Pierre Magne
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 sept. 2014

Une prévision de la population mondiale en 2100 est-elle possible ?

Pierre Magne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une prévision démographique mondiale me semble bien peu crédible tant les conditions actuelles géopolitiques, sanitaires et économiques et autres sont instables ! J'en donne  ici quelques-unes. La liste hélas n'est pas limitative !

Raisons géopolitique :
Les tensions guerrières vont accompagner la croissance des populations et des productions de beaucoup de ces pays.
Évidemment la lutte entre le bloc dollar et le bloc des bricks sera âpre. En effet  les USA risquent de perdre la suprématie mondiale qu'ils ont avec le dollar depuis 80 ans environ, c'est la première source d'un conflit entre les deux blocs et ce conflit risque de devenir mondial. Combien de charges nucléaires seront tirées ? 100, 1000, 10 000 ? Sur les villes ? Sur des centrales nucléaires ? Sur Suez, sur Panama ?
(La France et l'Europe risquent alors d'être inhabitables pendant plusieurs milliers d'années !)
Les ressources minérales, gaz et pétrole, les terres cultivables, l'eau,  sont irrégulièrement réparties entre les pays, les luttes pour leurs contrôles, entre les grands blocs risquent aussi d'être très chaude !

Raisons sanitaires
Les évolutions des maladies à virus, type sida ou ebola doivent aussi rendre prudent. L'épidémie ebola actuelle en Afrique de l'ouest montre que la situation n'est absolument pas en voie d'être contrôlée ! Une guerre bactériologique n’est pas non plus à écarter !

Raisons climatiques. Le climat, le réchauffement.
Le réchauffement en 2100 sera-t-il de 4° ou de 6° ou de plus ? La remontée de la mer sera-t-elle de 1m ou de 6m ? Certains pays disparaitront en totalité ou partiellement ! Les vagues monstrueuses de 20m et plus, qui étaient rares, deviennent courantes, on voit des vagues maintenant de 40m ! (voir le conférence récente des météorologues). Trois ou quatre fois plus qu'un tsunami qui a fait plusieurs centaines de milliers de morts ! Ou qui a détruit une centrale nucléaire ! Ceci a un impact sur les ressources en gaz et en pétrole que certains espèrent trouver en mer à grandes profondeurs  dans des zones déjà très tempétueuses !
Autre problème, comme cela s'est déjà passé pendant la préhistoire, le Gulf Stream va-t-il se désamorcer avec des conséquences nombreuses pour le climat de la terre entière et aussi pour les ressources alimentaires de l'Europe. Le même problème et les mêmes conséquences se poseront évidemment pour d'autres courants marins dans l'Atlantique, l'océan Indien et le Pacifique. Il en sera de même pour la mousson en Asie et des autres régimes pluvieux ailleurs dans le monde. La faim est souvent le premier facteur de déclenchement des guerres et des déplacements de populations.
Autre problème : si en Europe on passe d'une pluviométrie de 600 à1200mm à 5 ou 10 fois plus, qu’arrivera-t-il ? Même question ailleurs dans le monde ? L’expérience nous montre aussi que pendant la préhistoire un épisode chaud ou très humide à une latitude, peut accompagner un épisode  froid et très sec à une autre latitude !

Conclusion : une prévision de la population mondiale en 2100 est donc bien difficile !

Tant que le critère de gestion des pays seront la croissance de n'importe quelle production, et la recherche du gain maximum, du profit maximum, tant qu’au niveau mondial, il n’y aura pas d’engagement à respecter une règle verte (on ne prend pas plus à la nature qu’on lui donne),  il sera bien difficile de prévoir l’accroissement ou la diminution de la population, il y a peu bien d’espoir que les choses n’aillent pas de pire, en plus pire ! Bien plus utile serait une estimation de son bien-être actuel et futur des populations et de prévoir ce qu'il faut décider et faire pour que cela s'améliore.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB