Mon enfant, (Lettre inspirée par Greta Thunberg)

Lettre inspirée par Greta Thunberg

   Mon enfant,                             (Lettre inspirée par Greta Thunberg)

   Je peux t’appeler mon enfant car les enfants de la Terre sont tous un peu mes enfants.

   Tu as raison, mon enfant, les gens sont des salauds.

   Les gens savent tous la vérité mais ils gardent la tête dans le sable et préfèrent la haine et la destruction car ils ne s'aiment pas eux-mêmes.

   Les gens laissent dire et laissent faire.

   Les gens, en général, adorent l’autorité, et ils sont prêts à payer pour voir leur propre disparition dans la déchéance plutôt morbide.

   Les gens, en général, je les déteste comme tu les détestes. Ils ne méritent pas de vivre. Ils ont détruit notre seul paradis possible.

   Les gens volent à la vie avec les voyous qui les mènent.

   Les gens construisent les murs et les armes.

   Les gens détestent les enfants,

   Les gens prennent les enfants pour des idiots. Mais les enfants comprennent tout, Les enfants n’ont pas les mots mais ils sentent naturellement.

   Les enfants sont des petites personnes que l’on néglige comme les adultes se négligent eux-mêmes - en renonçant à leur propre enfance, ils abandonnent leurs rêves et leurs enfants.

   Les gens ont peur de naître, de vivre, de mourir !

   Les gens préfèrent croire plutôt que savoir.

   Les gens adulent les stars de la finance, les artistes vendus et à vendre; les gens chassent du regard les poètes rêveurs, les gens ne veulent pas être savants de leur propre cœur – alors les gens repoussent l’enfant qui sait lire dans leurs yeux; les gens rejettent l’enfant qui sent leur cœur de pierre : parce que les adultes se moquent des savants poètes et des enfants qui apprennent chaque jour, pour grandir, toujours.

   Les gens préfèrent espérer plutôt que vouloir. Les gens enferment la jeunesse dans des placards, sous des numéros, dans des uniformes.

   Enfant, si riche de talent et de merveilles, inouïe, tu nous parles que de l'Amour, le vrai, inaccessible aux préjugés, réservé aux amoureux de la vie, dignes de l'amitié de tous les humains.

   Les gens, en général,  sont négatifs, sont des bons à pas grand-chose, ils ne s'aiment pas et donc ne sont point aimables - alors ils grinchent et détestent ceux qui jouissent de vivre.

Pierre Marcel Montmory trouveur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.