Pierre Rigaux
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juin 2018

Le loup, la biche et l'agneau : faut-il laisser les animaux souffrir?

Faut-il encourager le retour des loups, alors qu’ils font souffrir des biches ? La question peu paraître saugrenue, mais elle est posée par certains défenseurs des animaux, soucieux de réduire la souffrance animale jusque dans les relations des animaux entre eux.

Pierre Rigaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est un courant très minoritaire, mais il existe. Une (très) petite partie des militants de la protection des animaux engage la réflexion sur l'éventualité de limiter la souffrance que les animaux sauvages s'infligent entre eux, particulièrement par la prédation. Délire intellectuel ou approche pertinente ? Les connaissances sur le fonctionnement d'un prédateur comme le loup peuvent aider à apporter un début de réponse.

Les loups peuvent se montrer très empathiques avec leurs congénères voire avec d’autres animaux. Même sans avoir fréquenté de loup, chacun peut aisément le concevoir en observant les chiens. Descendants de loups domestiqués il y a 35 000 ans, les chiens peuvent être très doués pour détecter le moindre début de chagrin de leur maître. Celui qui n’a pas vécu la consolation à grands coups de langue ne peut pas comprendre ça. Un chien reste un chien, c’est-à-dire un ancien loup.

Il n’y a pas de prédation sans souffrance

La biche souffre quand une mâchoire se referme sur sa gorge. Dans leur acte de prédation, jusqu’à preuve du contraire, les loups ne semblent à aucun moment se questionner sur cette douleur de la proie. Ce comportement, issu de l’évolution, rend efficace la prédation. Votre adorable chien en a plus ou moins hérité, quand il exerce soudain ses crocs sur un chevreuil délogé au cours d’une promenade en forêt.

Dans l’immense majorité des cas, la mise à mort par les loups est la plus rapide possible. La morsure à la gorge vise avant tout l’efficacité. Quand la proie est plus grande, c’est inévitablement plus long. C’est en tout cas plus rapide et moins douloureux que la prédation commise par la plupart des chiens, moins « professionnels » en la matière, qui mordent maladroitement sans obtenir tout de suite -voire pas du tout- la mise à mort.

Les prédateurs sont-ils cruels ?

« les loups ne tuent pas que pour manger », peut affirmer l’éleveur qui découvre un matin dix brebis tués, non consommées. A-t-il raison ? Plus ou moins.

Ce phénomène n’est pas spécifique au loup. Un renard qui entre dans un poulailler mal fermé fera beaucoup plus de victimes qu’il ne pourra en emporter. Depuis les années 1970, on décrit ce comportement sous le nom de « surplus killing ». Aussi partielle, insatisfaisante et presque mécanistique soit-elle, cette explication donne au moins une piste : ce qui paraît être une folie destructrice ne relève pas d'une volonté de faire souffrir, mais d’une inadéquation entre, d’une part les capacités du prédateur à capturer des proies libres et difficiles à attraper, et d’autre part la rencontre de proies confinées, incapables de fuir ni de se défendre.

Détaillons un peu. Les espèces proies ont co-évolué avec les prédateurs et savent souvent leur échapper. La prédation n’est donc pas chose aisée. Le loup, comme le renard, est d’abord motivé par l’envie d’attraper la proie. Quand c’est fait, il faut parvenir à la terrasser. Ensuite il faut la tuer. Enfin la consommer. L’accomplissement d’une étape motive la suivante. Dans la nature, quand le loup attrape un chamois, les autres chamois s’enfuient. Ils ne motivent plus le loup à courir après eux, occupé qu’il est à enchainer la séquence de prédation sur le chamois qu’il vient d’attraper. Rien ne sert de courir deux lièvres à la fois. Dans certains cas exceptionnels, tuer plusieurs fois d’affilé lui offrira toutefois un garde-manger pour les prochains jours.

Prenons maintenant le cas d’un troupeau de brebis. Ces animaux sont généralement incapables de se défendre et de fuir efficacement, car l’humain leur a ôté leurs capacités à le faire, par des millénaires de sélection agronomique destinée à faciliter la gestion des troupeaux. Si ces brebis sont maintenues dans un enclos dans lequel un loup parvient à entrer, c’est la catastrophe. Le loup en attrape une pour la tuer. Mais la présence des autres proies qui s’agitent à proximité immédiate perturbe l’enchainement comportemental de sa prédation. Il peut tenter d’attraper et de tuer plusieurs proies avant de se décider à en manger une. Parler de carnage n’est pas exagéré.

Dans ces circonstances, on peut donc considérer que le loup ne tue pas que pour manger ; mais indirectement, il ne tue en fait que pour manger, du mieux qu’il peut, comme il sait faire, c’est-à-dire efficacement dans la nature où les espèces proies ont co-évolué avec lui, mais maladroitement lorsqu’il se retrouve dans une situation pour laquelle l’évolution ne l’a pas préparé : un paquet de brebis dans un enclos. Dans un cas comme dans l'autre, c'est cruel : un être sentient inflige une souffrance à un autre être sentient.

La prédation est essentielle au fonctionnement planétaire

Comme le loup, des milliers d’espèces animales sont carnivores. Des milliards d’animaux sauvages se nourrissent d’autres animaux. Les écosystèmes, la planète, fonctionnent notamment sur la base de la relation proie-prédateur, aujourd’hui comme depuis des millions d'années. Bien sûr, d’autres types de relations plus positives existent, dont l’importance au moins aussi grande a longtemps été sous-estimée : symbiose, coopération...

Mais si les prédateurs naturels disparaissent du jour au lendemain de la planète (supposons un cas théorique), les écosystèmes s’effondrent et l’humanité probablement aussi. Chacun sait que les prédateurs régulent les densités de proies, dans les océans, sous la surface du sol, dans la canopée forestière… Partout. Ce n'est pas bien ; il ne s'agit pas de ça. Nul jugement ici. Nul appel à la nature comme argument moral.

On peut considérer qu'un monde sans prédation est à la fois éminemment souhaitable dans l'objectif de diminuer les souffrances individuelles et absolument impossible à mettre en œuvre dans le réel. Je parle ici d'une impossibilité fondamentale, comme faire tourner la planète Terre en sens inverse. Rien à voir avec la petite impossibilité couramment invoquée de se passer complètement de l'exploitation animale en la remplaçant par autre chose, qu'il s'agisse d'alimentation végétale, de viande synthétique ou d'une production pas encore inventée.

Redisons bien que l'argument de l'impossibilité s'agissant d'un monde terrestre -marin, aérien- sans prédation n'est pas une petite barrière argumentative placée là pour protéger un monde qui serait celui qu'on désirerait par amour de la nature.

Impossibilité, si bien que vouloir activement éliminer la prédation relève peut-être d’une envie plus folle encore que les rêves des transhumanistes. Il s’agirait, non plus seulement de fabriquer un nouvel humain augmenté, bricolé par la technologie, mais ni-plus ni-moins de re-fabriquer la biosphère. De re-créer la vie et la contrôler de bout en bout. Une broutille. S’il existait, Dieu n’aurait qu’à bien se tenir. Peut-être est envisageable ex-nihilo sur une planète autre que celle qui nous héberge ? Peut-être. Sur Terre à l'échelle de notre humanité, c'est hors de propos.

Choisir de ne pas faire souffrir

L’être humain, par son histoire évolutive, est biologiquement un omnivore. Et par sa capacité moderne à maîtriser ses besoins alimentaires, il peut, s’il le souhaite, se passer de consommer des produits animaux. En particulier, c’est techniquement possible depuis la découverte de la fameuse (et naturelle) vitamine B12. Notre corps ne sait pas synthétiser cette molécule essentielle à notre métabolisme, or on ne la trouve pas chez les plantes. Mais de façon fort pratique, on sait désormais la cultiver via des bactéries.

Au-delà des aspects techniques, c’est par sa capacité très développée à prendre conscience de son impact sur les autres animaux que l’humain peut choisir de ne pas les faire souffrir.

C’est en réalité assez facile pour les humains de ne pas faire souffrir de moutons : il suffit de ne pas les faire naître pour la production, de ne pas tuer d’agneaux. Les loups, aussi empathiques puissent-ils être, sont incapables de se passer de biches. Incapables de ne pas les faire souffrir. Bien sûr, la souffrance qu’ils infligent aux biches est sans commune mesure avec la façon dont les humains traitent des milliards d’animaux d’élevage. Les brebis paissant au grand air des vastes herbages ne font pas exception, qui mourront dans un hangar pendues à des crochets. Alors laissons les loups être des loups, et soyons humains.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat