Daniel Cordier un grand résistant

Daniel Cordier © Claude Carrère Daniel Cordier © Claude Carrère
Daniel Cordier, l'un des premiers Français à avoir rallié les Forces françaises libres en juin 1940, s'est éteint vendredi à Cannes (Alpes-Maritimes) à l'âge de 100 ans. Outre son passé de résistant, il était un marchand d'art reconnu et l'auteur de plusieurs ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale.

Incontestablement, Daniel Cordier a joué un rôle dans la Résistance, mais son engagement n'est pas plus important que celui de nombreux autres résistants qui sont restés dans l'ombre ou qui sont morts, exécutés par la Gatespo. Certes, il a été le secrétaire de Jean Moulin, mais pendant combien de temps ? Moins d'un an si l'on considère qu'il est entré à son service d'août 1942 à juin 1943, date de l'arrestation de ce dernier. Ainsi, qu'on lui rende hommage comme le souhaite le président Macron, c'est parfaitement légitime, mais il faudrait aussi que le chef de l'État s'exprime aussi sur tous ceux et celles qui ont œuvré pour résister face à l'Allemagne nazie, même s'ils n'ont pas connu la même notoriété que Monsieur Cordier. Mais revenons maintenant sur l'existence hors du commun de cet homme, décédé ce vendredi 20 novembre à l'âge de 100 ans, avant-dernier Compagnon de la Libération. Voici cinq choses à savoir sur l'ancien secrétaire de Jean Moulin. Lire l'article complet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.