Pierre-Jacques RAYBAUD
Médecin
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 avr. 2020

Masques: lettre ouverte à Monsieur Castaner, Ministre de l'Intérieur

Si un maire ne peut prendre un arrêté d'obligation de porter un masque, alors, les gouvernants et le Président de la République, ont la responsabilité de prendre une ordonnance imposant à toutes et à tous le port du masque. Ce caractère obligatoire est une nécessité, par la mise en jeu de la vie d’autrui.

Pierre-Jacques RAYBAUD
Médecin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vendredi 10 avril 2020

Monsieur le Ministre,

Hier matin, à propos des arrêtés municipaux pris à Sceaux, puis à Royan, visant à rendre obligatoire le port d’un masque, y compris alternatif, vous avez demandé aux préfets de prendre langue avec les maires pour qu’ils retirent leur décision, devant un auditoire à distance d’une mission d’information de l’Assemblée nationale. D’autres villes comme Nice, Cannes, Paris et bien d’autres s’apprêtent à en faire autant.

 Par ailleurs, la Ligue des droits de l’Homme a saisi le tribunal administratif et obtenu hier matin le retrait de la décision du maire de Sceaux.

 Vos justifications sont les suivantes :

  • Une base juridique incertaine
  • Une atteinte aux libertés fondamentales
  • La crainte du non-respect du confinement et du manque de cohérence
  • Le risque d’inégalité territoriale
  • L’intérêt du port du masque pas démontré médicalement.

 À mon avis, votre décision est dangereuse, paradoxale et inappropriée

  • L’intérêt du port du masque lors d’une épidémie est largement démontré sur le plan médical, comme aussi, depuis longtemps, pour prévenir entre autres les infections nosocomiales en milieu médical.

 Voici un extrait d’un article, le plus récent et le plus démonstratif, et le résultat de cette équipe de l’Université de Hong Kong publié dans Nature Medicine le 3 avril 2020 :

https://www.nature.com/articles/s41591-020-0843-2

 Ce tableau est extraordinairement parlant :  les personnes sans masque chirurgical ont entre 100 et 10000 fois plus de particules virales, surtout dans le nez et la gorge. Les personnes avec masque, elle, n’ont presque rien.

 Hong Kong n’est pas confinée et se caractérise par une très forte densité humaine. Mais près de 95% de la population porte un simple masque chirurgical et certains artisanaux. Or le constat épidémiologique est le suivant à ce jour, alors que l’épidémie y a commencé bien plus tôt qu’en France :

 7,5 millions d’habitants, 960 cas,  4 décès

 Il en va de même que les pays suivants :

Et pour finir, selon les sources de la Johns Hopkins University (USA) : Ces courbes avec et sans masque par pays qui en disent long.

https://www.maskssavelives.org/?fbclid=IwAR13j_XLJvIXNvPMoWJumkZlMOU1RQdUkTEkY0ks4doXJS5pkvFWFVlKlXQ

Faut-il vous donner tous ces détails ? Pour le ministre que vous êtes, l’essentiel, c’est que – contrairement à vos propos - l’Académie de médecine vient de recommander que la France oblige ses citoyens à porter des masques, y compris, en cas de pénurie, des masques alternatifs. Elle a aussi recommandé d’édicter des conseils de fabrications artisanales à la population.

 À propos du « Mieux vaut une barrière partielle que rien du tout », voici un autre article du Dr Rengasamy, chercheur américain, qui confirme les différents niveaux de filtration des matériaux utilisés pour des masques artisanaux de 10 % à 60%, et de captation partielle. D'où l'importance des conseils de fabrication à la population recommander par l'Académie de Médecine. 

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20584862/?from_term=simple+respiratory+protection+++evaluation+of+filtration+performance 

Le Pr Okuda de Kanagawa a montré avec un compteur de particules que 6 couches de papier absorbant fin, filtraient aussi bien qu’un masque FFP2 ! 100% de filtrations des particules de 1 à 5 microns et 92% celles de 0,5micron.

https://www.youtube.com/watch?v=nqOUtt1Ddq8&feature=youtu.be&fbclid=IwAR1JkAbRIReSVwnWa_VLbeCgRdLoGIAVMetbWYzM_iU1s2iFFVspJgMgvOc

 Monsieur le Ministre, vous ne pouvez plus jamais dire, vous, pas plus que le ministre de la Santé, le Premier ministre et pas non plus le Président de la République, que l’intérêt du port du masque obligatoire n’est pas démontré.

 Il s’agit d’une réalité scientifique, qui s’inscrit dans un mouvement mondial.

 Il ne m’appartient évidemment pas de soumettre un avis juridique sur le caractère infondé d’un arrêté. Je n’en ai d’ailleurs pas la compétence. Mais, si le tribunal administratif a jugé qu’il y avait atteinte aux libertés fondamentales, il me parait inconcevable, qu’à ce titre, une personne décidant de ne pas mettre un masque fasse encourir un risque immense à d’autres personnes, dans ce contexte exceptionnel caractérisé par le grand nombre de cas de porteurs sains.

 Qui porte atteinte à la liberté ? Le maire qui exige le port du masque ou les personnes ne portant pas de masques et qui peuvent en contaminer d’autres ? Elles ont, certes, la liberté de devenir malade, mais pas celle de transmettre la maladie. Mais il est vrai que vous n’êtes pas seul responsable des différents messages qui se sont succédés et du manque d’anticipation des autorités.

 Je note, Monsieur le Ministre, que vous ne portez pas de masque, et que l’on peut voir alternativement d’autres membres du gouvernement le porter à certains moments et ne pas le porter à d’autres, y compris le Président et ses conseillers et gardes du corps.

Là est l’incohérence. Quel message envoyez-vous ainsi à la population ? Et il en va de même à la télévision, qu’il s’agisse des journalistes ou des intervenants.

 Permettez-moi d’attirer votre attention sur le risque que vous prenez pour vous-même, pour votre famille et pour vos collaborateurs ? Comment se fait-il que les forces de police encourent les mêmes risques ? Vous devez en principe les protéger, au même titre que l’ensemble de la population. Mais, selon certaines sources, il a été demandé aux policiers de ne pas porter de masques. Et d’ailleurs le nombre de contaminés dans la Police a augmenté fortement. L’exemple de nombreux députés touchés ou décédés, de dirigeants malades un peu partout dans le monde – dont celui de Boris Johnson, dont j’espère qu’il guérira, en Angleterre – ne vous interpelle-t-il pas ?

 Ce message s’adresse aussi à la Ligue des droits de l’Homme (LDH), que j’ai pour ma part souvent soutenue, mais dont je ne comprends pas la démarche dans cette situation gravissime.  Pourquoi, la LDH n’a-t-elle pas porté plainte contre le confinement, obligation bien plus contraignante que celle de porter un masque ?

 J’ose espérer que, demain, aucun d’entre vous ou de vos proches ne sera touché. J’ose espérer qu’il ne s’agit pas d’une forme d’irresponsabilité, mais plutôt d’une méconnaissance de la gravité de la situation que nous, les professionnels de santé, touchons du doigt tous les jours avec le lot de souffrances observées et vécues. Le système de santé s'est dégradé et vous n'en êtes pas responsable, à titre personnel.

J’en reviens à mon point de départ. Monsieur le Ministre, si un maire ne peut prendre un tel arrêté, alors prenez, vous, la responsabilité, avec le Premier ministre et le Président de la République, de prendre une ordonnance imposant à toutes et à tous le port du masque, pour seulement 3 semaines.

Ce caractère obligatoire est une nécessité, par la mise en jeu de la vie d’autrui, au même titre que l’obligation d’interdiction des excès de vitesse ou la prohibition du port d’arme.

 Il s’agit d’un principe de précaution évident, qui résoudra le principe d’inégalité territoriale, dernier point de vos justifications.

 Il en va dans l’immédiat de la vie de milliers, voire de dizaines de milliers de Français. Il en va de la survie de notre économie, de l’état psychologique de la population et de certains effets collatéraux dramatiques, comme ceux des violences conjugales accrues.

 Car le port du masque constituera une condition sine qua non, demain, du déconfinement, avec le test de toute la population. Ce dernier permettra d’isoler et de confiner les personnes malades. Et le port du masque permettra aux personnes saines d’aller travailler ou étudier.

 Raison de plus pour imposer dès maintenant, sans plus perdre de temps, ce geste barrière pour tous, tout le temps et partout. En moins de trois semaines, si cette mesure est appliquée radicalement, vous hâterez l’heure de la libération de nos concitoyens, mais sans risques.  

 Monsieur le Ministre et vous aussi, les responsables de la Ligue des droits de l’Homme, ne nous trompons pas d’ennemi ! Notre rôle commun – que nous soyons soignants, politiques, journalistes, militaires, policiers, juristes et tout l’ensemble des professions, associations et administrations, commerces, entreprises – est finalement le même, même si notre rôle est spécifique :

c’est de servir et protéger la population. Le Président a dit que nous étions en guerre, le masque est notre arme de défense.

 Nous avons un seul agresseur commun : le COVID-19. Il ne nous attend pas pour frapper.

Nous devons ensemble rester unis et riposter avec détermination.

 Je vous prie, Monsieur le Ministre, de bien vouloir agréer tout mon respect et toute ma sincère sollicitude.

Dr. Pierre-Jacques Raybaud.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Traitements contre le Covid-19 : précipitation et prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau