Les Juifs français face à l’antisémitisme d'aujourd’hui

Le drame de l'Hyper Cacher © Claude Carrère Le drame de l'Hyper Cacher © Claude Carrère
Depuis quelques années, l'antisémitisme est revenu devant de la scène et aujourd'hui, il est présent plus que jamais. Et quuand vous parlez à un israélite, il ne peut s'empêcher de se confier sur le drame que vit sa communauté au quotidien, c'est-à-dire dans l'angoisse permanente d'une agression ou d'un attentat. Chaque année, nombreux sont les citoyens français d'origine juive qui renoncent à vivre en France et fuient le territoire pour partir à l'étranger ou revenir e Isräel. Si, dans les faits, on ne connaît pas exactement le nombre de ces hommes et femmes qui s'expatrient, on sait par contre que les actes antisémites ne font qu'augmenter chaque année, même si parfois, on note une baisse à certaines périodes qualfiées comme plus "calmes". En clair, la croissance  du nombre d'actes séditieux, voire criminels se manifestent à propos d'évènements à caractère politique au niveau national ou international. Mais très souvent, ils interviennent sans raison particulière, l'antijudaïsme étant ancré dans certaines communautés qui ne renonceront jamais à commettre des crimes contre ceux qu'ils considèrent en ennemi mortel.

Aujourd'hui, le contexte est extrêmement brûlant depuis que la justice doit rendre bientôt son verdict dans le cadre de l'instruction des dossiers ouverts suiite aux diverses attaques terroristes des 7 et 9 janvier 2015.

Ainsi, depuis le 2 septembre 2020 se tient à Paris le procès des complices et soutiens logistiques présumés des attentats de janvier 2015. Des journalistes, des policiers et des Juifs avaient alors été visés lors de différents événements meurtriers décrits comme des attentats sans précédent en France et parfois surnommés « les attentats de Charlie ».

Ces semaines de procès ont été émaillées d’actes violents dont le saccage d’un restaurant juif à Paris. Lire l'article complet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.