Très-vieux Bastia… Un patrimoine en danger …

suite



Par Françoise Guerrini



Les coûts des réhabilitations du quartier du  Puntettu


Petits rappels…


                Parallèlement à la demande de protection de la maison Montesoro, par la Drac au titre des monuments historiques,  le comité de quartier «  Salvemu u Puntettu  »  défend  un projet de réhabilitation du quartier sans démolitions,  projet initialement adopté par la mairie de Bastia en 2000,  et,  contractualisé avec l’état,  puis brutalement abandonné 5 ans plus tard, au profit d’un plan de démolition de 20% du quartier, assorti  de l’édification de nouveaux bâtiments.

 

2013042411h4955.png

 

 La mairie de Bastia projette plus précisément, la construction de, entre autres, «  parking résidentiel, place publique  et immeuble de type investisseur  de 20 logements , qui aura vue sur le vieux port après la destruction de la bâtisse du XVIIe »  ( 1 rue du Mulet ).

Certaines  démolitions sont prévues dans le cadre d’un classement des bâtisses, en  « insalubrité irrémédiable »  , tandis que d’autres immeubles concernés sont viables et habités  - seule une déclaration d’utilité publique signée par le préfet autorise  alors la démolition - .  Par ailleurs,  il est à noter que le rapport de la Socotec qui aboutie au classement en insalubrité irrémédiable a été attaqué,  la contre-expertise notant le cout parfois modéré de travaux de réhabilitation.

 Le comité pointe et dénonce l’absence de concertation et le secret qui ont prévalu dans ce dossier,  et le flou portant sur la réalisation finale des projets de la municipalité   « construction d’immeubles neufs, locatifs ou intermédiaires »,  « nous n’avons pas de projet précis, simplement une ébauche » sont entre autre les termes utilisés par la Mairie de Bastia.

Ce projet de démolition ne fait pas acte des  projets de réhabilitation notant des structures facilement réhabilitables,  et du souhait des habitants et propriétaires qui souhaitent y rester .

Dès 2008, les habitants du quartier et de Bastia ont manifesté leur opposition lors de la présentation de ce projet,  pourtant, la municipalité refuse toujours  d’examiner un projet alternatif basé sur la conservation et l’amélioration d’un patrimoine unique,  qui maintiendrait le bâti existant en le rénovant et en améliorant les espaces publics pour un cout bien inférieur à celui estimé pour les programmes retenus.

 

Les détails…

En 2001 un contrat entre la municipalité de Bastia et l’ État, prévoit la réhabilitation complète du quartier sans démolitions, avec une aide aux copropriétés et aux  propriétaires  qui entameront des travaux.

« En ce sens, les habitants du Puntettu expliquent qu'ils cherchent depuis 2001 à remettre de l'ordre dans les copropriétés pour réhabiliter leurs immeubles.  A des rythmes différents, ils se sont inscrits dans le schéma d'aide à la réhabilitation proposé alors par la mairie, qui garantissait le maintien du patrimoine historique avec ses habitants, y compris les moins aisés » .

En 2006,  la municipalité modifie complètement son projet :  

Dans le nouveau programme dit de requalification des centres anciens, d’abord ORU  - extension de la rénovation des quartiers sud au centre ancien -  puis PNRQAD, en 2011, la municipalité fait surgir un plan de démolition d’un quart du Puntettu, stoppant brutalement les démarches engagées pour structurer les copropriétés.

 

2013042414h0720.png

 

      Le comité met en avant que...  « Contrairement aux affirmations des représentants de la mairie, sur les 5 immeubles prévus à la démolition, 3 copropriétés ont pris forme, 2 existent et travaillent véritablement.  Ces 5 immeubles condamnés sont calmes.  A l'image du quartier, il y fait bon vivre.  Construits sur Terra Vecchja, à l'époque où Bastia n'était encore que Portu Cardu, ils témoignent de  l'origine de la ville et participent à la cohésion d'un quartier qui constitue l'âme de Bastia.  C'est cette réalité, soutenue par de nombreux Bastiais,  que le comité entend défendre  » .

 

Dans le nouveau montage administratif ,

           4 immeubles doivent être détruits et non plus rénovés,

           -   1 bâtisse insalubre non irrémédiable

           -   3 bâtisses non insalubres, immeubles viables et habitées  -  dans ce cas la démolition nécessite une déclaration d’utilité publique que seule le préfet peut signer.

              2 rue du bastion/ 1 rue des mulets/ angle rue du bastion, rue des mulets/angle rue de l’huile, rue des mulets

      Ces bâtiments seraient démolis car ils empêchent la réalisation du parking souterrain.

 

         Par ailleurs,  3 bâtisses sont classées en insalubrité irrémédiable:

                            11 rue des mulets , 2 rue de Giuletta /4 rue du Puntettu,12 rue du Puntettu

Sont présents à ces adresses, entre autres : un escalier extérieur typique moyen (11 rue des Mulets) moyen âge/renaissance datant du XIIIe XIVe siècle, un immeuble très ancien à base inclinée en forme de tour (2 rue de Giuletta), la Maison Montesoro du XVIIe faisant office par la Drac une demande de protection (2 rue du Bastion), loggia et arcades inter immeubles menacées (rue de l’huile, rue des mulets).


" Si la mairie prend comme arguments, parmi d'autres, l'insalubrité et la délinquance, les habitants ont souligné qu'à leurs yeux le quartier est on ne peut plus tranquille, et que leur habitat n'est pas insalubre.  Qui plus est, certains habitants ont totalement rénové leur appartement très récemment, et s'inquiètent de voir l'argent investi dans cette rénovation partir en fumée si ces immeubles devaient être détruits, d'autant plus que ceux-ci proposent un projet global de rénovation. "         Julien Pernici -  Radio Alta Frequenza.

Ce quartier ne connait pas de délinquance. Ce quartier a gardé un esprit de village fait de tranquillité et de solidarité. Toutes les origines se mélangent dans le respect et la convivialité.


Exemples,  parmi tant d'autres, d'intérieurs de bâtisses classées en insalubrité irrémédiable :

2013042319h0334.png

2013042319h0424.png

 

Des méthodes douteuses ?

La fragilisation  du 2 rue de Giuletta a été causée par les travaux de la municipalité il y a plus de 30 ans lors des travaux rue de la Colle

 au 2 rue Giuletta.

les habitants ont été expulsés en juillet 2011 sans avoir pu récupérer leurs meubles

Le rapport de la Socotec entraînant l’ insalubrité irrémédiable a été attaqué, le contre  expert estimant les travaux de renforcement de la cage d’escalier à seulement 130 00euros

Au 1 rue des mulets, le maire empêche en 2007, le  ravalement des façades  pourtant  programmé et validé par l’OPH, en refusant  l’occupation du sol pour faire installer l’échafaudage.


Localisation des bâtisses et projets municipalité

  2013042318h4400.png

 

Un projet municipal de parking résidentiel souterrain de 80 places justifiant pour la mairie les démolitions …

     «  Un parking de 80 emplacements en accès libre, à la disposition des riverains du  secteur »…

                                  (Mme Poggi, adjointe en charge des quartiers anciens à la Mairie de Bastia)


      …  Puisque le parking sera ouvert, à la disposition de tous les riverains du secteur,  détruisons des monuments historiques du patrimoine de Bastia et toujours habités depuis 1370 … 

 

D’autant plus que " Salvemu u Puntettu "  produit un comparatif détaillé du nombre de places de stationnement :  

 

«  Le projet de parking de la mairie  - 80 places au total, 44 pour les constructions nouvelles,  36 pour les occupants actuels - ,  n'apportera en fait aucune place supplémentaire pour les  résidents actuels du quartier :   44 places seront réservées aux nouveaux résidents, le solde  ne suffit pas à compenser la suppression des places existantes à l'heure actuelle.  22 places  seront supprimées,  le gain est donc de 14 places seulement, et,  en réalité aucune , car les 15  places actuellement présentes de la Dent Creuse seront supprimées ... ». 


"  Salvemu u Puntettu  "  préconise, quant à lui, un projet de parking pour la Dent Creuse.

 

Le Cout prévu du parking est de 3 000 000 euros  - soit 214 000 euros par place gagnée -  …  Gaspillage d'argent public  

 

  «  Au Puntettu, 5 immeubles doivent être rasés. 30 millions vont être investis par  la Ville et l’ État  pour remettre en état des habitations et créer 62 logements,  et,  détruire 51 logements, une grande partie d’appartements sociaux et 11 en accès libre.  Les personnes expropriées seront prioritaires pour retrouver le quartier de leur enfance.  -  Mme Poggi , adjointe en charge des quartiers anciens à la Mairie de Bastia  - 

Entre autres coûts, celui des :

Parking souterrain : 3 000 000 e  (soit 214 000 e pour 14 places de stationnement créées…)

Esplanade place des mulets de l’huile : 772 000 e   «  Le quartier dispose déjà suffisamment d’espaces libres et nécessite de simples aménagements de ceux-ci bien moins dispendieux   « Salvemu u Puntettu

Il est de plus prévu la création d’une Passerelle Letteron/ Puntettu  - 15 m au dessus du sol, arrivant dans un  ascenseur d’un immeuble neuf prévu  - coût estimé 480 000e - ,  dont on doutera de la nécessité,  le passage pouvant se faire tout naturellement par un simple accès piéton par la rue Letteron pour rejoindre le Puntettu.

L’estimation par la Mairie du coût du plan de réhabilitation du Centre ancien est de 9 500 000e


2013042318h2257.png


 

Pourquoi ne pas pencher pour les propositions faites par les associations qui tentent d’empêcher cette destruction, et propositions qui ont le double avantage de sauver " U puntettu " et pour un coût bien moindre que les sommes initialement prévues

Au niveau financier, le gaspillage d'argent public prévu au Puntettu, 9 ME au minimum, non comprises les reconstructions,  est largement supérieur aux sommes nécessaires pour couvrir une opération de rénovation tout en aidant les copropriétés en difficulté - 4 à 5 ME -  Sur la notion de déconstruction, la lecture des derniers documents municipaux n'exclut pas la disparition des immeubles concernés  « emprise arasée jusqu'au niveau du sol » !

Le projet de réhabilitation de  " Salvemu u Puntettu "  en chiffres, des coûts bien moins élevés.

La municipalité a refusé à ce jour d’étudier un projet alternatif qui maintiendrait le bâti existant en le rénovant et en améliorant les espaces publics au coût estimatif bien inférieur.

 

 Le coût de la réhabilitation peut être estimé de la façon suivante

 

  - 1 rue des mulets, parcelle AO 148 : 250 000 € (devis d’entreprises majorés) dont 50% de subvention ; soit un coût public de 125 000 €

  - 3 et 5 rue des mulets, parcelle AO 149:  200 000 € (simulation) dont 100% d’apport public ; soit un coût public de 200 000 €

  - 2 rue des mulets,  parcelle AO 119 et 120 :  700 000 € (estimation service mairie) dont 70% d’apport public ; soit un coût public de 600 000 €

  - 2 rue du Bastion,  parcelle AO 113 :  1 000 000 € (simulation) dont 78 % d’apport public ; soit un coût public de 780 000 €

  - 4 rue du Bastion,  parcelle AO 115 :  250 000 € (simulation) dont 100% en apport public ; soit un coût public de 250 000 €.

 

 Il reste l’aménagement prévu sur la place d’huile qui serait maintenu ; à savoir, environ,  400 000 €  (estimation Mairie).

 L’ensemble de la rénovation pourrait donc être globalement estimée à environ 3 000 000 €.

 A opposer aux 9 500 000 € prévus sur le projet de la municipalité.

 

Quant au projet de construction d’immeubles neufs,  Salvemu u Puntettu  note que la destruction de 4 immeubles se traduit par la perte de 29 logements, non compensée par le projet de mairie de construction de 20 logements, soit perte de 9 logements.

 «  Le projet prévoit la construction de 31 logements sociaux au Puntettu dont 17 dans les espaces non construits et 14 dans les immeubles insalubres irrémédiables. Nous y sommes favorables. Le projet prévoit la démolition de 29 logements dans 4 immeubles très anciens non insalubres irrémédiables. Un investisseur privé les remplacera par un immeuble neuf de 20 logements dont la location varie selon l es documents entre le libre et l'intermédiaire. Nous y sommes opposés  ».

Le Comité propose donc que les efforts engagés à travers le contrat de ville / État  sur les réhabilitations soient poursuivis et que les copropriétés soient à nouveau encouragées.

 

«  On veut détruire 20% du quartier pour faire un parking !  On veut aérer un quartier dont on voit qu'il n'est plus dense suite à 1943.  On veut créer une grande esplanade et détruire un immeuble sain et habité pour redonner la vue sur le vieux port aux immeubles neufs à construire.  Émile Zuccarelli a empêché cette copropriété de faire son ravalement de façades lorsque celle-ci a demandé l'autorisation d'occupation du sol pour faire installer l'échafaudage. Des immeubles ont été classés en insalubrité irrémédiable et leurs habitants expulsés du jour au lendemain en juillet 2011, en laissant leurs meubles, en utilisant des méthodes indignes !

Voilà ce que des millions d'euros de subventions promises entrainent, cet effet d'aubaine justifiant tout, y compris de choisir un projet préhistorique qu'aucune municipalité moderne, surtout dans une ville " d'art et d'histoire "  - On croît rêver ! -  ne propose depuis 50 ans ! 

Un patrimoine n'est pas forcément beau, ce n'est pas seulement une juxtaposition d'éléments disjoints comme une chapelle ici, un oratoire là, un palais des gouverneurs aseptisé ici, c'est une globalité qui raconte des milliers de petites histoires qui font l'Histoire aussi ! et ces quartiers de vieux Bastia en fourmillent ! »

 

                            Bernardu Cesari,  Comité " Salvemu u Puntettu "


2013042413h1102.png


  Un gâchis historique et culturel anachronique et rétrograde, une aberration économique, on dénigre un bâti et une histoire, on remplace des immeubles aux larges murs de pierres et toits de lauzes par des bâtiments en parpaings qu’il faut isoler ; On casse des alignements d’immeubles qui protègent des vents très forts et du soleil, on réalise de grandes esplanades inutiles, on crée une rupture dans le circuit historique qui part de la place Saint Nicolas et va à la Citadelle.

Il n'y a pas eu d'inventaire patrimonial de la part de la municipalité.   Avec et grâce au soutien d'associations historiques de la ville,  ainsi que de spécialistes des moulures et stucs,  d'historiens du patrimoine  " Salvemu u Puntettu " s'en est chargé.

L’association du comité de quartier a, encore récemment,  le 20 avril dernier,  organisé une journée porte-ouverte,  pour découvrir  "  le Bastia du 17ème siècle, son patrimoine chargé d’Histoire, une mémoire à conserver et à transmettre "  et, ainsi, de la sorte, permis de visiter et de découvrir  les  « Case bastiaccie »  -  les grandes maisons bastiaises du 17e -

Au programme de la visite,  visite de   « A Casa Montesoro »,  place de l’huile, 2 rue du Bastion, quartier du Puntettu,  maison renaissance menacée de démolition par un projet anachronique, ainsi que les  magnifiques  "  E casa bastiaccie  "  suivantes du patrimoine bastiais  :   "  Casa Castagnola, Casa  Bonavita,  Casa Cardi,  Casa Romieu,  Casa Carbuccia,  Casa Guasco,  Casa Varese,  Casa Vidau,  Palazzu - palais - CaraffaCasa Barbaggi-Rivarola, et la bien entendue :  " Casa Montesoro ".


En respectant l’héritage précieux légué par des siècles de vie,

Préservons notre passé pour construire notre avenir ...


" Salvemu u Puntettu "  bénéficie du soutien de nombreux habitants de Bastia, des guides interprètes nationaux.  Entre autres actions du comité, une pétition est actuellement disponible.


                                  Comité de quartier et défense citoyenne

2013042413h1208.png


Comité de quartier du Puntettu

1, rue des mulets
20200 Bastia


Mail : comitedequartierpuntettu@gmail.com


2013042411h5043.png

             "   Notre patrimoine a une âme, celle de nos disparus  Niellu Leca

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Merci Pierre pour ce dossier si complet et qui nous dit tout! Puisse t'il être lu...