Facebook va-t-il détruire le business des sites de rencontres ?

Facebook a annoncé en mai 2018 sa volonté de se lancer dans le business des sites de rencontre. La version française devrait arriver courant 2019, avec de nombreux bouleversements à prévoir pour l’écosystème français en place. Bouleversements économiques que nous allons expliquer ci-dessous.

Facebook va-t-il détruire le business des sites de rencontres ?

Facebook a de grandes ambitions. Le 1er Mai 2018, pendant une conférence aux développeurs, Mark Zuckerberg a annoncé sa volonté de s’attaquer au marché de la rencontre en ligne, à travers un site et une application dédiée.  Avec 75 millions de célibataires en Europe, et des centaines de millions à travers le monde, Facebook veut croquer sa part du gâteau, et annonce le lancement d’une phase de « beta-test » en Colombie dès septembre 2018, avant de lancer un mois plus tard au Canada et en Thaïlande. D’ici la fin de l’année 2019, il y a fort à parier que l’application et le site dédié seront également lancés aux Etats-Unis et en France, mais  quels sont les bouleversements économiques à prévoir pour les acteurs en place ?  Nous allons essayer de mieux comprendre les enjeux économiques, et avant d’aller plus loin, cherchons d’abord à comprendre les spécificités du projet de Facebook :

Tout d’abord, Facebook Dating, c’est quoi ?

Tout d’abord, il faut bien comprendre les particularités de Facebook Dating, et ce qui en fera sa différence par rapport aux autres acteurs en place.

Facebook Rencontre "dating en anglais" sera une plateforme de rencontre relativement classique, il faut noter qu’il sera séparé du réseau social, auquel nous sommes inscrits. L’avantage est qu’il permettra de récupérer facilement les photos, Like et autres informations de profil renseignées sur Facebook. Ainsi, il sera possible de se créer un profil en seulement quelques secondes.

Autre caractéristique : Facebook promet de mettre en relation les profils en fonction des affinités. C’est-à-dire que si vous avez une affinité pour un sujet en particulier, commun à deux profils, vous aurez plus de chance de voir apparaître ce profil dans vos célibataires recommandés. A voir en pratique si cela sera véritablement différenciant.

Enfin, troisième avantage, et non des moindres, Facebook Dating sera entièrement gratuit. Facebook compte se rémunérer en affichant de la publicité ciblée, tel qu’il le fait déjà sur son réseau social, en proposant des emplacements aux annonceurs, et en permettant aux entreprises de cibler les internautes. Il y aura donc la même finesse de ciblage sur le site de rencontre que sur le réseau social.

Pour résumer, sachant que Facebook compte une base de 33millions de membres actifs en France (dont plusieurs millions sont célibataires), et que son site de rencontre sera entièrement gratuit (contre 20 euros en moyenne par mois pour les acteurs sur le marché) cela laisse supposer que son lancement en France va littéralement bouleverser le marché de la rencontre en France. 

Quels bouleversements prévoir pour les start-up françaises du marché de la rencontre ?

Nous allons maintenant étudier les impacts que ce lancement va avoir sur l’écosystème français :

  Pour le leader Meetic (Match Group), décroissance en vue

      A date, Meetic est toujours solidement le leader des sites de rencontre en France avec 1.2M de visiteurs uniques par mois. Bien que son chiffre d’affaires à hauteur de 120millions d’euros par an soit en stagnation sur les cinq dernières années, le groupe fondé par Marc Simoncini a su se diversifier en lançant une plateforme à destination des + de 50ans, DisonsDemain, et compte dans son portefeuille l’application Tinder, depuis son rachat par le groupe Match en 2011. 

      Néanmoins, il y a fort à parier que Meetic puisse voir sa première place détrônée, avec des célibataires choisissant en masse une alternative gratuite, et qu’il doive probablement diminuer le prix de son forfait mensuel afin d’endiguer la baisse de ses abonnés. A noter que le groupe Match a perdu 23% de sa valeur en bourse à l’annonce de la venue de Facebook sur son business. Seul point de lueur pour l’ex-groupe de Marc Simoncini est que sa marque est devenue un mot commun, avec une très grande connaissance auprès des français, ce qui en fera tout de même une valeur sûre pour les personnes n’ayant pas trouvé l’amour via Facebook Dating, ou ceux n’ayant pas de compte sur le réseau social.

  • Les sites à destination des Millenials en grands dangers

      Selon moi, la catégorie qui va être le plus impactée par l’arrivée de Facebook sont les sites à destination des millenials (AdopteUnMec, Tiilt etc.), et plus généralement des célibataires de moins de 30 ans. Effectivement, les membres de ces sites sont également présents sur Facebook, et devraient adopter en masse la fonctionnalité « rencontre », surtout si elle est gratuite. Pour information, la stratégie financière est différente de Meetic, puisque sur Meetic seuls les hommes paient leurs abonnements, et le site est gratuit pour les femmes. La logique est que la présence de femmes attire les hommes, qui sont eux prêts à payer pour engager la discussion avec des femmes célibataires. Le business repose ici entièrement sur la volonté des hommes de payer, et s’ils ont une alternative gratuite avec beaucoup de femmes inscrites, ils risquent d’être moins nombreux à prendre un abonnement payant.

  • Les applications mobile ont encore un potentiel de croissance

Les applications de rencontre (Tinder, Happn, Once etc) sont la profonde évolution du business des sites de rencontre sur les dix dernières années, et sont d’ailleurs responsable de la stagnation, voir de la décroissance, d’un certain nombre d’acteurs « desktop » qui ont mal pris le virage mobile sauf le groupe Match (propriétaire également de Meetic), et qui est également propriétaire de Tinder, qui s’est le mieux diversifié. A noter que Tinder est devenue une cash-machine, avec un chiffre d’affaires mondial qui devrait dépasser les 800M d’euros sur 2018, selon son CFO Gary Swidler.

Facebook a annoncé que sa plate-forme rencontre serait également présente sur mobile, via une application, mais vise principalement la création de couple sérieux et sur le long-terme, ce qui n’est pas véritablement le positionnement de son futur concurrent Tinder. L’application Tinder ayant un modèle Freemium, il y a fort à parier que ses utilisateurs installeront les deux applications en parallèle, même si la fréquence d’utilisation par utilisateur de Tinder devrait baisser.     

  • Les sites à destination des seniors en fort développement

Nouvelle tendance sur le marché de la rencontre, avec l’arrivée depuis quelques années de sites à destination exclusive des personnes de plus de 50 ans. Notons par exemple DisonsDemain, lancé en 2017 par Match Group en France, et qui compte déjà 1,3 millions de visiteurs uniques par mois. En deuxième position, se trouve Quintonic, et ensuite arrivent d’autres acteurs avec une audience plus confidentielle. La population des moins de 50ans est celle en pourcentage qui est le moins inscrite sur Facebook, et qui devrait ainsi être le moins attirée par l’offre proposée, même si la gratuité affichée aura tout de même un impact sur une petite partie d’entre eux.

  • Les sites de niche devraient maintenant leurs petits business.

En France, il existe selon stat-rencontres plus de 118 sites de rencontre qui comptabilisent pour de 5 000 visiteurs uniques par mois. On parle de tout type de niches. De la rencontre par affinité religieuse (musulman, catholique, juif), par style de vie (végétarien, naturiste), style de vie (parents isolés, cougar) ou par attributs physiques (entre personnes handicapées). Bref, il en existe pour toutes les niches de recherche, et les personnes vont sur ces sites, car ils sont certains de trouver la personne qui portera les caractéristiques de leurs recherches, et ne seront pas noyées dans la masse.

  • Les sites Libertins ou Extra-Conjugaux ne devraient pas être impactés.

Voilà la deuxième catégorie des sites de rencontre qui génère le plus de chiffre d’affaires. Effectivement, dans le Top 5 des sites qui génèrent le plus de trafic, deux (Wyylde & JM-Contact sont des sites de rencontres libertins ou extra-conjugaux, dont le but est de nouer des relations sexuelles. Facebook promettant de nouer des rencontres sérieuses, les célibataires à la recherche de ce type de relation de ne tourneront pas vers Facebook, malgré sa gratuité, et devraient ainsi se retrouver peu impactés par l’arrivée du réseau social de Mark Zuckerberg.

Un business profitable qui va littéralement se transformer d’ici 3 ans. 

Pour résumer, je prévois que Facebook Dating devrait rapidement s’immiscer dans les sites de rencontres les plus consultés par les français, que ce soit depuis un ordinateur ou sur mobile. La présence d’une équipe de modération, la qualité technique de la plate-forme et surtout le nombre de célibataires inscrits devraient en faire une plate-forme incontournable, qui devrait même titiller, puis dépasser assez rapidement Meetic en audience. Toutefois, Facebook devra rassurer ses utilisateurs en termes de sécurité et de confidentialité des informations, lorsque l’on sait que Messenger a déjà été piraté plusieurs fois. Enfin, l’horizon semble moins sombre pour les sites spécialisés (senior, niches et libertins), dans lesquels la concurrence devrait être moins acerbe, et les clients toujours prêts à payer, afin de rencontre l’âme sœur qui leur convient. 

Si vous avez des avis divergents sur le sujet, ou des compléments d'informations à apporter, vous pouvez le faire dans les commentaires ci-dessous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.