Les néo-nazis israéliens (suite 2)

Il est évident que comparer Israël à l’Allemagne nazi choque fortement certains en France et ailleurs. Je résume ci-dessous les principaux points de comparaison .

1/ Définition de l’Etat sur le sionisme, donc sur la religion,

2/ En conséquence, non égalité des citoyens israéliens, des habitants d’Israël, de la Palestine…

3/ En Israël, il y a des sous-hommes (comme chez les nazis allemands), ceux-ci n'ont qu'un droit celui de se taire (et de partir) ...

4/ En conséquence, en Israël règne un régime d’apartheid …

5/ Depuis 1947, comme l’Allemagne nazie en son temps, Israël conquiert des territoires par les armes, et les colonise ...

6/ Mais les habitants de ces territoires, il n'en veut pas, il les tue ou les chasse, comme les nazis allemands l'ont fait à l’est de l’Europe ...

7/ Les prisonniers, il en tatoue certains comme les nazi allemands faisaient (même Simone Veil, elle n'avait que 15 ans !) ...

8/ Les opposants israéliens (il y en a : ils ne sont pas encore tous partis !) sont laissés sans défense devant les barres de fer des nazis locaux ...

9/ Comme le nazi français (Brasillac), Israël tue les Palestiniens, et tuent même les enfants ...

7/ Les néo-nazis israéliens ont essaimé même en France, où certains soutiennent (barres de fer à la main) qu’Israël a le droit de massacrer femmes et enfants palestiniens ...

8/ L'Israël néo-nazi généralise la technique des pogroms en attaquant actuellement le territoire de Gaza comme leurs prédécesseurs, les nazi allemands l'ont fait à Varsovie ...

9/ La fin ne justifie jamais les moyens.

10/ Je n’ai pas l’impression qu’Israël cherche à faire la paix avec ses ennemis, les Palestiniens. Quand le Hamas est fort, elle refuse de discuter avec lui, et quand le Hamas est faible, elle refuse encore de discuter avec lui ! Or on ne peut faire la paix qu’avec ses ennemis ! Comme l’Allemagne nazie, Israël ne cherche qu’à vaincre, et à faire disparaître ses ennemis !

11/ Comme l’Allemagne nazie, Israël mène des représailles sans comparaison avec les dommages qu’elle subit. Côté Israël, un mort fait par les fusée du Hamas, coté Gaza plus d’un millier de morts civils des bombardements israéliens !

12/ Comme l’Allemagne nazie, Israël tue les civils, femmes et enfants !

13/ Comme l'Allemagne nazie, Israël tue des civils totalement innocent des préjudices qu'Israël subit. Comme l'Allemagne nazie, Israël tue des otages enfermés dans Gaza. Tuer des otages est d'ailleurs très caractéristique du nazisme !

 Avoir souffert par le passé (6 millions d'êtres assassinés) ne donne pas le droit ensuite de faire souffrir les autres de la même façon !

Les dirigeants néo-nazis israéliens doivent donc être jugés par la Cours pénale internationale pour génocide.

Israël est considéré par la CEE comme le 28ème État de l'Europe, ses exportations vers l'Europe entrent librement ! Nous devons donc critiquer sa politique actuelle et agir pour que cela cesse. En attendant une nette amélioration de sa politique avec ses voisins palestiniens, nous devons boycotter ses produits. La méthode a réussie avec l'Afrique du Sud, pourquoi ne marcherait-elle pas avec Israël ?

J’ajoute ici quelques commentaires à un billet du 8 août d’un blog sur Médiapart d’un abonné menaçant de cesser son abonnement (comme d'autres abonnés à Médiapart lors des premiers temps de l’affaire Cahuzac !) et critiquant le terme de néo-nazi que j’ai choisis pour qualifier le régime et la politique actuelle d’Israël. Mes 12 comparaisons ci-dessus ne vont peut-être pas convaincre mes détracteurs, ni même les propos d’Anna Arendt sur le sionisme ! Ces critiques sont tout à fait possibles, mais j’aimerais qu’elles soient justifiées point par point ! Je crois au contradictoire, j’avance mes arguments, ceux qui ne sont pas d’accord, avancent les leurs, point par point ! Mais demander la censure de mon billet au motif qu’il trouble les certitudes de certains est bien peu démocratique ! A plusieurs reprises dans mes billets ou commentaires, j’ai proposé de remplacer ce terme de néo-nazi, par barbare, par fasciste, par fous assoiffés de conquêtes et de sang … A chacun de choisir !

09/08/2014, 15:50 | Par Gavroche. en réponse au commentaire de Jean-Claude POTTIER le 08/08/2014 à 18:03

Bientôt, on ne pourra plus prononcer (ni écrire) le mot "nazi" ou "génocide" sans parler obligatoirement du seul génocide qui vaille.

Les millions d'autres morts de la seconde guerre mondiale n'ont donc pas existé. Les 20 millions de morts soviétiques, par exemple.

Pourtant, même Hannah Arendt comparait les iniques lois israéliennes (qui interdisent par exemple les mariages entre les juifs et "les autres") et celles de Nuremberg ...

Comme l'Allemagne nazie, l’État juif (et je précise c'est lui qui se donne ce nom) est basé sur des considérations de pureté du sang, sur une armée surpuissante et sur des guerres coloniales incessantes, justifiées par l'accroissement naturel de la population juive, une sorte de Lebensraum à la sauce israélienne en quelque sorte ...

 

D'ailleurs, les enfants palestiniens n'ont pas de nom (comme on dit "leurs noms seront effacés") les députés israéliens racontent - sans que cette vieille chose de "communauté internationale" ne moufte - que c'est les mères des futurs terroristes qu'il faut dézinguer. Effectivement, c'est prendre "le mal à sa source".

Alors on peut avoir des pudeurs, s'indigner d'un article de blog (chacun ses indignations, n'est-ce-pas) la réalité est là : les victimes sont devenues des bourreaux, quel que soit le nom qu'on veut bien leur donner.

08/08/2014, 20:47 | Par XipeTotec en réponse au commentaire de pascal b le 08/08/2014 à 19:26

Non, ce qui ce passe à Gaza a les caractéristiques d'un génocide. Planifié ou non ? Le blocus subi par Gaza sur une longue durée révèle qu'il existe un projet précis de l'état israélien. Si l'occidentalisme n'imposait pas la règle des doubles standards, on dirait sans hésiter qu'il s'agit d'un génocide dans toute autre région du monde.

Sur la filiation avec le nazisme, il y a des éléments qui permettent de faire ce rapprochement sans que pour autant on puisse qualifier ce régime de nazi. Il existe des néo-nazis en Israël, mais le régime ne se réclame évidemment pas du nazisme. Le système anthropologique dominant en Israël, la famille souche, ressemble à celui de l'Allemagne ou du Rwanda. Il s'agit d'un système hiérarchique, inégalitaire et ethnocentrique qui a tendance à s'épanouir dans un hubris destructeur en situation de stress. Le sionisme est une idéologie ethnocentrique venue d'Europe centrale, née à la fin du XIXe en même temps que d'autres mouvements nationalistes qui ont semé la terreur au XXème siècle, y compris contre les Juifs. Le principal héritier du nazisme fut l'Afrique du sud de l'Apartheid. Je me souviens qu'à l'époque de la lutte contre l'apartheid on soulignait que la constitution de l'Afr. du sud reprenait des éléments de la constitution de l'Allemagne nazie. Israël fut l'un des rares états à avoir soutenu le régime de l'Apartheid jusqu'au bout, y compris par la fourniture des armes. Par certains aspects, la victoire du sionisme est une victoire de l'idéal antisémite particulièrement virulent à la fin du XIXe siècle en tant que projet d'épurer l'Europe de ses Juifs. Je préfère donc de loin le modèle français, issu de la loi de 1791 (que déteste le CRIF) qui reconnaît aux Juifs la citoyenneté pleine et entière et à égalité avec les autres citoyens, en leur refusant le droit de se constituer en communauté séparée se réclamant d'un "peuple juif".

Ma conclusion provisoire :

J’espère que les Israéliens et le Hamas trouveront un terrain d’entente pour stopper cette boucherie de civils et d’enfants à Gaza.

On ne fait la paix qu’avec son ennemi !

Il n’est jamais bon d’humilier son ennemi si l’on désire trouver une solution pacifique à un conflit !

A très court terme, il importe, si c’est possible pour Israël de respecter la réciprocité des morts, tu me fais un mort, je te fais un mort ! C’est cette règle qui, depuis des dizaines de milliers d’années, permet à des populations différentes de vivre côte à côte.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.