Pierre jourlin
Maître de conférences en informatique à Avignon
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mars 2018

ParcourSup et l'Intelligence Artificielle

Un des mes collègues, favorable à la réforme Macron visant à sélectionner les bacheliers à l'entrée des universités réalise qu'en tant que responsable de licence, il va devoir classer 800 dossier de candidatures.

Pierre jourlin
Maître de conférences en informatique à Avignon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un des mes collègues, non-informaticien et favorable à la réforme Macron visant à sélectionner les bacheliers à l'entrée des universités, réalise qu'en tant que responsable de licence, il va devoir classer plus de 800 dossiers de candidature. Il calcule que même à raison de 5 minutes par dossier, il va devoir passer 67 heures sur cette tâche. Il se demande alors si un algorithme "d'intelligence artificielle" ne pourrait pas faire le job à sa place.

Voici ma réponse :

Quand nous prenons une décision, nous faisons appel à un grand nombre de fonctions cognitives (émotions, croyances, valeurs, etc.) sans forcément en être conscient. Pas seulement nos préjugés, mais aussi nos préjugés. Or, je prétends qu'un algorithme de type "apprentissage automatique" (terme que je préfère comme beaucoup de mes pairs à "intelligence artificielle") apprendra bien plus facilement les préjugés que les fonctions cognitives plus évoluées et considérées comme philosophiquement plus acceptables.

Un algorithme c'est une recette de cuisine dans laquelle les ingrédients sont des informations.
L'algorithme peut être extrêmement plus complexe que la plus complexe des recettes de cuisine, il est écrit dans un langage formel, précis, moins ambigu encore que le langage mathématique. Mais il reste écrit par un être humain et peut donc être lu et compris par un autre être humain. Si cet algorithme écrit par l'homme sélectionne les bacheliers dans les universités, un programmeur qui connaît le langage peut expliquer aux bacheliers et à leurs parents quelles sont les règles du jeu et ces derniers peuvent juger de la compatibilité de cet algorithme avec les principes revendiqués par la république, les services publics, l'égalité des chances, etc.

Les algorithmes d'apprentissage automatique sont particuliers : ils ne décrivent pas la recette de cuisine. Ils décrivent une méthode pour écrire automatiquement une recette de cuisine en observant le cuisinier. Dans la grande majorité des cas (à l'exception peut-être des arbres de décision et encore pas systématiquement) et en particulier pour les approches les plus en vogue (dont les fameux réseaux de neurones artificielles) la recette est produite dans un langage qui est incompréhensible pour un être humain.

L'être humain ne peut que constater le résultat de la recette et éventuellement évaluer la ressemblance du plat réalisé automatiquement avec le plat réalisé manuellement.
De plus, ces constructions automatiques d'algorithmes sont uniquement guidées par un principe d'optimisation mathématique. Ils trouveront forcément la modélisation la plus simple possible. Mettons que tu veuilles "entraîner" un réseau de neurones à faire la différence entre des voitures et des vélos. Tu passes une journée pour faire des photos de vélos et le lendemain, tu passes une journée pour faire des photos de voitures.
S'il le temps était ensoleillé le jour où tu as photographié les vélos et nuageux le jour où tu as photographié les voitures, il y a de bonnes chances pour qu'au final, ton système ait simplement appris à faire la différence entre beau temps et mauvais temps. C'est pourquoi je pense que dans le cas de Parcoursup, ton algorithme aura plus tendance à modéliser les décisions basées sur les préjugés que sur les notions pédagogiques et les "valeurs républicaines".

Donc finalement, dans le cas de Parcoursup, on ne pourrait pas expliquer aux bachelier.e.s et à leurs parents pourquoi ils ont été refusés. On pourrait simplement les informer que le système rejette considérablement plus les candidat.e.s issu.e.s des milieux défavorisés. Mais ce qui me paraît plus gênant pour moi, c'est qu'on passerait du mythe de l'égalité des chances à une garantie de l'inégalité et de l'injustice.

Tu me diras, qu'après tout, ce ne serait pas la première fois que des découvertes scientifiques et technologiques facilitent une régression sociale. Mais qui nous oblige à utiliser les nouvelles technologies dans des contextes où elles sont néfastes ?
Bref, pour ne pas rester sur une position uniquement contestataire et pour te permettre de traiter tes 802 dossiers de candidatures, je te propose un petit algorithme à l'ancienne que tu pourras facilement expliquer à tes candidats et à leurs familles :

Si NombreDeBaccalauréats[candidat]>=1
Alors
Réponse = "oui"
Sinon
Réponse = "oui sous réserve d'obtention du bac"

Bien cordialement,

Pierre Jourlin.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille