Pour la victoire de l’insoumission et de L’Avenir en commun, je suis candidat à Brest

Je suis fier et heureux d'avoir été investi par les insoumis.e.s Brestois.e.s et le mouvement de la France insoumise pour représenter nos idées et notre force à Brest-centre en juin prochain. La présidentielle et la législative sont un même combat que nous menons avec l'énergie nécessaire pour renverser la table et en finir avec l'ancien monde qui est prêt de s'effondrer.

 

                J’annonce ce jour, après les assemblées de circonscription et la validation du comité électoral national de la France insoumise, ma candidature à l’élection législative de juin 2017 sur la deuxième circonscription du Finistère, à Brest-centre. J’y ferai campagne avec ma suppléante, Cécile Beaudouin, dynamique et passionnée, mais également avec toutes et celles et tous ceux qui nous ont déjà rejoints et celles et ceux qui souhaitent le faire. Nous sommes déjà plus de 60 insoumis.e.s militant.e.s sur le terrain à Brest-rive gauche – nos appuis sont encore plus nombreux. Nous construisons également notre mouvement à Bohars, Guilers et Gouesnou,

                Cette campagne présidentielle et législative qui vient est décisive pour le pays. Le mouvement de la France insoumise, ample et inclusif, qui compte désormais 225 000 personnes, mène la campagne depuis un an. A travers un cadre collectif où toutes et tous étaient invité.e.s à contribuer, nous avons élaboré un programme, L’Avenir en commun. Pour l’heure, 200 000 exemplaires se sont vendus. Il s’agit du programme de gouvernement le plus complet et le plus sérieux pour répondre aux défis présents, mettre fin à la misère et transformer l’économie pour tenir réellement compte du changement climatique.

                Pour cela, nous devons prendre le pouvoir cette année. C’est l’un des points clefs de notre projet : convoquer une Constituante pour que la population toute entière puisse changer les règles de ce jeu politique qui n’amuse plus personne et organise la permanence du pouvoir des financiers et leurs amis. Notre meilleur atout, pour la France insoumise ouverte à toutes et tous, comme pour le projet que nous mettrons en place, c’est l’intelligence populaire et collective.

                Nous proposons au pays un horizon clair et précis : 6e République fondée par les citoyen.ne.s, planification écologique, partage des richesses, indépendance de la France. 300 000 emplois pour l’économie de la mer, 300 000 nouveaux paysan.ne.s pour la nécessaire transition vers l’agriculture biologique, 900 000 pour la transition énergétique : c’est la France entière qui va se mettre en mouvement. Ces secteurs concernent tout particulièrement notre territoire : chantier naval, zones rurales, énergies maritimes renouvelables. Tant de chômeurs à Brest qui ont des qualifications techniques considérables ! Nous mettrons fin à cette situation aberrante.

                Ce ne sont pas les manœuvres d’appareil ou les paris des médias qui font une élection : c’est le peuple lui-même et lui seul. Notre campagne repose sur une démarche claire et cohérente, fondée sur ce principe. Exclus de notre démocratie, les abstentionnistes, les employé.e.s, les ouvrie.è.r.e.s, les jeunes doivent s’emparer du bulletin de vote Mélenchon pour nous débarrasser du vieux monde, faire le ménage et enfin créer un élan positif pour notre pays, tourné vers le futur. Les autres aussi, bien sûr. Mais il n’est pas acceptable que tant de citoyennes et de citoyens soient exclu.e.s de la décision commune. Nous donnons à toutes et tous une double garantie : nous sommes favorables au droit de révoquer tout élu – y compris nous-mêmes si nous ne tenons pas nos promesses. C’est essentiel pour assurer la moralité de notre vie politique salie aujourd’hui par des gens sans scrupules. Nous avons aussi signé la charte de la France insoumise, qui prend des engagements contre la corruption et nous oblige à être fidèle, à l’Assemblée nationale, à notre programme, L’Avenir en commun.

                Partout dans le pays, nous menons une campagne dynamique avec un objectif précis et plus que jamais atteignable : la victoire. En France comme à Brest, nous pouvons créer la surprise. Personne n’en peut plus de l’hypocrisie de notre classe politique. A nous de reprendre les commandes.

                On nous dit souvent en colère, mais il est des colères porteuses d’espoir et de solidarité, de paix et de justice. Rappelons-nous celle de l’Abbé Pierre, qui lançait son appel un premier février, il y a 53 ans. De la colère, voici ce qu’il avait à dire : « ne pas se mettre en colère quand on voit les autres bafoués, exploités, humiliés, c’est ne pas les aimer ». Ces mots, à l’heure où je déclare ma candidature, me touchent et m’animent. Je suis sûr qu’il en va de même pour tous les insoumis et toutes les insoumises, toujours nombreux.ses et déterminé.e.s dans cette ville que nous aimons.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.