Les morts-vivants ou ... l'immigration clandestine

Migrants en Méditerranée © Alban De Ferris Migrants en Méditerranée © Alban De Ferris
Voici un an que nous subissons les problèmes et les tragédies dus au Covid-19. Tous les pays de la planète sont concernés par cette situation dramatique et nous souffrons tous d'une pandémie dont on ne connaît pas l'issue à l'heure d'aujourd'hui. Alors, dans ce contexte compliqué pour nos concitoyens, il est facile de comprendre que nombreux de ces compatriotes soient lassés par une telle situation, avec une grosse anxiété, une grande déprime et parfois aussi, des idées suicidaires, notament chez les jeunes qui ne voient aucun avenir devant eux.

Bien évidemment, cette dépression qui ne cesse de s'étendre dans tous les milieu  sociaux, est parfaitement légitime et chacun de nous la comprend et la déplore. 
Mais soyons lucides et revenons à la réalité.

Nos aînés, parents, grands-parents et arrière-grands-parents ont connu des périodes pires que celle que nous vivons. C'est-à-dire les guerres désastreuses, destructrices, meurtrières, relevant plus de l'apocalypse que de tout autre chose. Sans oublier la persécution des Juifs, les camps de concentration, les camps de la mort, en résumé la Shoah. Avec pour couronner le tout, les lourdes restrictions alimentaires qui laissaient les peuples dans la famine et le désarroi. Certains diront que tout cela est du passé et qu'il faut l'oublier puisque nous sommes en 2021.

Mais aujourd'hui, si nous sommes dans une crise sanitaire éprouvante, elle n'est pas pour autant eschatologique et il suffit de regarder autour de nous pour voir le pire qui détruit des hommes, des femmes et des enfants Ces victimes d'un monde inhumain et terrifiant, sont des migrants.

Lire l'article complet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.