L’histoire d’un mot.

Ne m’en veuillez pas de vous donner dans ce titre une idée embrouillée. Cette histoire que je veux vous conter et mon ressenti dans les interconnexions des mes neurones, d’un terme bien souvent employé dans de grande généralité de concept. Donc…, pour ce faire…, je vous propose une sorte d’amusement auquel, en guise de gain, seul l’échange, le partage, ce que vous y mettrez comme définition, sera la récompense… ! Libre à vous d’essayer et de donner une réponse, mais à l’intérieur de nos messageries privées… ! Ça vous dit…, on y va… ?

 

Il y a bien des mondes étranges et ordinaires dans ce mot peu banal. Des mondes comme univers s’abritent en son sein, pour prendre des expressions toutes bien différentes. Et donc, c’est en un tas de langage qu’il se revendique comme existant…, ce mot troublant. Mais…, de quel mot s’agit-il…, dans cette multitude d’interprétation culturelle, variant sur les syllabes, comme des notes de musiques et virevoltant de consones en voyelles telle une abeille butinant de couleurs en fleurs…. ?

Il est de mise qu’il doit être transmis dans le tourbillon incessant des générations remplaçant leurs ancêtres. Car en plus de contenir des faits, choses de toutes sortes, communications très variées, il emprisonne le temps indispensable à tout cet existant.

C’est avec fébrilité, inquiétude mélangé à la curiosité que j’ai accepté de prendre le relais de découvrir ma manière de le comprendre pour pouvoir l’échanger. La chose n’était pas simple, car il m’a fallut m’oublier dans tous ce qui avait fait de moi, cette éducation caractéristique, qui nous permet de parler aux autres du même monde. La perte de ce qu’on croit comme acquis est une tache ardue qui demande du temps mais pas celui que l’on suit. Dans cet autre temps, il faut comprendre un autre espace fait d’une matière que nul ne peut citer, car elle est l’essence de sa propre définition qu’il faut reconstruire. De la peur, de l’effroi brassé par cette inconnue que l’esprit évite bien trop souvent par pragmatisme ou par dogme, engendre un flot de sentiment qui dévoile les bases de ce mot.

 

Oui…, c’est là le premier secret qui m’a permis d’appréhender le fondement de cette pensée qu’il me fallait maîtriser pour poursuivre ma quête. La somme des sentiments…, bons ou mauvais…, ils importent peu…, dans cette masse informe que constitue la genèse conduisant à la connaissance…, est le pilier central. De cette base, gravite votre personnalité avec ses émotions qui ne peuvent que resurgir inéluctable, car nul ne peut s’oublier à tout jamais. Les carcans d’une éducation formatée sont ancrés profondément par des schémas de pensés séculaires, mystifiés…, bien trop souvent… ! Chasser le naturel, il revient au galop…. !

Si vous ne prenez pas garde, dans cette reconquête du soi en gardant toujours en tête le sens réel de ce mot, c’est dans l’anarchie que vous transplanterez ces petits bouts de vous, de vos âmes. Il vous faut concentrer toute votre attention sur ce que vous croyez être votre déterminant suprême. Après ce dur labeur, qui prendra du temps…, soyez en sur…, dans ce long processus d’atteindre un équilibre, dans la répartition des charges formant vos fondamentaux, l’apparition d’un cheminement, illuminera votre compréhension des secrets avenirs.

Un pas après l’autre…, chaque pas éclairant le prochain…, vous rebâtirez un mécanisme synaptique…, pour vous ouvrir à ces nouveaux mystères… ! Et quels mystères…, secrets… ? Ceux d’histoires fabuleuses du passé…, de vies perdues dans des oubliettes non répertoriées…, d’existences sublimement lumineuses…, présentes et confondues dans des masses de conscience courant inexorablement après ce temps actuel… ! De mariage d’odeurs exacerbant vos sens, leur donnant des couleurs…, à celui de sons incroyablement denses et évoquant une légèreté extrême… Un embryon de réponse naîtra dans vos méninges… !

Mais prenez garde encore une fois…, car dans ces multiples formes…, ce même mot…, prend des forces qui parcours des sentiers bien obscurs… ! Il ne faut pas vous confondre dans l’équilibre que vous devez atteindre…, entre votre droite et votre gauche des distinctions subtiles peuvent vous amenez à déstabiliser cet ensemble... ! Un trop grand nombre a sombré dans cette noirceur innommable, et cherche encore…, mais seul, ce chemin salutaire… ! A vous de voir… ?

 

Pierre Juillot

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.