Pierre Terraz
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 nov. 2020

De la drogue et des hommes

[PHOTOGRAPHIE] De Brooklyn à Harlem, Khalik Allah sillonne les rues de New-York et pose un regard humaniste sur la réalité crue des quartiers défavorisés.

Pierre Terraz
Journaliste indépendant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Untitled from the "125th and Lexington" series (2013). Harlem, New York. © Khalik Allah

Notre voyage commence à l’angle de la 125ème et de Lexington Avenue, plaque tournante du trafic de drogue aux États-Unis. Contrairement à ses congénères, le photographe préfère s’y rendre une fois la nuit tombée, au moment où des silhouettes fantomatiques vagabondent en quête de K2 (un cannabis de synthèse cent fois plus puissant que la marijuana). C’est cette vie-là que Khalik Allah veut montrer, "avec considération" juge-t-il, contrairement aux caméras de surveillance qui sont d’ordinaire les seules à s’intéresser à cette ultime strate du peuple américain.

“Sapphire Smoking” (2013). Film 35 mm. © Khalik Allah

En résultent divers portraits, tous plus énigmatiques les uns que les autres. Le photographe n’aime pas expliquer ce que suggèrent ses photos, elles-mêmes étant des "paroles visuelles" en soi: chacun doit vivre sa rencontre avec l’image et la personne représentée. S’il s’attarde toutefois sur ce cliché de Sapphire, fumeuse infatigable dont les yeux et le joint rougeoient sous un néon sans âme, c’est qu’il la connait de longue date. L’image est de 2013. Depuis, elle lui fait confiance et le laisse s’approcher, ce qui permet au spectateur de percer sa zone de confort, voire de partager avec elle cette espèce de quiétude contemplative lisible sur son visage éclairé. Que peut-elle bien regarder là-haut? À quoi peut-elle bien penser? Et surtout, qui aurait cru être capable de se sentir si proche d’une toxicomane? "Le plus grand danger, c’est votre propre peur", met en garde l'artiste, qui revendique une humanité existant jusque dans la folie.

Untitled from the "125th and Lexington" series (2014). Harlem, New York. © Khalik Allah

À 35 ans, celui qui a également réalisé plusieurs documentaires ne s’est jamais considéré comme un photojournaliste. Pourtant, ce sont bien des découvertes de l’autre que l’homme cherche avant tout à immortaliser. "J’utilise mon corps en guise de zoom" analyse-t-il, et avoue toujours chercher une forme d’accord, que celui-ci soit implicite ou explicite, avant de photographier: “lorsque j’approche quelqu’un, je recherche cette étincelle qui sommeille en lui et qu’il ne soupçonne même pas, car je veux prendre une photo ‘avec’ lui”. Grand humaniste, Khalik Allah n’a cependant rien d’un bête utopiste et reste sur ses gardes dès lors qu’il descend dans la rue. Il fait attention mais ne porte pas d'arme, comme c'est souvent le cas outre-Atlantique, n’a d’ailleurs jamais été attaqué jusqu’à présent. Pour l’instant le jeu en vaut la chandelle: le photographe a récemment été affilié à la prestigieuse agence Magnum Photos, qu’il pourrait officiellement rejoindre après une période d’essai de deux ans sous la tutelle d’un de ses membres. Chapeau l’artiste.

Série "125th and Lexington" réalisée par Khalik Allah. New-York, États-Unis.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux