La faute aux petits salariés !

   Les néo-libéraux, qu’ils soient économistes, journalistes politiques ou économiques, éditorialistes, décrypteurs ou experts auto-proclamés etc..ne cessent de donner comme raison de tous les maux dont souffre la France, les salaires et avantages sociaux des salariés qui progresseraient trop vite.

C’est pour cela qu’ils mènent ou approuvent une politique économique (depuis 1983…) qui a la particularité d’échouer systématiquement. Cette politique, rendue d’ailleurs quasi- obligatoire par les Traités Européens, (mais cela, les Français ne le savent pas…) continue cependant.

En revanche, un certain nombre de personne profitent de cette politique, par exemple les 10 % les plus riches...et les plus puissants.

Evidemment, cela permet de ne pas parler ou très peu d’autres aspects des maux de la France tels - le niveau de gamme peu adaptée (or ce n’est pas une question de moyens financiers qui a gêné la montée en gamme quand il fallait le faire), - les investissements de mauvaise qualité (trop petits, trop courts, pas assez de robots…..etc.), - la formation insuffisante des salariés, mais aussi -et oui- des patrons... etc.

Toutes raisons qui ont la particularité de ne pas dépendre, ou peu, des salariés…

Mais, la crise Covid montre clairement aux Etats et aux populations que nombres d’ éléments clefs des politiques néo-libérales étaient pour le moins erronés. Alors pour tenter de justifier leurs politiques, ou maintenir leur pouvoir, ces néo-libéraux emploient, des argument qui visent à toucher la personne même des salariés.

La mondialisation

   Ainsi qu’il est « immoral » de toucher à la mondialisation qui permet « de bénéficier de marchandises moins chères » : « les petits salariés veulent-ils vraiment voir baisser leur niveau de vie ? »

C’est amusant (si l’on peut dire) quand on voit qu’avec la mondialisation le niveau de vie justement des petits salariés ( 50 % des salariés!) baisse ou stagne. Ce qui est évident puisque la mondialisation permet avec des salaires plus bas, et des normes moins sévères, de fabriquer à plus bas coût. Ces petits salariés sont ainsi mis en concurrence et cela pèse largement sur leurs salaires (s’ils en ont encore un…).

Cette mondialisation a permis à des millions de petits salariés des pays « en développement » de voir leur niveau de vie grimper. Et les petits salariés français seraient ainsi, en critiquant la mondialisation, responsables de la stagnation du niveau de vie des petits salariés des pays en développement ?

Les petits salariés devraient avoir honte !…...

Le marché du travail

   Le chômage reste à des niveaux très élevés depuis de nombreuses années. Mais non, ce n’est pas à cause de la politique néo libérale suivie, bien au contraire. C’est ennuyeux -non pas pour les chômeurs (si il n’y avait pas d’indemnités de chômage, il y aurait beaucoup moins de chômeurs  sic!)- mais pour ceux qui supportent les cotisations patronales qu’il faut s’employer à réduire. Heureusement E . Macron s’y emploie. Enfin ce sera un Président qui réduira le coût du chômage

La faute des petits salariés est en effet caractérisée. Le marché du travail se divise en deux parties, les « insider » et les « outsider ». Les premiers sont les salariés avec un contrat de travail à durée indéterminée, les seconds sont précaires. Et bien savez vous que « les premiers se servent au détriment des seconds ! Ils jouissent d’augmentations que les autres n’ont pas ….. »(Cela est très loin d’expliquer pourquoi 50 % des salariés ont un salaire qui ne progresse pas……. mais passons).

Ces petits salariés décidément devraient avoir honte !

Au fait si tous les salariés étaient auto entrepreneurs ou en contrat à 0 heure….le chômage diminuerait, il n’y aurait plus de chômage...voilà la martingale ! Uber nous voilà ! encore un effort… 

Un système de retraite trop avantageux

   Ces retraites aux montants énormes (non on ne parle pas de cadres dirigeants ou de grands patrons, on parle bien des petits salariés) « vampirisent » -oui c’est bien le terme employé- vampirisent les dépenses publiques. Sinon il y aurait beaucoup plus d’investissements...(démonstration?) et il y aurait davantage de dépenses de santé (ça c’est un argument qui en période de Covid est fort)…

Ces petits salariés devraient vraiment avoir honte !.).

 

Quand il y a des systèmes en épargne retraite, les salariés peuvent puiser dans leur cagnotte pour contrer la Covid. (Les chiliens ne remercieront jamais assez les « économistes » néo libéraux de Chicago...qui les ont ruiné…..)

Si ils meurent il n’y a plus de problème. Si ils vivent ils n’auront pas, ou moins, de retraite (mais le journal « économique » qui en parle ne traite pas ce sujet..sans doute sans importance.car les 10 % supérieurs en ont toujours assez et puis ils ont du patrimoine...…).

Le paradis néo libéral...

   Les petits salariés, ces pelés, ces galeux dont nous vient tout le mal….

 

                                                                                             _______________________

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.