La voiture de demain ...après l'électrique

La voiture électrique ne sera qu'un feu de paille. Dans 10 ans, elle aura disparu pour faire place à un nouveau type de voiture sans carburant. pouvant rouler 100 ans. Cadillac vient de sortir son prototype.

La voiture de demain qui remplacera l'électrique © Alban De Ferris La voiture de demain qui remplacera l'électrique © Alban De Ferris
Après quelques années de silence, elle revient aujourd'hui et une plis de plus, elle nous transporte dans un univers imaginaire. voiture de demain

Le constructeur automobile Cadillac vient de mettre sur le marché un prototype de véhicule futuriste.

En effet, la voiture est en mesure de circuler sans carburant pendant plus d’un siècle.

Derrière cette prouesse technologique, en partenariat avec Laser Power Systems, se niche une motorisation au thorium, un minéral noir des plus compacts connu sur Terre. Sa consommation en carburant est donc faible.

La voiture se veut résolument plus économe que le modèle électrique et qu’une motorisation classique.

Un concept novateur

Cette nouvelle source d’énergie pourrait amplement s’étendre sur le marché de l’automobile tant cette solution est un concept économique et disponible en quantité. À peine 8 grammes sont utiles pour faire circuler la voiture pendant plus de 100 ans. L’idée est révolutionnaire et offre des perspectives nouvelles vers une autre source d’énergie.

À l’heure où les taxes sur le carburant augmentent et de l’amenuisement des gisements de pétrole, Cadillac ouvre la voie à de nouvelles alternatives pour les prochaines décennies. L’utilisation du thorium, par le biais d’un réacteur nucléaire, est pour le moment la solution la plus crédible pour faire face à la pénurie de pétrole dans les prochaines années. D’ailleurs, certaines nations à l’image de l’Inde, du Japon, de la Chine, des USA et de la France ont déjà flairé le coup. En effet, son exploitation est en projet d’expérimentation dans ces pays.

Lire l'article complet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.