Le retour de Sarkozy : une bonne nouvelle ?

Le retour de Nicolas Sarkozy. © Pierre Reynaud Le retour de Nicolas Sarkozy. © Pierre Reynaud

Un retour en fanfare … l'ancien président revient. Pour faire quoi ?

C'est à grands sons de tambours et de trompettes (chez les médias !) que Nicolas Sarkozy vient de faire sa rentrée politique.

L'ancien président qui déclare, curieusement d'ailleurs, ne pas croire à l'homme providentiel, se comporte toutefois comme le "sauveur" de la France, celui que l'on attend avec fébrilité pour un changement radical de la politique de la Nation. Mais qui l'attend ?

En apparence, pas grand monde, sauf certains médias assez bienveillants vis-à-vis de l'ancien chef de l'Etat.

Mais qu'est venu dire réellement Monsieur Sarkozy face aux caméras de France 2 ?

Pendant les 40 mn d'interview, nous n'avons appris grand-chose en dehors de ses états d'âme et de ses projets, bien vagues d'ailleurs, en ce qui concerne l'avenir du Pays. Le seul point qui a retenu notre attention, ce sont ses belles paroles séduisantes et accrocheuses qu'il reprend aujourd'hui et qu'il puise dans le passé, mais au fond, qui restent bien vides, face à l'attente des Français plongés dans le drame politique, économique et social de la Nation.

Après deux années d'absence de la scène politique, Nicolas Sarkozy n'a pas perdu de sa verve, de ses talents d'orateur, ni de sa force de persuasion. En fait, il pratique toujours l'enfumage, une attitude qui lui a parfaitement servi au moment des présidentielles de 2007.

Alors, en vérité, à quoi sert effectivement son retour ? À personne ou presque, si ce n'est à lui-même. Nous avons tous que la majorité des Français n'est pas favorable à son retour aux affaires, ni à sa réélection en 2017. Et pourquoi ? En fait, la confiance populaire n'existe plus. Il faut dire aussi que les citoyens dans leur ensemble, ont bien été déçus par les partis politiques, que ce soit l'UMP ou le PS. Hollande a déçu ; Sarkozy aussi.

Er maintenant, suite à ce dégoût des grandes formations politiques du Pays, certains de nos compatriotes se tourvent vers Marine le Pen. Drôle d'idée de la part de ces électeurs qui votent par dépit pour le Front National, sachant pertinemment que ce parti conduira la France dans un désastre encore plus grand que celui que nous connaissons à l'heure actuelle. Et c'est là, peut-être, que Nicolas Sarkozy connaît une chance de revenir au pouvoir : une chance pour ses amis certes, mais pas pour la France ni pour la démocratie.

À la fin de l'interview de Laurent Delahousse, je ne dirai pas que j'ai été déçu, car à vrai dire, je ne m'attendais pas à mieux. J'ai été plutôt consterné de voir que Monsieur Sarkozy n'avait pas changé du tout, et qu'il conservait clairement ses vieilles méthodes de campagne où domine nettement l'art de prendre les citoyens pour des nigauds ou des imbéciles ; pour ne pas employer d'autres mots beaucoup moins élégants …

Le retour de Nicolas Sarkozy ? Une bonne nouvelle ? Certainement pas pour les Français que nous sommes ; mais sans doute, pour ses amis politiques qui le soutiennent, comme aussi pour les médias qui cherchent à faire de l'audience ou à vendre du papier.

La certitude est que le dimanche 21 septembre 2014 ne sera jamais un jour qui fera date dans l'Histoire de la France. A moins que je me trompe … et j'espère me tromper !

Pierre Reynaud

Essayiste – Historien

Auteur de Révoltez-vous publié chez Edilivre

www.la-revolution2014.fr

Réseau Facebook : https://www.facebook.com/pierrealainreynaud75

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.