Pierre Magne
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 sept. 2014

En 2017, ou avant, ce sera une insurrection : ne votons pas pour un homme, votons pour la 6ème

Pierre Magne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’homme élu à l’élection Présidentielle devra avoir une seule responsabilité, un seul objectif, organiser une Assemblée constituante et sous un an, par un referendum faire approuver au Français cette nouvelle constitution. Le détail de cette nouvelle Constitution, ce sera des élus du peuple, jamais encore élus qui le définiront. Et l’homme élu à l’élection Présidentielle qui aura organisé cette démarche vers la 6ème, comme les députés de l’Assemblée constituante ne seront plus rééligibles ensuite !

Nos élus actuels, qu’ils soient UMP ou Ps, n’ont à l’évidence pas agi dans l’intérêt des Français.  La misère et le chômage ont fortement augmenté dans notre pays. Des milliards ont été dépensé sans contrepartie pour seulement au final augmenter les bénéfices de grandes sociétés dont les dividendes sont le plus souvent distribués à des étrangers ! La seule  conclusion raisonnable : pour eux (les politiques), c’est, « du balai » ! Le non-cumul dans l’espace et dans le temps fera qu’ils ne seront plus éligibles !

La 5ème République n’est pas démocratique. Elle fut construite sur mesure pour un homme, De Gaulle, pour mettre fin à la guerre d’Algérie et pour permettre notre départ de nos colonies. Elle a été modifiée depuis 1958 plus de 20 fois. Et ces modifications ont toujours été faites  pour restreindre un peu plus ses possibilités démocratiques ! Elle ne profite qu’aux plus riches et ne respecte plus, ni l’égalité des droits, ni l’intérêt de tous les Français.

En conséquence, si l’on veut revenir dans un Etat réellement démocratique, il faut mettre en place une 6ème République.

La séparation stricte des pouvoirs est nécessaire pour le Législatif, le  Gouvernement, et la Justice.

La mise en place d’un dispositif de referendum révocatoire au bout de deux ans est aussi nécessaire pour éviter que les élus se fassent élire sur un programme et en appliquent un autre.

Cette nouvelle Constitution doit empêcher que les élus deviennent  des professionnels de la politique (règles de non cumul dans le temps et l’espace).

Une politique d’indépendance de notre pays est aussi nécessaire, et sa finalité est d’assurer le bien vivre et la paix pour les Français. Dans ce sens une sortie de l’Euro, et de l’OTAN est souhaitable à court terme.

Une politique écologique planifiée de notre pays est aussi nécessaire car nous n’avons qu’un pays, la France, et qu’une planète, la terre. Si les conditions actuelles, si les abus actuels, continuent, dans quelques dizaines d’années, notre pays, nos mers, notre planète ne seront plus propice à la vie humaine.

Un système communiste n’est pas souhaitable non plus car cette organisation de la société a été mise en place dans de nombreux pays depuis un siècle, et elle a toujours conduit à des dictatures, à des échecs, et à la misère, voire à pire. Mais les dérives actuelles du capitalisme financier mondial ne sont pas plus réjouissantes !

Une démocratie, avec un secteur capitaliste et un secteur non capitaliste, et avec une justice sociale, est la solution la moins risquée à terme pour gérer notre pays et permettre à ses citoyens de bien vivre, de mieux vivre.

Pour conclure, il nous faut une 6ème République démocratique, sociale et écologique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire