Lettre ouverte envoyée à l'Elysée et au Ministère des Affaires Etrangère

Après l'arraisonnement des deux bateaux de la flottille de la liberté pour Gaza, le gouvernement français persiste dans le silence complice.

 

Pierre Stambul
coprésident de l'Union Juive Française pour la Paix
et compagnon de Sarah Katz, revenue en France après 4 jours de détention à Givon

 

Madame, Messieurs

Vous le savez, le deuxième bateau de la flottille de la liberté parti pour briser le blocus de Gaza, le Freedom qui est sous pavillon suédois, a été attaqué dans les eaux internationales la nuit dernière. Il y a à bord un citoyen français : Pascal Maurieras.

Ce message ne vous demande aucune compassion. Il entend avoir des réponses politiques.

L'Etat d'Israël affirme que les actes de piraterie qu'il commet et que le fait d'enfermer et d'affamer deux millions d'êtres humains dans la bande de Gaza sont légaux.
Vous ne pourrez pas éternellement faire semblant de ne pas entendre notre question : OUI ou NON, attaquer un bateau transportant des médicaments en eaux internationales est-il légal ?
Pour l'instant, ce que nous entendons du gouvernement français est inaudible. Répondant à la députée Elsa Faucillon, la ministre Nathalie Loiseau parle de "la sécurité d'Israël". Est-ce à dire que la sécurité de deux millions de Gazaouis n'a aucune importance ?
En ne condamnant pas les actes meurtriers du gouvernement israélien, en refusant même d'écouter les citoyens de notre pays indignés par ces actes et surtout en refusant même l'idée de sanctionner des actes ouvertement illégaux, le gouvernement français prend la très lourde responsabilité de se rendre complice de ces actes.
Nous attendons de vous un courage politique qui fait cruellement défaut.

Soyez assurés, Madame, Messieurs, que notre solidarité pour les droits en Palestine et partout dans le monde, se poursuivra sans relâche.

Pierre Stambul le 4 août 2018

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.