Pierre-Yves Cadalen
Doctorant en science politique - Porte-parole du Mouvement pour la 6e République - Candidat de la France insoumise à la législative de Brest-centre
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2017

De République à Tf1, Mélenchon emporte le débat présidentiel

La France insoumise connaît ces dernières semaines une amplification de sa dynamique de terrain : des réunions publiques ont lieu, très nombreuses, dans tout le pays, pour présenter et discuter de son programme collectif, L’avenir en commun.

Pierre-Yves Cadalen
Doctorant en science politique - Porte-parole du Mouvement pour la 6e République - Candidat de la France insoumise à la législative de Brest-centre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

               A celles et ceux qui doutaient de l’événement tout à fait nouveau que constitue la formation de ce mouvement comme une force politique majeure dans le pays, la meilleure réponse a été cette magnifique marche pour la 6e République samedi 18 mars, de Bastille à République.

Tant de monde réuni, de visages souriants et de cœurs rassemblés autour de l’idée, des plus raisonnables, que nous devons ensemble construire un avenir vivable pour nous et les générations futures, une vie où l’on ne soit pas constamment menacé par le chômage, la précarité, l’arbitraire des puissants, ni toujours dégoûté par leur mépris. En réalité, au rythme de la marche, de nos chants et nos cris joyeux, nous avions la certitude que ce mépris avait manqué sa cible. Nous étions debout, fiers de faire peuple pour demander ce qui, en démocratie, est notre dû, le pouvoir sur nos existences. Et affirmer que nous allions le retirer à ceux qui pensent le tenir naturellement et pour toujours. 130 000 personnes ont crié l’impératif de notre temps : « dégagez ».

Un insoumis, sur une chaîne d’information en continu, est interrogé sur ce souhait qui avait manifestement choqué le journaliste : « ne flattez-vous pas les bas instincts du peuple » ? Ce genre de questions est précisément pourquoi, pour ma part, je le criais avec tant d’énergie. A ce moment, cet homme rejoignait symboliquement ceux qui veulent que le peuple se tienne à l’écart de la vie publique, que jamais il ne trouble leur sommeil et leurs raisonnements léthargiques. Cette rhétorique des bas instincts ou des passions soi-disant incontrôlables du peuple m’a toujours dégoûté. C’est le mépris de classes dans toute son assurance qui s’y manifeste.

Jean-Luc Mélenchon a ensuite livré un discours puissant aux insoumis.e.s rassemblé.e.s. Il a mis les mots sur la dignité du peuple et de notre action politique : nous sommes la revanche des morts dans la rue, des disparus de la Méditerranée, nous battrons toujours pour vivre et non survivre. Au souffle des mots répondait le vent qui donnait au moment comme un caractère plus solennel encore. Nous ne céderons jamais, ne reculerons pas et jamais ne nous embarquerons dans aucune manœuvre politicienne de bas étage. La 6e République, notre horizon, est de nature à profondément rénover la vie politique et le rapport que nous entretenons avec elle.

La cohérence de notre programme a marqué la prestation de Jean-Luc Mélenchon durant le débat télévisé du 20 mars. Deux jours après son discours, il articulait les différents moments de notre programme dans un format bien différent. Je crois que le sentiment général, tel que j’ai pu l’entendre chez des amis, hors des cercles insoumis, s’appuie sur la clarté des arguments et des positions qu’il a tenus ce soir-là, quand d’autres se perdaient dans des polémiques de moindre enjeu pour l’avenir du pays. Sécurité sociale intégrale, retraite à 60 ans, droit opposable à l’emploi, sortie du nucléaire, impôt juste, 6e République, révocation des élus, Constituante, 100 % renouvelables, position internationale de paix : Jean-Luc Mélenchon a montré qu’avec la France insoumise il était capable de gouverner le pays dans un sens qui corresponde à notre temps.

Après le débat, plus de 14 000 nouveaux insoumis.e.s

L’engagement a, parfois, tendance à biaiser le jugement. Je me méfiais donc du mien hier, et ne pouvais cependant m’empêcher de penser qu’il avait été un cran au-dessus des autres candidats, et démontré que son programme était le plus apte à rendre meilleure la vie dans ce pays. Les réactions glanées ici ou là depuis confirment mon intuition du moment et me font dire que, de ce samedi à ce lundi, il s’est produit quelque chose. Et que l’insoumission n’est pas près de retomber dans notre belle France qui la chérit tant.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis