Lettre ouverte aux collectifs Stop Linky

Où en sommes-nous de nos combats pour refuser le compteur Linky ?

Plaidoyer pour une explosion de créativité au service de la visibilité de notre combat

et pour une diffusion unifiée et concertée des moyens juridiques pratiques

pour refuser Linky...

 

Préambule

Tout d'abord, nous devons féliciter et féliciter encore et encore tous celles et ceux qui ont dépensé sans compter leur énergie au service de tous ceux et celles qui entendent bien ne pas se laisser imposer un capteur de données à leur domicile sans qu'ils aient donné leur consentement.

Les réunions d'information « Linky » se sont multipliées sur tout le territoire français le plus souvent à l'initiative de collectifs créés pour cette cause. Linky est dores et déjà le ferment d'un énorme sursaut démocratique et la source d'une prise de conscience sans précédent du danger de déléguer le soin de nos vies à ceux qui nous gouvernent et aux experts...

Nous sommes des milliers à ne plus être d'accord pour remettre nos vies entre les mains de ceux qui ont fait de hautes études et qui par conséquent seraient censés savoir mieux que nous ce qui est bon pour nous, lesquels sont pour un trop grand nombre d'entre eux avec ou sans leur consentement au service des puissances d'argent.

Nous avons du respect pour les ingénieurs et autres personnes issues de hautes études mais nous n'assimilons plus leur niveau d'études au droit de disposer de nos vies en nous imposant des technologies mortifères.

Où en sommes-nous aujourd'hui ?

Les collectifs ont fait preuve d'une créativité remarquable dont la presse s'est faite souvent malgré elle - presque comme à regret - régulièrement l'écho. Des dizaines de manifestations ont eu lieu jusque dans le moindre petit village.

En bref, en un an, même s'il reste encore beaucoup à faire, le niveau d'information de nos concitoyens sur les enjeux du capteur de données Linky a progressé de manière significative.

Il faut y voir plus qu'un encouragement : nous atteignons le point où cette diffusion massive d'information peu relayée par les medias est en mesure de faire pencher la balance de notre coté dans la reconnaissance de notre droit à refuser un objet technologique dont nous ne voulons pas et qui nous transforme en produit à fournir des données.

Mais peu d'entre nous s'en rendent compte tellement ils ont été absorbés par leur combat au niveau local et tellement le sujet s'est avéré complexe pour plus d'un d'entre nous lorsqu'il s'est agi de :

  • comprendre la souffrance extrême des plus démunis d'entre nous touchés par l'électro-sensibilité et dont la vie est rendue impossible par la pose de ces capteurs de données.

  • d'articuler des compréhensions techniques, des informations multiples et pour certaines d'entre elles erronées ou mensongères

  • de se retrouver devant la nécessité de faire face au déploiement effectif sur le terrain de ces capteurs de données de manière agressive et des poseurs Linky surfant dangereusement sur le droit d'accès aux propriétés privées au risque de leur propre sécurité.

  • d'assimiler d'épineuses questions de droit.

Cette intense activité digne d'une fourmilière a produit d'énormes résultats dans la prise de conscience de centaines d'entre nous qui même s'ils ne comprennent pas tout sont désormais en mesure d'avoir une opinion éclairée sur le sujet Linky.

Certains détracteurs continuent à avoir l'arrogance de dénoncer telle ou telle erreur de détail commise par l'un ou l'autre d'entre nous comme si on pouvait ainsi occulter un sujet entier à partir d'une erreur somme toute toute secondaire.

Nous sommes souvent allés bien plus loin que nous nous en pensions capables dans la compréhension du fonctionnement technique de Linky, des données juridiques relatives à son déploiement et nous avons construit de notre mieux les moyens de notre défense sans attendre que des professionnels puissent nous accompagner ou nous aider. C'est maintenant en grande partie chose faite et nous pouvons dire que pour une fois les choses se sont faites dans le bon ordre :

  1. Appropriation par les citoyens d'un sujet qui les concerne directement
  2. Etude de professionnels du droit en réponse à la demande des citoyens et non d'ENEDIS et des pouvoirs publics.

De cela, je crois sincèrement que nous pouvons tous et toutes être fières. Il y a déjà là une victoire de fait.

 

Que reste-t-il à faire ?

Le plus important est maintenant de bien séparer deux types d'action :

  • Les indications que nous donnons à nos concitoyens pour les aider à refuser le compteur Linky. En l'état actuel de nos avancées dont nous pouvons tous revendiquer une part de notre travail et de nos actions, l'étude la plus aboutie est sans conteste possible celle de Me Blanche Magarinos-Rey, que tous ceux et celles qui sont soucieux de conserver la diversité des semences connaissent bien puisqu'elle a défendu, avec succès, l'association Kokopelli. Le travail juridique que nous appelions tous de nos vœux vient de franchir une étape importante sous forme d'une étude dument commanditée et documentée grâce à la contribution de l'association Artemisia pour son financement. Certains semblent encore faire mine de ne pas s'en apercevoir. Quel gâchis !

    Tout est en ligne. Il reste simplement à chaque collectif de mettre à jour ses pages web et de choisir les quelques lignes qui lui conviennent pour présenter sur son site ou sa page Facebook les documents nécessaires sans les modifier et non plus proposer une multitude de documents différents souvent conçus ou créés pour parer au plus pressé. Il suffit pour cela d'utiliser les liens du paragraphe ci-dessous « OÙ SE PROCURER CES MODÈLES DE LETTRES »

    Il est donc temps maintenant de faire de notre mieux pour que tous les collectifs donnent un seul et même mode d'emploi pour refuser Linky. Nous allons ainsi largement améliorer la visibilité de nos moyens d'action et cesser d'alimenter souvent bien involontairement l'idée qu'il y a une multitude de lettres de refus et que c'est sans conséquence sur les résultats. Il y a bel et bien une conséquence, c'est que beaucoup perdent du temps à envoyer leur lettre ou ne font rien tout simplement par peur de se tromper. Un modèle validé par une étude qui a bénéficié d'un financement conséquent a -à priori- de meilleures chances d'aboutir que les multiples modèles dont nous disposions jusqu'à présent.

  • Deuxième type d'action : l'information sur le terrain.

    C'est dans ce deuxième type d'action que la créativité des collectifs peut nous assurer une visibilité sans précédent puisque nos actions sont multiformes. En conséquence, à ce stade de notre combat, c'est sur ce deuxième type d'action que nous devrions maintenant concentrer nos énergies afin d'étendre la prise de conscience des conséquences de la pose de ces capteurs de données à l'ensemble de la population. Les collectifs ont déjà largement fait leurs preuves et c'est en étant au plus proche des préoccupations de nos concitoyens que nous serons le mieux entendus.

Blanche Magarinos-Rey Blanche Magarinos-Rey
Me Blanche Magarinos-Rey

Me Blanche Magarinos-Rey a été saisie du dossier dans le cadre d'une action citoyenne pour défendre les particuliers et les communes. La piste principale concerne la protection de la vie privée non pas comme certains s'en sont offusqués ou émus parce que la santé n'est pas l'argument le plus important mais parce que en l'état des normes actuelles complètement obsolètes en regard de la multiplication des sources d'émission électro-magnétiques ces normes tout simplement ne protègent pas notre santé nous réduisant à être les coabayes de ces nouvelles technologies. Ce sont donc ces normes qu'il faudrait attaquer pour pouvoir obtenir gain de cause sur Linky, ce qui suppose de vaincre le lobbying indécent des industriels de la téléphonie mobile et autres producteurs de matériel connecté...

Me Blanche Magarinos-Rey, spécialisée dans les droits de l'environnement et de l'urbanisme, est connue notamment pour avoir défendu l'association Kokopelli dans un combat pour l'indépendance des maraîchers et des jardiniers. L'association était attaquée par de puissants grainetiers qui lui reprochaient d'utiliser des graines de variétés anciennes non inscrites au catalogue officiel. Après 10 ans de bataille juridique et un passage par la Cour Européenne de justice, Kokopelli a obtenu gain de cause.

Cette fois, c'est sur un tout autre terrain que l'avocate agit, pour préserver les particuliers des dérives et des dangers des compteurs communicants. Cette bataille citoyenne étant financée par une association philanthropique (Artemisia), les éléments de défense produits sont diffusés gratuitement sur le site internet d'Artemisia ainsi que sur les sites qui relaient les résultats de ces travaux. 

COMMENT REFUSER LA POSE DU COMPTEUR LlNKY ?

  • Si le compteur est chez vous : appartement, maison ou jardin, il est sur une propriété privée. Les collectifs appellent à en refuser l'accès aux installateurs et à résister aux intimidations. En parallèle, il faudra tout de même faire les démarches pour signifier votre refus.

  • Si le compteur est à l'extérieur de votre maison ou dans des parties communes, seuls les recours administratifs et juridiques peuvent agir.

OÙ SE PROCURER CES MODÈLES DE LETTRES

  • Dans la bibliothèque des documents Stop Linky :

https://doc.stoplinkynonmerci.org/index.php?searchField=no_doc&searchOperator=starts_with&searchValue=147&action=search&id=&exportFormat=

https://doc.stoplinkynonmerci.org/index.php?searchField=no_doc&searchOperator=starts_with&searchValue=148&action=search&id=&exportFormat=

  • Sur le forum de coordination des collectifs

Documents à usage des particuliers : https://forum.stoplinkynonmerci.org/index.php/topic,79.0.html

Documents à usages des communes : https://forum.stoplinkynonmerci.org/index.php/topic,80.0.html

  • Sur le site de Stéphane LHOMME :

http://refus.linky.gazpar.free.fr/docs-particuliers-anti-linky.htm

  • Sur le site d'Artemisia :

https://www.artemisia-lawyers.com/fran%C3%A7ais/publications-et-interventions/compteurs-linky

  • Sur le site de Maître Me Magarinos-Rey

http://www.avocat-magarinos-rey.com

À LIRE

La vérité sur les nouveaux compteurs communicants, Clotilde Duroux, Éditions Chariot d'Or, 10 .

Rebelle-Santé N°194 Avril 2017 :

Artemisia : comment aider l'Association

Le lourd travail du cabinet d'avocats Artemisia, qui a permis la mise au point de documents pour les particuliers et les communes, a été financé (plus de 20 000 euros) par l'Association Artemisia comme déjà expliqué dans ce qui précède. C'est tout à l'honneur de la fondatrice, Blanche Magarinos-Rey, d'avoir mis en place ce processus.

Vous avez la possibilité de faire des dons à l'Association Artemisia pour qu'elle reconstitue ses fonds et puisse ainsi répondre à d'autres demandes concernant l'environnement et les droits.

Mais attention : Artemisia étant basée en Belgique (du fait de ses actions souvent portées au niveau de l'Europe), elle ne peut recevoir les chèques français. Si vous voulez l'aider, vous devez donc :

- soit faire un don en ligne, cf https://www.artemisia-aisbl.org/fran%C3%A7ais/nous-rejoindre/

- soit faire un virement bancaire vers le compte suivant : IBAN : BE70 7320 3848 7025 - BIC : CREGBEBB

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.