Pierre Millet
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mars 2022

Face à la guerre en Ukraine, quel internationalisme ?

[Rediffusion] À propos du parti pris d'Edwy Plenel sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie. N’est-il pas urgent de revendiquer un soutien internationaliste indépendant et par en bas, et donc de classe avec nos frères et sœurs d’Ukraine et de Russie qui résistent et sont jetés dans une guerre dont ils ne veulent pas et dont ils et elles seront et sont déjà les premiers à payer le prix ?

Pierre Millet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans un article publié le 2 mars au soir et placé en Une de Mediapart, Edwy Plenel revient sur l'invasion russe en Ukraine qu'il décrit comme le résultat de l'émergence d'un nouvel impérialisme russe, dont il propose une analyse politique. Il dresse également un parallèle avec l'intervention de l'OTAN en Yougoslavie en 1999, qu'il avait alors soutenue et présente aujourd'hui comme un mal nécessaire, pour ensuite appeler en toute fin à un sursaut internationaliste pour "soutenir, défendre et aider, y compris militairement, celles et ceux qui résistent à l’agression de ce nouvel impérialisme russe."

Cet article a le mérite de rappeler la violence de l’intervention russe en Syrie et il reprend de nombreux éléments factuels et incontestables sur le régime de Poutine, qui est indéniablement réactionnaire et criminel, comme l’est la guerre qu’il mène en Ukraine et qu’il convient à juste titre de dénoncer le plus fermement qui soit. Cependant l'article est assez partiel et, en ramenant tout à ce qu’il définit comme « l'impérialisme russe », il peine à rendre compte de la situation actuelle au plan mondial et de l'évolution politique de Poutine qui, rappelons-le, avait demandé l'adhésion de la Russie à l'OTAN en 2000, comme s'en félicitait alors dans les colonnes du Monde George Robertson, alors secrétaire général de l'OTAN, ce que ne mentionne pas l'article, mais dénonçait déjà Daniel Bensaïd, dans un article rédigé en 2000. Daniel Bensaïd y revenait sur son opposition à l'intervention militaire de l'OTAN en Yougoslavie et il y raillait les paroles positives de Robertson à l'égard du "boucher de Grozny" (Poutine).

Or, l'intervention de l'OTAN en Yougoslavie en 1999, qui a causé la mort de 489 à 528 civils, dont pour les deux tiers des Albanais du Kosovo (selon le rapport d’Human Rights Watch sur la question) a-t-elle vraiment été d’un quelconque secours pour ces mêmes Albanais du Kosovo, déjà victimes de la répression sanguinaire du criminel de guerre Slobodan Milosevic ? Il y a de fortes raisons de penser le contraire. Daniel Bensaïd avait d’ailleurs à cette époque publié chez Textuel un petit livre, Contes et légendes de la guerre éthique, dans lequel il dénonçait les prétentions à la guerre éthique au Kosovo qui, au prétexte de soutenir le faible contre le fort prenait des accents de guerre sainte. C’est ce même argument de la défense du plus faible qui est repris par Edwy Plenel pour justifier un alignement derrière les « gouvernements démocratiques » face à la Russie, en invoquant Orwell défendant l’alignement aux côtés des démocraties face au nazisme dans la Seconde guerre mondiale, un parallèle qui a de quoi laisser perplexe.

Face à la guerre en Ukraine, Edwy Plenel s’en prend à ce qu’il décrit comme un « non alignement » et il s'appuie sur des déclarations de courants ou intellectuels de la gauche ukrainienne, polonaise ou russe pour défendre une riposte dans « l’inter-nation » face à « l’impérialisme russe ». Ce terme d’inter-nation est assez flou mais il semble devoir s’entendre comme la défense de la mise en place d’une coalition internationale contre la Russie. Il apparaît en outre assez étonnant qu’Edwy Plenel ne qualifie d’impérialiste que la Russie et non les pays classiquement définis comme tels à savoir les États-Unis et les grands pays d’Europe comme la France, présentés ici seulement comme des démocraties et des nations opposées à l’impérialisme russe. Sans entrer en détail dans le débat sur la justesse de la caractérisation de la Russie comme un nouvel impérialisme, nous nous contenterons de souligner que la guerre actuelle a bien mis en évidence le fait que la Russie de Poutine, toute aventuriste et militariste qu’elle puisse être, n’en demeure pas moins dépendante des places financières européennes et en partie des sociétés de courtage et de négoce basées en Suisse comme Glencore pour l’export de ses hydrocarbures, qui constituent et de très loin le principal volume de ses exportations. La Russie tsariste était elle aussi exportatrice de matières premières et débitrice auprès des grandes places financières européennes et pourtant déjà définie comme impérialiste par les marxistes de l’époque, mais la Russie d’alors avait derrière elle deux siècles d’expansion militaire et territoriale et le contexte mondial, essentiel pour comprendre la hiérarchie entre États, était bien différent.

Si l’invasion de l’Ukraine par la Russie doit être dénoncée catégoriquement, est-il cependant nécessaire de s’aligner sur l’action de nos « gouvernements démocratiques », qui se réarment à grand coups de milliards qui ne seront pas dépensés pour les services publics et dont les sanctions économiques s’apparentent selon les mots d’Adam Tooze (et de Bruno Le Maire qui s’est dédit par la suite !) à une guerre financière qui sera lourde de conséquences au plan géopolitique et dont les populations de Russie, d’Ukraine et du monde seront les premières à faire les frais ? Les sanctions économiques ont-elles par ailleurs déjà pu arrêter une guerre ? Ne risquent-elles pas de pousser Poutine au jusqu'au-boutisme ?

La situation des Ukrainiens est dramatique et on a raison de vouloir se solidariser avec la résistance de la population ukrainienne face à cette invasion, mais les livraisons d’armes au gouvernement Zelensky et le réarmement vont-ils véritablement améliorer le sort des Ukrainiennes et des Ukrainiens ? Ne pourraient-ils pas risquer de conduire, aux côtés des sanctions économiques, à une dangereuse escalade du conflit, dans une situation où la menace nucléaire est ouvertement brandie ? N'y a-t-il pas d'autres issues à cette guerre ?

Dénoncer l’invasion de l’Ukraine par la Russie sans s’aligner sur la politique menée par le gouvernement Macron et ses alliés, est-ce nécessairement rester les bras croisés dans ce qui serait un pacifisme béat, voire pire une caution de Poutine ? Ne peut-on pas manifester dans la rue et sur les réseaux sa solidarité à l’égard des Ukrainiens qui font face à l’invasion de la Russie et sa solidarité à l’égard des Russes opposés à la guerre et qui bravent la police et risquent la prison, sans pour autant se ranger aux côtés de nos gouvernements, déjà discrédités par leurs aventures diplomatiques et militaires passées et présentes ? N’est-ce pas déjà ce qu’ont fait les salariés de Neuhauser dans le Grand Est ou de l’hôpital de la Charité à Berlin ?

Plus encore, ne risque-t-on pas de discréditer la cause que l’on entend défendre en s’alignant sur ceux que par ailleurs on combat ? N’est-il pas urgent de revendiquer un soutien internationaliste indépendant et par en bas, et donc de classe avec nos frères et sœurs d’Ukraine et de Russie qui résistent et sont jetés dans une guerre dont ils ne veulent pas et dont ils et elles seront et sont déjà les premiers à payer le prix ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement