AUX ARTISTES DE LA PAIX : ÉDUQUER À LA PAIX POUR RÉSISTER À L’ESPRIT DE GUERRE

AUX ARTISTES DE LA PAIX

(Des outils pour comprendre, des mots pour réfléchir)

     Les gens devraient se rencontrer pour se connaître.

     Quels artistes ? Qu’ont-ils chacun à offrir ?

     Pour la paix ? Qu’est-ce que la paix ? Il est temps de définir ce qu’est la paix pour savoir de quoi nous parlons vraiment.

     Comment agit au quotidien chaque artiste et comment fabrique-t-il tout ce qu’il trouve juste et bon à faire ?

 

     Les artistes de la paix ne doivent-ils pas avoir pour  objectif l’éducation populaire à la paix pour résister à l’esprit de guerre ?

     La guerre n’est-elle pas l'antinomie de la paix ?

     La paix par la guerre ou la paix par la paix ? Non ! Il n’existe pas l’une ou l’autre mais il existe bien l’une et l’autre : la paix et la guerre.

     Les artistes de la paix s’occupent de la paix, de construire la paix.

     Les artistes de la paix laissent la guerre à ses spécialistes pour combattre les gens qui ont pour idéal la mort et la destruction.

     Les artistes de la paix ne peuvent donc pas éduquer à la paix contre l’esprit de guerre avec les maîtres de guerre, militaires et autres assassins professionnels.

     Quels artistes ont - dans leur préoccupation quotidienne,  l’éducation populaire comme ouvrage ?

     Populaire qui signifie bien : pour tout le monde ?

 

     - Sommes-nous des pacifistes modérés ?

 

     Les artistes de la paix organisent des manifestations artistiques dans la population, sur les lieux de vie du peuple (c’est-à-dire de tout le monde) dans le but de créer et de développer l’éducation populaire, l’éducation à la paix.

     Une assemblée générale d’urgence avec pour ordre du jour : « Qu’est-ce que la paix ? Comment la faire ? ».

     Des décisions sont prises : devons-nous  approuver sans possibilité de critiquer ?

     Sommes-nous des démocrates modérés ?

 

« ON » EST CON.

     « On » se félicite, « On » se congratule entre gens du monde, des artistes utiles au système, qui n’ont rien à donner sans compter, qui sont là pour leur publicité.

     « On » se force continuellement au dialogue avec des personnes ou des institutions qui sont convaincues militaristes.

      « On » demande moins d’armes au lieu de réclamer la conversion des usines d’armement en usines à outils pour réparer le monde et construire la paix, ce qui exige la reconversion des militaires en travailleurs de la paix.

      « On » ne réclame pas de position politique des syndicats qui ne sont là que pour défendre le statut des travailleurs - et leur pouvoir d’achat.

     Il n’y a pas de de manifestations artistiques dans la population, sur les lieux de vie du peuple (c’est-à-dire de tout le monde) dans le but de créer et de développer l’éducation populaire, l’éducation à la paix.

     « On » conserve dans le formol et les formules des reliques d’une histoire coloniale rabâchée au lieu de fabriquer l’histoire au présent avec tous les citoyens vivants.

     « On » oublie d’inviter deux de nos premiers ambassadeurs pour la paix lors de leur passage au pays, notre doyenne Joan Baez et notre doyen Bob Dylan.

     « On » exclue tout critiquant, celles et ceux qui exercent leur citoyenneté en proposant des choses, qui  modifient les discours : tous chercheurs et trouveurs.

     Faut-il demander la dissolution de cette « démocratie » ?

 

     Nous avons besoin nouvelles candidatures pour élire un nouveau président et pour choisir une nouvelle démocratie;

     - la redéfinition de ce qu’est la paix;

     - des actions en vue de développer l’éducation populaire à la paix pour résister à l’esprit de guerre.

 

ÉDUQUER À LA PAIX

POUR RÉSISTER À  L’ESPRIT DE GUERRE

     On ne peut pas éduquer avec la peur du gendarme.

     Sinon, quand le gendarme a le dos tourné, on fait des délinquants.

 

     L’éducation c’est la force de la raison contre la raison de la force.

     On s’adresse à la partie noble de l’individu, son cerveau et non pas ses tripes.

 

     La violence pour la violence n’est utilisée que par les professionnels de la violence contre les gens violents qui n’ont point le langage de la raison, qui n’ont point de cerveau, mais juste les tripes des faibles.

 

     La paix ne s’enseigne qu’avec des gens qui savent parler infiniment.

     Parler et reparler, jusqu’à la fin d’un conflit.

     Porter parole chacun son tour autour du feu de l’amitié.

     Et les points de vue peuvent s’accorder, ou la discussion continue, sans peur de perdre la parole.

     Et si la discussion dure une éternité, tout ce qui compte, c’est garder la paix et entretenir l’amitié.

 

     Les gens qui supportent la contrariété, la critique, les contradictions sont les gens dignes d’amitié.

     La vie est si compliquée qu’il faut l’amitié absolument pour tout partager, la joie comme la peine, le pain comme les roses.

 

     Les gens haineux sont des faibles démunis d’amour pour l’humanité qui n’ont pour raison que la force dans leurs muscles et leurs armes et ils agissent en suivant leur unique point de vue totalitaire comme explication à leurs gestes assassins.

 

     Quand pourrons-nous dialoguer entre nous, faire connaissance ?

     Comment présenter les choses ?

     Pourquoi n'y aurait-il-pas un forum permanent pour discussion ouverte sur la place publique, dans nos lieux de vie ?

     Je suis du ministère de la Paix et je m'occupe de construire la paix.

     Au ministère de la Paix ce n’est pas la violence qui légifère.

 Mais, le commandement de Moïse : « Tu ne tueras point ».

 

     Pour ma part, j’ai réalisé :

     Le Livre De La Paix qui se trouve sur le blog : www.poesielavie.com (et il existe un diaporama qui l’accompagne)  des enseignants s’en servent pour éduquer les jeunes, ce livre/outil est aussi disponible en PDF gratuit pour la lecture et la copie sur le site web de la Bibliothèque nationale du Québec.

 

     Qui voudrait organiser avec moi une tournée dans les écoles, les collèges et universités, les entreprises pour y faire des conférences et débats et diffuser Le Livre De La Paix ? N’est-ce pas là un bon et juste projet artistique de culture humaine et d’art de vivre ?

     Je sais ce que certains vont rétorquer : « Y a pas d’argent »…    Est-ce que je vous ai demandé votre argent pour réaliser ce livre et concrétiser tous mes rêves sous forme de trouvailles que j’offre au monde gratuitement depuis 1964 ? Croyez-vous qu’au Pays il y aurait des maisons de la culture, et tous ces mots de liberté s’il n’y avait pas des oiseaux qui chantent pour chanter et qui, pour casser la graine, vont gratter le sol ?

     Picasso a-t-il eu une subvention pour peindre Guernica ?

                                              

     Faites ce que vous voulez avec vos propres ressources c'est suffisant pour danser sur les places - personne ne peut vous empêcher de donner ce que vous avez à donner ! ... Le système ne s'intéresse qu'aux gens qui lui sont utiles pour entretenir l'illusion de démocratie. Notre Constitution nous permet tout. Nous n’avons pas besoin d’autorisation pour exercer notre citoyenneté.

     Si vous êtes véritable artiste vous avez deux amies pour vous aider : la ruse et la muse... Et votre génie vous souffle ce que vous devez dire quand c'est le temps. Soyez de modestes travailleurs pour être de bons interprètes et toujours vivez au milieu du peuple (c'est à dire avec tout le monde).  Vous n'avez pas à faire la cour à des médiocres patentés; vous n'avez pas de dossier à remplir, vous pouvez changer de nom tous les jours, anonyme est le meilleur patronyme pour l'élégant généreux qui repousse le mal, guérit, charme, provoque l'amour ! Et n'allez pas dans les salons des ratés de l'existence diplômés de suffisance, écartez-vous des agents culturels chargés de la sécurité intellectuelle du système !

     Amène la joie !

 

     Pierre Marcel Montmory trouveur

poesielavie@gmail.com

 

Les hymnes nationaux et les marches militaires sont des chants meurtriers.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.