Pierre-Michel Sivadier
Pianiste, compositeur, auteur, chanteur.
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juin 2021

M comme « malaise »

Fallait-il inviter cet homme qui s’agonit complaisamment d’injures pour mieux se glorifier ? Qui parle comme un charretier pour revendiquer l’influence de Céline. Fallait-il vraiment qu'il nous obligeât à boire son malaise jusqu’à la lie ?

Pierre-Michel Sivadier
Pianiste, compositeur, auteur, chanteur.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Y. M.

M comme malaise.

Fallait-il inviter cet homme complaisant qui s’agonit d’injures pour mieux se glorifier ? Qui parle comme un charretier mélangeant les niveaux de langues avec ostentation, sans doute pour nous rappeler l’influence de Céline.

Ébloui par son propre parcours, toujours doté d'un sérieux teinté d’agressivité, les yeux noirs, aigus, plantés dans l'interlocuteur – un adversaire, sauf lorsqu’il s’agit d’une jeune femme ou d’un laudateur –, l’écrivain mentionne plusieurs fois son âge, 53 ans, et déclare qu’au vu de ses origines (parents d’extrême-droite, province endormie, meilleur copain antisémite), il aurait pu tourner bien pire.

Il s’émeut devant son image à vingt ans, découvrant Kafka, n’étant pas, selon lui, la moitié d’un abruti, (entendez : d’une intelligence supérieure) et ne s’excusant aucunement – lui, de confession juive – de ses dessins antisémites d’une violence rare, qu’il produisit à cet âge, et même s’en accusant avec force détails, avec des mots horribles sur sa personne, sur son ami, pour bien enfoncer le clou, pour que, d’une certaine manière, il se révèle inattaquable.

Oui mais voilà, ça ne marche pas. Car attaquable, il l’est. Par sa mauvaise foi, ses raisonnements spécieux, sa malhonnêteté intellectuelle – qu’il reprochera d’ailleurs à son contradicteur pourtant très mesuré, le nommant par son prénom en rappelant qu’ils sont amis, ce dont on doute instantanément, puis le fustigeant d’un glacial Monsieur B. lorsque le ton monte, pour revenir ensuite à Mon cher Jean, plus consensuel mais dépourvu, on le sent aussitôt, de la moindre sincérité.

L’homme est attaquable car il est détestable. Il a beau dire : « Je suis détestable », il l’est vraiment. Ainsi, c’est un des rares auteurs dont je n’ouvrirai jamais un volume. Le personnage fait écran. Je manque peut-être une révélation littéraire ; j’écris cela sans ironie car ma curiosité dans ce domaine, comme dans toute discipline artistique, fait qu’a priori, je souhaite toujours découvrir, tester, humer, écouter, lire, ne jamais fermer la porte sur un procès d’intention. Oui mais voilà : ici, on est trop loin. Je ne peux pas. D’où mon malaise. L’homme sera parvenu à me dégoûter de son œuvre.

Pourquoi l’inviter dans cette émission ? Le programme a pâli, déjà. On avait pourtant repéré ce journaliste attentif, précis, bienveillant, entouré de compétences calmes, à la discrète culture teintée d’humour élégant. On suivait ses débats en apprenant quelque chose : une exception télévisuelle, des invités de haute volée, parfois même des inconnus. Délicieusement déstabilisant. Et puis, soudain, premier raté : une vedette,  pianiste de jazz aux yeux de la télévision française – c’est tout dire –, chargé de nous parler musique. Soit.

Et voici qu’hier soir, Y.M. envahit l’écran. Il coupe la parole, s’énerve, développe des raisonnements en trois points avec des un, deux, trois, répétés à l’envi, crispant son auditoire ; péremptoire, d’un orgueil incommensurable, d’une odieuse prétention, lui qui se fera pourtant retoquer par une simple mortelle lui répondant du tac-au-tac : oui, c’est ce que je disais… signifiant par-là que l’homme n’était pas original mais suffisamment malpoli pour l’interrompre à tout bout de chant.

Fallait-il inviter ce personnage cynique, machiste, revendiquant haut et clair ses amis homophobes – ce dont il n’est pas fier, ce dont il a honte (je suis inattaquable puisque je m’attaque moi-même) ?

Fallait-il dérouler cet espace de parole, vierge – si l’on ose dire – à celui qui en a tant bénéficié, parangon médiatique se dédouanant toujours de ses coups de gueules injustes : On a le droit de se tromper et mon parcours est brillant. Celui qui s'improvisa même, en toute impunité, critique musical. Il aura tout osé.

Fallait-il l’écouter une fois de plus attaquer ses compères, ses confrères, tous représentants d’une époque emplie de morgue et d’arrogance, tous ayant largement œuvré sur des supports à grande écoute, quand le journaliste d’aujourd’hui – on l’espère pour lui – ne les écoutait pas encore ?

Fallait-il, à nouveau, l’entendre démolir sa famille ? Nous dévoilant l’arrière cuisine jusque dans ses moindres recoins, nous obligeant à boire son propre malaise jusqu’à la lie, malaise qui nourrissait le nôtre.

Le fallait-il vraiment ? Je ne le crois pas. On aurait dû nous épargner cela.

Le Désespéré, Gustave Courbet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot