Les réseaux sociaux ont-ils une responsabilité dans la mort de Samuel Paty ?

Nous savons tous que les réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter pratiquent la censure et suspendent facilement les comptes des internautes, sans aucune raison valable même. Et pourtant, ils laissent courir les injures, les commentaires haineux, les insultes, etc ... etc ... A ne rien y comprendre.

Les réseaux sociaux © Claude Carrère Les réseaux sociaux © Claude Carrère
Après la mort de Samuel Paty, le gouvernement cible (encore) les réseaux sociaux

Il est évident que les réseaux sociaux jouent un rôle important dans les attentats comme dans tous autres types de crimes ou de délits.

Et de ce côté là, le gouvernement a raison de vouloir prendre des dispositions sévères, car certaines plateformes, faut-il le préciser, sont complices directement ou indirectement des contenus sordides, haineux et violents qui envahissent à l'heure actuelle les sites internet.

Ces plateformes qui s'appellent notamment Facebook ou Twitter, font la loi dans le monde entier et imposent leur dictature à leur manière, censurant les uns pour acorder toutes leurs faveurs à des internautes ou des groupes d'internautes parfois extrêmement dangereux ppur la société et la sécurité publique.

Ainsi, frapper vite et fort via des “actions concrètes” . Voilà l’engagement pris par Emmanuel Macron en réaction à l’assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire géographie décapité pour avoir montré des caricatures de Mahomet en classe. Et parmi les mesures promises, un renforcement de l’arsenal pour lutter contre les contenus haineux. 

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a en effet annoncé ce dimanche 18 octobre qu’un “dispositif juridique de lutte contre la haine sur les réseaux sociaux” serait prochainement dévoilé. La loi Avia, qui poursuivait précisément cet objectif, ayant été vidée de sa substance par le Conseil constitutionnel. Si ce serpent de mer refait surface aujourd’hui, c’est en raison du rôle joué par les réseaux sociaux dans le drame qui a frappé l’enseignant. Lire l'article complet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.