Violences sur les femmes : Aya Nakamura une victime parmi tant d'autres

nvitée de Léa Salamé pour son podcast "Femmes puissantes", sur France Inter, la chanteuse Aya Nakamura a expliqué en particulier qu'elle regrettait de ne pas avoir porté plainte.

Aya Nakamura © Alain Laugier Aya Nakamura © Alain Laugier
La situation de Madame Aya Nakamura n'est pas isolée. Elle est même très courante, bien que la plupart des affaires de ce genre ne soit pas divulguée dans les médias, si l'on considère que les autres femmes victimes de violence n'ont pas la même notoriété dont jouit mondialement la chanteuse souvent invitée par les médias.

Ce qui fort regrettable dans l'affaire de Madame Nakamura, c'est son attitude à ne pas avoir voulu porter plainte contre son compagnon, alors qur'elle aurait pu le faire aisément. Aya Nakamura a un avantage incontestable sur les autres femmes : elle est très connue, donc écoutée, si non respectée et sa parole pèse lourdement en évidence dans une telle affaire, ce qui donne un crédit à sa parole d'une importance capitale devant les tribunaux. Le plus souvent, il faut admettre que les femmes barttues n'ont aucun moyen de défense réel face à leur situation précaire dans la société.  A peine si les autorités se penchent sur leurs problèmes, et dans de  nombreux cas, ni la police; ni la gendarmerie interviennent efficacement dans le suivi des affaires et dans les poursuites pouvaqnt être engagées à l'encontre de l'agresseur. Terrifiées, sans appui et sans aides, délaissées par le système, ces femmes se taisent et n'osent même pas en parler à leur entourage. C'est l'omerta qui domine et qui triomphe.dans le plus grand nombre des cas. Lire l'article complet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.