pierre guerrini
Abonné·e de Mediapart

604 Billets

3 Éditions

Billet de blog 23 mai 2013

Con d'arabe ! Une si jolie petite-ville ...

pierre guerrini
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

      La place St-Sauveur

Manosque ... En France... Une si jolie petite ville ... Sa place, sa fontaine, ses platanes, juste devant l'église  ... " Con d'arabe ! "... La place St-Sauveur  " Con d'arabe ... " ...  " T'as pas honte ! " ...

« T’as pas honte de porter ce T-shirt, mais si tu l’aimes tant ton Algérie, t’as qu’à y retourner ! » .  C’était le 16 mars 2012.

A la fin de l'époque précédente, dite de la grande glaciation ... Autrement dit, quand les responsables de la France Sarkozyste  avaient décidé qu'il serait bon et légitime pour la France-de-souche qu'elle se désinhibe ... 

D'une France, maintenant,  pluri-désinhibée, d'une France meurtrie, émaillée de partout, pas mal groggy  - droite-extrême le vent en poupe,  propos et agressions de gays, maltraitance et pogroms anti-Roms, anti-islamisme, haines et ressentiments anti-arabes-musulmans-pauvres qui couvent ... -  patrie des droits de l'homme, émaillée d' impacts néfastes d'une nauséeuse grêle continuelle qui jette un discrédit par trop durable sur l'authenticité de la République,  la valeur des propos de ses élites et sur la réalité des sentiments qui les animent et aux conséquences réelles des actions qu'ils initient.

Avec qui claque au vent, l'oriflamme, partout brandi, et repris en cœur de  " la France, on l'aime, ou, on la quitte ! ",  les mœurs se détendent, le bien-être se répand et les tensions se relâchaient  " Con d'arabe ! ", et, aussi, accessoirement, parmi son infâme cortège, les coups.  Volée et pluie de coups en rafales ...!  Violence raciste au cœur de la douce Manosque, l'une de ces petites villes paisibles et ensoleillées du Sud-Est de la France.

Arezki Benouali a quatorze ans, collégien en classe de 3 em, d'origine Algérienne,  il est blond et a les yeux bleus,  il est avec trois camarades, français de souche, sur la petite place, entre fontaine et église, à l'ombre des platanes. Quand  ..." Con d'arabe "  les limites basculent, le mouvement s'inverse, le sol se dérobe, le temps suspend son vol, la tragédie se noue.

La suite, qui mieux qu'une mère ...  C'est donc  la maman d'Areski qui la racontait.

"  - Nadia Benouali, après cette première insulte raciste, quel a été l’enchaînement des événements ?

Son agresseur ne se contrôlait plus et l’a injurié de plus belle.  « T’as pas honte de porter ce T-shirt, mais si tu l’aimes tant ton Algérie, t’as qu’à y retourner ! ».  Mon fils, interloqué, lui a alors répondu :  « Mais pourquoi vous me dites ça, je ne vous connais pas ? », et l’homme de 68 ans de rétorquer : « Tu vas apprendre à me connaître », tout en giflant violemment Arezki avec ses deux mains. Les amis de mon fils ont réagi en criant « sale raciste, tu n’as pas honte ! ».  Mais rien ne pouvait arrêter ce forcené qui a fait tomber mon garçon, et lui a donné plusieurs coups de pied. C’est sa femme qui lui a dit d’arrêter, mais sans pour autant venir en aide à mon fils. D’ailleurs personne, parmi les gens qui étaient sur la place au moment de l’agression, ne s’est interposé pour le secourir.

- Les amis d’Arezki ont suivi le couple, qui a été clairement identifié, votre beau-frère a appelé la police qui est arrivée sur les lieux, mais l’individu n'a pas été interpellé. Que s’est-il réellement passé ?

La police s’est contentée de prendre les coordonnées de l’agresseur, lequel a reconnu les faits, mais en le laissant tranquillement repartir chez lui, sans le placer en garde à vue, en nous disant qu’il ne s’envolerait pas… Nous étions atterrés. J'ai fait d'ailleurs un malaise et j'ai été hospitalisée. Le pire restait à venir, lorsque nous avons porté plainte au commissariat. Nous avons eu droit à un accueil déplorable de la part de l’inspecteur de police, qui manifestement ne portait pas les arabes dans son cœur. Dur, méchant, méprisant, il a exercé des pressions inacceptables sur mon fils, alors sous le choc de l’agression, pour qu’il reconnaisse une part de responsabilité dans les faits.

"T'as pas fait un bras d'honneur ?" répétait-il.

De victime, Arezki était devenu le coupable idéal. Je me suis plainte auprès du Préfet des agissements de ce policier, et ce dernier a été rétrogradé. Il n’était pas à son coup d’essai.

- Votre fils a été gravement blessé à la jambe, mais là encore, après la police, l’hôpital traite son cas avec mépris et une incroyable désinvolture.

Arezki a même été humilié par la femme médecin légiste  - un comble ! -  vers qui on m’a orientée, qui l’a fait mettre tout nu, contre sa volonté et la mienne, alors qu’il souffrait de la jambe et qu'il était griffé au cou. Elle prenait plaisir à minimiser sa douleur et ne lui a prescrit que 2 jours d’ITT. C’est mon médecin de famille que j’ai consulté par la suite, très inquiète de voir mon fils boiter de plus en plus, qui nous a dit la réalité sur son état et nous a conseillé de voir un chirurgien.

A un stade critique, l’état de mon fils nécessitait une opération urgente de la hanche. Le 3 juillet, Arezki a subi une intervention chirurgicale délicate, son fémur s’était déplacé, et il risquait la prothèse plastique à 14 ans ! Il a passé l’été dans un fauteuil roulant, avec l’interdiction de poser le pied pendant 45 jours, ses journées se déroulant entre des soins infirmiers et le kiné. Traumatisé, ayant peur de représailles, d’une grande nervosité, il a dormi pendant plus de deux mois dans notre chambre.

- Le 24 mars  ( 2012 ),  vous décidez d'organiser une manifestation pacifique pour dénoncer l’agression de votre fils. Mais vous en avez été dissuadée. Par qui et comment ?

Oui, effectivement. Les affiches étaient prêtes, ma famille, nos amis, les camarades de mon fils, tout le monde se mobilisait. Je suis née à Manosque, mes parents y sont arrivés en 1950, et nous sommes parfaitement intégrés localement. Mais j'ai été convoquée à la mairie de Manosque, en présence du maire UMP, du sous-préfet, du commissaire de police, et là, après un accueil compatissant, on m’a fait comprendre que le moment était mal choisi pour manifester.  « Manosque à feu et à sang »,  « Faites confiance à la justice française »,  sans oublier une allusion à l’affaire Merah, on m'incitait ni plus ni moins à me taire et à me faire discrète.

- Vous venez de faire appel du jugement particulièrement clément qui a condamné l’agresseur d’Arezki à seulement 6 mois de prison avec sursis et à verser des dédommagements.

Oui, ce jugement est indigne, et pourtant il y avait 5 chefs d’inculpation dont   « violences aggravées sur mineur de moins de 15 ans et agression physique, verbale, à caractère raciste ».

Le procureur en septembre avait même lancé à l’agresseur  « Vous faite honte à la nation ».  L’acte est gravissime, l’argent on s’en moque, ce que l’on espérait c’est que la justice, dont nous attendions tant, rende justice à Arezki, qui est une fois de plus nié et humilié par ce verdict.

Lui qui était si gai a perdu sa naïveté d’enfant, il est très marqué par cette épreuve douloureuse, tant psychologiquement que physiquement. Il a enfin quitté son fauteuil roulant, pour marcher à l’aide de béquilles, fort heureusement il est bien entouré par ses camarades de classe qui l’aident beaucoup, et la direction du collège lui a réservé le meilleur accueil à la rentrée.

Le plus triste dans tout cela, c’est qu’Arezki a pris conscience de sa différence et se sent désormais étranger en France. On l’a renvoyé à ses origines de manière violente et il en portera les stigmates à vie. Même sa petite sœur de 7 ans m’a dit l’autre jour : « Maman, je croyais que j’étais française ».  "

Qu'on se le dise, les vents mauvais soufflent toujours ... Ils viennent simplement d'ailleurs et autrement.

Ce n’est pas l’issue de ce procès qui était de nature à cicatriser la blessure de toute une famille et à atténuer les séquelles d’Arezki, à jamais marqué dans son âme et douloureusement dans sa chair.  Souffrant d’un fémur déplacé, le jeune garçon a subi une intervention chirurgicale qui l’a contraint à passer l’été 2012 dans un fauteuil roulant, suivie d’une longue période de rééducation.

Aujourd’hui, Nadia Benouali souhaite lancer un appel à tous ceux susceptibles de lui prodiguer des conseils juridiques avisés, voire de lui apporter concrètement une assistance juridique.

En effet, après deux expertises physiques qui ont attesté de l’état d’Arezki en vue d’évaluer la hauteur du préjudice,  Nadia Benouali vient d’apprendre le décès de son avocat et se retrouve démunie, n’ayant pu obtenir de rendez-vous avec son successeur sans aucune justification de sa part. Sur le plan associatif, cette dernière s’était tournée vers le MRAP local, mais là encore, son interlocutrice privilégiée est partie, personne n’ayant pris le relais.

Nadia Benouali ne cesse de se battre depuis le jour où le destin de son jeune fils a basculé dans l’horreur du racisme. Surmontant un diabète qui la fait souffrir depuis des années, cette mère-courage refuse de baisser les bras devant toutes les déconvenues qui ont jalonné son véritable parcours du combattant pour faire reconnaître le statut de victime d'Arezki.

Si vous êtes juriste, responsable ou membre d’une association, ou si vous avez été confronté à pareil cas juridique, Nadia Benouali vous remercie sincèrement par avance de votre aide précieuse.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l'écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse