Pierre Terraz
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 nov. 2020

Pierre Terraz
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

Les nouveaux visages de la précarité

[REPORTAGE] Alors qu’une deuxième vague pandémique et un reconfinement frappent le pays, que deviennent les personnes les plus vulnérables? Une nouvelle population, jusque-là sans difficultés, se retrouve en situation de précarité ou à la rue.

Pierre Terraz
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"La nuit dans la rue on ne dort pas, on reste sur ses gardes". L’association Aurore met a disposition un espace repos de jour au Carreau du Temple, depuis mardi. © PIERRE TERRAZ

"Pour les quatre prochaines semaines, nous ne savons rien", lâche dès le début de notre entretien Perrine Dequecker, la chargée de communication d’Aurore, une association qui vient en aide aux personnes en situation précaire. Sur le terrain depuis plus de 7 ans, elle s’inquiète des nouveaux visages qu’elle croise dans les centres d’accueil. Des visages qui sont ceux d’une précarité évoluant de manière galopante: "avant, nous accueillions surtout des hommes âgés en situation d’addiction. Aujourd’hui, il y a des femmes, des enfants, des mineurs isolés" explique-t-elle. Avant de poursuivre une sombre liste: "des personnes retraitées qui complétaient leurs revenus grâce à des petits boulots, des étudiants, des auto-entrepreneurs, des gens qui travaillaient en intérim, dans l’événementiel…".

À la Halte Femme (Paris), une femme et son enfant en bas âge profitent d’un moment de répit et d’un repas chaud avant de devoir retourner dehors. © PIERRE TERRAZ

Depuis le premier confinement, une toute nouvelle population s’est retrouvée en difficulté du jour au lendemain. Aussi variée soit-elle, celle-ci présente toutefois ses caractéristiques propres. Premier point: ce sont plutôt des célibataires, des personnes seules, les couples ayant moins de difficulté à pallier aux manques financiers. Deuxième point, plus inquiétant encore: ce sont souvent des gens qui n’ont jamais été en situation de précarité et qui ne connaissent pas les dispositifs d’aides à leur disposition. "L’autre jour, au centre d’accueil du Carreau du Temple, j’ai croisé une vieille dame toute pomponnée. Ces gens-là ne savent pas vers qui se tourner, ils n’avaient jusqu’ici jamais eu à demander à manger", témoigne Mme Dequecker.

Pour remédier à cela, l’association revendique la mise en place d’entretiens avec des travailleurs sociaux afin d’accompagner et de prévenir sur les droits de chacun. La difficulté reste de réussir à capter l’attention de ce nouveau public en situation de détresse. Téo Faure, conseiller à la mairie de Paris dans la lutte contre l’exclusion, défend pour se faire une communication "grand public": "L’information va être diffusée sur les panneaux publicitaires de la ville de Paris. Il y a déjà eu 37 aides municipales pour lancer une campagne de communication à grande échelle". La bataille, dans une jungle d’aides publiques surchargée et souvent opaque, semble toutefois loin d’être gagnée.

L’association Aurore met également en place un espace médecin-infirmière et un espace psychologue pour les personnes vulnérables. © PIERRE TERRAZ

Vivre dehors plutôt qu’entassés

Une autre priorité pour les associations est de s’adapter à la situation sanitaire, en permettant notamment aux personnes accueillies de respecter la distanciation sociale et les gestes barrières. François Delfraissy, le président du conseil scientifique, mettait en garde sur cet enjeu début octobre en expliquant que le nombre de personnes infectées chez les SDF de la capitale était de l’ordre de 40% (contre 12% de la population générale). Résultat: la Halte Jeunes, un centre d’accueil parisien destiné aux 18-25 ans, a vu dernièrement sa fréquentation diminuer par peur du virus. "On voit plus de gens nouveaux, qui vivent ‘sur le fil’, mais les habitués viennent beaucoup moins. Globalement il y a moins de monde", rapporte une bénévole.

Dans le quartier de République (IIIe), en plein centre de Paris, certains préfèrent rester dehors. © PIERRE TERRAZ

Rester dehors, c’est donc le choix que font certains sans-abri pour se protéger du risque de contamination: "vous n’imagineriez pas l’état de certains de ces centres d’accueil, beaucoup de gens préfèrent être dehors plutôt que d’être entassés dans une pièce avec quatre ou cinq autres personnes", argumente Mme Sarr, une bénévole de l’association Solidarité et partage Jouy le Moutier.

Ce choix du vent et du froid en plein mois de novembre, c’est notamment celui d’Omar (le prénom a été modifié). Croisé dans le quartier de République, il explique que les espaces de repos auquel il était habitué sont de plus en plus difficiles d’accès: "les places sont réduites, il y a des roulements toutes les heures et au bout d’une heure on doit sortir du centre pour laisser sa place. On ne sait pas si les lits sont désinfectés, certains préfèrent rester dans la rue, à leurs ‘spots’ habituels".

Solitude exacerbée

Pour les sans-abri, la solitude ne date pas du confinement mais est un sentiment qui existe depuis toujours. Lorsque le monde continue de tourner, les SDF restent invisibles. Ce qui apparait toutefois avec les deux confinements, c’est la peur: "tout à coup, cette ville animée s’éteint et les sans-abri ne comprennent pas ce qui se passe car ils n’ont pas accès aux médias. La source d’information, c’est souvent le café du coin qui allume sa télé sur les chaines d’infos. Pendant le confinement, tout ça disparait et ils sont coupés du monde", relate Nicolas Hue, directeur d’établissements associatifs. 

Aussi ironique que cela puisse paraitre, la mendicité se trouve également précarisée faute de contact humain. "De toute façon, même si les sans-abri croisent du monde pour les aider, aucun commerce n’est ouvert pour dépenser cet argent. Ils se sentent complètement délaissés", conclut M. Hue.

La crise sanitaire aura donc réduit les aides sociales basiques à des aides quasi humanitaires, alimentaires, et la plus grande préoccupation des hommes et des femmes sur le terrain est de n’oublier personne. On quittera tout de même le centre de la Halte Femme avec un soupçon d’espoir dans le coeur face à ce petit garçon qui fait plus de bruit que les autres. Il joue, il rit. Il doit avoir 10 ans.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Elysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart