La jupe serait-elle devenue un vêtement dangereux pour la femme ?

La femme devra-t-elle abandonner la jupe pour éviter de se faire agresser ?

Jupe trop courte ? © Claude Carrère Jupe trop courte ? © Claude Carrère
Depuis quelques jours, les articles de presse révèlent des agressions contre des femmes qui portent la jupe. La situation semble irréaliste quand on sait que le port de la jupe est acquis depuis des siècles et que, selon les cultures, ce vêtement a été porté soit par les hommes (kilt, sapeta, sarong), soit par les femmes (sari par exemple). Et depuis 1672 en Europe, le terme de juge désigne essentiellement un vêtement féminin.

Nous n'allons pas revenir sur l'histoire de la jupe qui a traversé le temps,  sans qu'elle ait pu provoquer dans la société, autant que l'on sache des problèmes particuliers jusqu'à ces dernières semaines.

Mais voilà qu'aujourd'hui, des individus stupides ont décidé dans leur tête fêlée, de définir la jupe comme un objet vestimentaire de provocation qu'il faut combattre à tout prix, pour défendre, selon eux, les "valeurs morales" de la société. Ainsi, ces énergumènes ont décrété de passer à l'action. A ce sujet, je souligne ici un reportage que j'avais réalisé avec deux co-équipiers à Marseille en mars 2016, voici donc plus de quatre ans. A cette époque, nous faisions une enquête sur le  statut de la femme dans les banlieues : souvent asservie par le mari au sein d'une famille nombreuse, frappée, battue même, elle ne parvient pas à se libérer d'un ghetto où règne l'esclavagisme. Un jour, nous tombons sur deux hommes qui semblaient s'inquiéter de notre présence dans la cité. Après quelques mots et explications, ces derniers essaient de nous convaincre que la femme serait le malheur de l'homme, surtout celle qui s'émancipe ... et qui porte la jupe ! Impossible de discuter avec ces personnes qui ont une idée bien dégradante de la femme et qui veulent revenir au Moyen-Âge. En vérité, ils sont de plus en plus nombreux à raisonner de cette manière, ce qui en évidence entraîne des réactions violentes de la part de quelques-uns. Lire l'article complet

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.