Al-Qaïda appelle au meurtre de policiers français

La police en grand danger © Alban De Ferris La police en grand danger © Alban De Ferris
Chaque jour, des policiers sont en danger permanent, souvent blessés et parfois tués lâchement par des voyous qui ont pris le pouvoir que ce soit dans les banlieues ou même dans les centres-villes. En clair, la police est abandonnée par le pouvoir en place alors qu’elle est toujours présente et prête à intervenir dans les situations les plus dramatiques. Il faut savoir que cette police tant décriée et si attaquée par des individus de mauvaise foi, est le rempart de notre sécurité au quotidien. Elle est le garant du respect des lois républicaines, et sans elle, que deviendraient les citoyens face aux « racailles » qui progressent dans l’espacer public ?

Aussi, devant la carence du président de la République, du Premier ministre, du ministre de l’Intérieur et du ministre de la Justice, les voyous s'oerganisent de leur côté, alors que de leur côté, les terroristes s’installent avec plus de force et préparent désormais une grande offensive contre les policiers. C'est ce qu'expliquent les lignes qui suivent, selon les informations recueillies auprès des syndicats de police.

Sous le titre « la tête des policiers mise à prix », l’Union des officiers (UDO) de police Unsa informe ses adhérents que l’organisation terroriste incite les Jihadistes à tuer des policiers pour une somme de 60.000 €. Le même jour, des photos de policiers et de leurs familles étaient placardées dans les halls d’immeubles de trois communes du 93.

Les policiers français sont encore sous le choc des deux derniers meurtres de leurs collègues. Celui de Stéphanie Montfermé, 49 ans, égorgée vendredi dernier dans le sas de son commissariat de Rambouillet (78) par un individu abattu par la police. Et celui d’Eric Masson, 37 ans, abattu mercredi par un dealer en pleine rue à Avignon. Ils apprennent aujourd’hui que leur propre sécurité et celle de leur famille est désormais menacée par Al-Qaïda comme le révèle le journal de l’Union des Officiers (UDO) de l’Unsa Police. Lire l'article complet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.