Pierre Terraz
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 nov. 2020

Les nouveaux visages de la précarité

[REPORTAGE] Alors qu’une deuxième vague pandémique et un reconfinement frappent le pays, que deviennent les personnes les plus vulnérables? Une nouvelle population, jusque-là sans difficultés, se retrouve en situation de précarité ou à la rue.

Pierre Terraz
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"La nuit dans la rue on ne dort pas, on reste sur ses gardes". L’association Aurore met a disposition un espace repos de jour au Carreau du Temple, depuis mardi. © PIERRE TERRAZ

"Pour les quatre prochaines semaines, nous ne savons rien", lâche dès le début de notre entretien Perrine Dequecker, la chargée de communication d’Aurore, une association qui vient en aide aux personnes en situation précaire. Sur le terrain depuis plus de 7 ans, elle s’inquiète des nouveaux visages qu’elle croise dans les centres d’accueil. Des visages qui sont ceux d’une précarité évoluant de manière galopante: "avant, nous accueillions surtout des hommes âgés en situation d’addiction. Aujourd’hui, il y a des femmes, des enfants, des mineurs isolés" explique-t-elle. Avant de poursuivre une sombre liste: "des personnes retraitées qui complétaient leurs revenus grâce à des petits boulots, des étudiants, des auto-entrepreneurs, des gens qui travaillaient en intérim, dans l’événementiel…".

À la Halte Femme (Paris), une femme et son enfant en bas âge profitent d’un moment de répit et d’un repas chaud avant de devoir retourner dehors. © PIERRE TERRAZ

Depuis le premier confinement, une toute nouvelle population s’est retrouvée en difficulté du jour au lendemain. Aussi variée soit-elle, celle-ci présente toutefois ses caractéristiques propres. Premier point: ce sont plutôt des célibataires, des personnes seules, les couples ayant moins de difficulté à pallier aux manques financiers. Deuxième point, plus inquiétant encore: ce sont souvent des gens qui n’ont jamais été en situation de précarité et qui ne connaissent pas les dispositifs d’aides à leur disposition. "L’autre jour, au centre d’accueil du Carreau du Temple, j’ai croisé une vieille dame toute pomponnée. Ces gens-là ne savent pas vers qui se tourner, ils n’avaient jusqu’ici jamais eu à demander à manger", témoigne Mme Dequecker.

Pour remédier à cela, l’association revendique la mise en place d’entretiens avec des travailleurs sociaux afin d’accompagner et de prévenir sur les droits de chacun. La difficulté reste de réussir à capter l’attention de ce nouveau public en situation de détresse. Téo Faure, conseiller à la mairie de Paris dans la lutte contre l’exclusion, défend pour se faire une communication "grand public": "L’information va être diffusée sur les panneaux publicitaires de la ville de Paris. Il y a déjà eu 37 aides municipales pour lancer une campagne de communication à grande échelle". La bataille, dans une jungle d’aides publiques surchargée et souvent opaque, semble toutefois loin d’être gagnée.

L’association Aurore met également en place un espace médecin-infirmière et un espace psychologue pour les personnes vulnérables. © PIERRE TERRAZ

Vivre dehors plutôt qu’entassés

Une autre priorité pour les associations est de s’adapter à la situation sanitaire, en permettant notamment aux personnes accueillies de respecter la distanciation sociale et les gestes barrières. François Delfraissy, le président du conseil scientifique, mettait en garde sur cet enjeu début octobre en expliquant que le nombre de personnes infectées chez les SDF de la capitale était de l’ordre de 40% (contre 12% de la population générale). Résultat: la Halte Jeunes, un centre d’accueil parisien destiné aux 18-25 ans, a vu dernièrement sa fréquentation diminuer par peur du virus. "On voit plus de gens nouveaux, qui vivent ‘sur le fil’, mais les habitués viennent beaucoup moins. Globalement il y a moins de monde", rapporte une bénévole.

Dans le quartier de République (IIIe), en plein centre de Paris, certains préfèrent rester dehors. © PIERRE TERRAZ

Rester dehors, c’est donc le choix que font certains sans-abri pour se protéger du risque de contamination: "vous n’imagineriez pas l’état de certains de ces centres d’accueil, beaucoup de gens préfèrent être dehors plutôt que d’être entassés dans une pièce avec quatre ou cinq autres personnes", argumente Mme Sarr, une bénévole de l’association Solidarité et partage Jouy le Moutier.

Ce choix du vent et du froid en plein mois de novembre, c’est notamment celui d’Omar (le prénom a été modifié). Croisé dans le quartier de République, il explique que les espaces de repos auquel il était habitué sont de plus en plus difficiles d’accès: "les places sont réduites, il y a des roulements toutes les heures et au bout d’une heure on doit sortir du centre pour laisser sa place. On ne sait pas si les lits sont désinfectés, certains préfèrent rester dans la rue, à leurs ‘spots’ habituels".

Solitude exacerbée

Pour les sans-abri, la solitude ne date pas du confinement mais est un sentiment qui existe depuis toujours. Lorsque le monde continue de tourner, les SDF restent invisibles. Ce qui apparait toutefois avec les deux confinements, c’est la peur: "tout à coup, cette ville animée s’éteint et les sans-abri ne comprennent pas ce qui se passe car ils n’ont pas accès aux médias. La source d’information, c’est souvent le café du coin qui allume sa télé sur les chaines d’infos. Pendant le confinement, tout ça disparait et ils sont coupés du monde", relate Nicolas Hue, directeur d’établissements associatifs. 

Aussi ironique que cela puisse paraitre, la mendicité se trouve également précarisée faute de contact humain. "De toute façon, même si les sans-abri croisent du monde pour les aider, aucun commerce n’est ouvert pour dépenser cet argent. Ils se sentent complètement délaissés", conclut M. Hue.

La crise sanitaire aura donc réduit les aides sociales basiques à des aides quasi humanitaires, alimentaires, et la plus grande préoccupation des hommes et des femmes sur le terrain est de n’oublier personne. On quittera tout de même le centre de la Halte Femme avec un soupçon d’espoir dans le coeur face à ce petit garçon qui fait plus de bruit que les autres. Il joue, il rit. Il doit avoir 10 ans.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux