dignement,
- Alors que tous les enfants du bidonville vont à l’école,
- Alors que toutes les familles ne souhaitent qu’une chose : s’insérer et vivre en paix au sein de la société française,
- Alors qu’il a les mains pleines pour pouvoir prendre la bonne décision,

Le préfet a choisi

- De préférer la propriété plutôt que les droits humains fondamentaux,
- De dépenser l’argent public pour expulser les gens plutôt que leur permettre de vivre dignement,
- D’utiliser son pouvoir pour repousser le problème un peu plus loin plutôt que le résoudre une fois pour toutes,
- D’opter pour une politique absurdement coûteuse plutôt qu’une gestion saine et pérenne de l’insertion des personnes.

Nous refusons cette politique cynique.
Nous refusons ce mépris de la dignité humaine.
Nous refusons que l’on chasse les pauvres plutôt que la pauvreté.

 


Composition du conseil d’administration de SEQUANO AMENAGEMENT :
10 membres, conseillers départementaux de la Seine-Saint-Denis source site : http://www.sequano.fr/

Michel FOURCADE : Président de Séquano Aménagement
Belaïde BEDREDDINE : Vice-président de Séquano Aménagement
Corinne VALLS
Abdel SADI
Nadège ABOMANGOLI
Dominique DELLAC
Frédérique DENIS
Mathieu HANOTIN
Yvon KERGOAT
Séverine MAROUN

Les autres représentants :

représentant la ville de Bobigny : Christian BARTHOLMÉ
représentant de l’Assemblée Spéciale des villes : Carinne JUSTE
représentant la Caisse des Dépôts et Consignations : François ÉLIA
représentant la Caisse d’Epargne : Nathalie SZCZEPANSKI
représentant l’OPH93 : Marlène DOINE
représentant logirep : Corinne TARDIF
représentant société SAFIDI (groupe EDF) : Karine BLAISBOIS

Les censeurs :

représentant le Groupe Fayat : Laurent FAYAT
représentant le Groupe RaZel-Bec : Jérôme PERRIN
représentant la C.C.I.P : Bruno LAUBARD
Monsieur David GALLIENNE

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.