Pierre-Michel Sivadier
Pianiste, compositeur, auteur, chanteur.
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juin 2021

Pierre-Michel Sivadier
Pianiste, compositeur, auteur, chanteur.
Abonné·e de Mediapart

M comme « malaise »

Fallait-il inviter cet homme qui s’agonit complaisamment d’injures pour mieux se glorifier ? Qui parle comme un charretier pour revendiquer l’influence de Céline. Fallait-il vraiment qu'il nous obligeât à boire son malaise jusqu’à la lie ?

Pierre-Michel Sivadier
Pianiste, compositeur, auteur, chanteur.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Y. M.

M comme malaise.

Fallait-il inviter cet homme complaisant qui s’agonit d’injures pour mieux se glorifier ? Qui parle comme un charretier mélangeant les niveaux de langues avec ostentation, sans doute pour nous rappeler l’influence de Céline.

Ébloui par son propre parcours, toujours doté d'un sérieux teinté d’agressivité, les yeux noirs, aigus, plantés dans l'interlocuteur – un adversaire, sauf lorsqu’il s’agit d’une jeune femme ou d’un laudateur –, l’écrivain mentionne plusieurs fois son âge, 53 ans, et déclare qu’au vu de ses origines (parents d’extrême-droite, province endormie, meilleur copain antisémite), il aurait pu tourner bien pire.

Il s’émeut devant son image à vingt ans, découvrant Kafka, n’étant pas, selon lui, la moitié d’un abruti, (entendez : d’une intelligence supérieure) et ne s’excusant aucunement – lui, de confession juive – de ses dessins antisémites d’une violence rare, qu’il produisit à cet âge, et même s’en accusant avec force détails, avec des mots horribles sur sa personne, sur son ami, pour bien enfoncer le clou, pour que, d’une certaine manière, il se révèle inattaquable.

Oui mais voilà, ça ne marche pas. Car attaquable, il l’est. Par sa mauvaise foi, ses raisonnements spécieux, sa malhonnêteté intellectuelle – qu’il reprochera d’ailleurs à son contradicteur pourtant très mesuré, le nommant par son prénom en rappelant qu’ils sont amis, ce dont on doute instantanément, puis le fustigeant d’un glacial Monsieur B. lorsque le ton monte, pour revenir ensuite à Mon cher Jean, plus consensuel mais dépourvu, on le sent aussitôt, de la moindre sincérité.

L’homme est attaquable car il est détestable. Il a beau dire : « Je suis détestable », il l’est vraiment. Ainsi, c’est un des rares auteurs dont je n’ouvrirai jamais un volume. Le personnage fait écran. Je manque peut-être une révélation littéraire ; j’écris cela sans ironie car ma curiosité dans ce domaine, comme dans toute discipline artistique, fait qu’a priori, je souhaite toujours découvrir, tester, humer, écouter, lire, ne jamais fermer la porte sur un procès d’intention. Oui mais voilà : ici, on est trop loin. Je ne peux pas. D’où mon malaise. L’homme sera parvenu à me dégoûter de son œuvre.

Pourquoi l’inviter dans cette émission ? Le programme a pâli, déjà. On avait pourtant repéré ce journaliste attentif, précis, bienveillant, entouré de compétences calmes, à la discrète culture teintée d’humour élégant. On suivait ses débats en apprenant quelque chose : une exception télévisuelle, des invités de haute volée, parfois même des inconnus. Délicieusement déstabilisant. Et puis, soudain, premier raté : une vedette,  pianiste de jazz aux yeux de la télévision française – c’est tout dire –, chargé de nous parler musique. Soit.

Et voici qu’hier soir, Y.M. envahit l’écran. Il coupe la parole, s’énerve, développe des raisonnements en trois points avec des un, deux, trois, répétés à l’envi, crispant son auditoire ; péremptoire, d’un orgueil incommensurable, d’une odieuse prétention, lui qui se fera pourtant retoquer par une simple mortelle lui répondant du tac-au-tac : oui, c’est ce que je disais… signifiant par-là que l’homme n’était pas original mais suffisamment malpoli pour l’interrompre à tout bout de chant.

Fallait-il inviter ce personnage cynique, machiste, revendiquant haut et clair ses amis homophobes – ce dont il n’est pas fier, ce dont il a honte (je suis inattaquable puisque je m’attaque moi-même) ?

Fallait-il dérouler cet espace de parole, vierge – si l’on ose dire – à celui qui en a tant bénéficié, parangon médiatique se dédouanant toujours de ses coups de gueules injustes : On a le droit de se tromper et mon parcours est brillant. Celui qui s'improvisa même, en toute impunité, critique musical. Il aura tout osé.

Fallait-il l’écouter une fois de plus attaquer ses compères, ses confrères, tous représentants d’une époque emplie de morgue et d’arrogance, tous ayant largement œuvré sur des supports à grande écoute, quand le journaliste d’aujourd’hui – on l’espère pour lui – ne les écoutait pas encore ?

Fallait-il, à nouveau, l’entendre démolir sa famille ? Nous dévoilant l’arrière cuisine jusque dans ses moindres recoins, nous obligeant à boire son propre malaise jusqu’à la lie, malaise qui nourrissait le nôtre.

Le fallait-il vraiment ? Je ne le crois pas. On aurait dû nous épargner cela.

Le Désespéré, Gustave Courbet

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier