Les violences faites aux enfants et aux femmes en France

Muriel Salmona et Marlène Schiappa © Claude Carrère Muriel Salmona et Marlène Schiappa © Claude Carrère
Depuis de longues années, nous vivons en France dans une situation intolérable concernant les agressions sexuelles de tous genres : Dans un premier temps, il existe depuis trop longtemps des violences faites aux enfants et celles-ci sont de plus en plus nombreuses quand on se penche sur ce problème. Ces viols touchent de jeunes enfants parfois à peine âges de 3 ou 4 ans, et plus souvent, chez d'autres jeunes âgés entre 7 et 14 ans. Les fillettes violées souvent par un proche (père, frère, oncle etc ...), comme aussi chez les garçonnets, représentent 25 % d'une jeune population traumatisée à vie, avec toutes les séquelles qui en résulteront tout au cours de l'existence.

La jeune enfant violée (comme le petit garçon victime du même sort), voilà des petits êtres dont l'avenir est brisé à jamais. La jeune adolescente qui deviendra femme ne pourra jamais oublier tous les sévices subis, ce qui entraînera automatiquement à l'âge adulte, un déséquilibre incontrôlable ayant fréquemment, peut-on le constater, de sérieuses répercussions dans une vie de couple ou au niveau familial.

Mais pourquoi le législateur n'a pas réagi en temps utile ? Pourquoi les condamnations ne sont-elles pas tombées durement sur les personnes mises en cause et coupables ? Pourquoi tant de laxisme de la part des gouvernements et des responsables parlementaires ?

Pendant très longtemps,a régné l'omerta. Des enfants subissaient des violences sexuelles et on connaissait les auteurs. Des femmes étaient abusées soit à leur domicile, soit au travail, dans des cercles sportifs, et personne ne disait rien alors que tout le monde savait. Oui, tout le monde savait !

En outre, venaient s'ajouter à ces victimes, d'autres femmes persécutées par un conjoint violent, battues, blessées, frappées à mort dans certains cas.  Là encore, l'omerta. Toujours l'omerta et le grand silence entourant le crime, celui-ci demeurant impuni. Lire l'article complet

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.