Pierre Yves Morvan
Écolo-sensible, mais pas écolo-rêveur
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 oct. 2014

Catastrophe nucléaire au Kerala.

AFP-bobard, ce jour ; catastrophe nucléaire au Kerala.Des mesures de radioactivité faites dans l'état du Kerala par une organisation indépendante font penser qu'il s'est produit un événement grave quelque part dans l'état. 1Le Kerala est un état du sud-ouest de l'Inde.

Pierre Yves Morvan
Écolo-sensible, mais pas écolo-rêveur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

AFP-bobard, ce jour ; catastrophe nucléaire au Kerala.
Des mesures de radioactivité faites dans l'état du Kerala par une organisation indépendante font penser qu'il s'est produit un événement grave quelque part dans l'état. 1
Le Kerala est un état du sud-ouest de l'Inde.

AFP-bobard, ce jour ; catastrophe nucléaire au Kerala.
Le CSRK, "centre de surveillance de la radioactivité dans l'état du Kerala", avoue qu'il a relevé des valeurs de radioactivité très élevées, allant jusqu'à 100 mSv/an. Interrogé, le directeur du centre n'a pas trouvé d'autres excuses que de dire que c'était naturel.
Naturel ; ben voyons.

AFP-bobard, ce jour ; catastrophe nucléaire au Kerala.
Suite à la catastrophe nucléaire qui vient de toucher l'état du Kerala, les autorités, pour monter combien elles sont soucieuses de la santé de leurs électeurs, ont décidé l'évacuation de toutes les personnes qui vivent dans les zones où la radioactivité dépasse 20 mSv/an.
Cette décision s'appuie sur les recommandations de la Commission internationale de protection radiologique – CIPR (en anglais International Commission on Radological Protection ou ICRP). La CIPR formule des recommandations en matière de réglementation radiologique. Ces recommandations sont généralement suivies par les états.
Les autorités du Kerala font savoir qu'avant de prendre cette décision douloureuse, elles ont pris contact avec les autorités japonaises, qui avaient pris la même décision suite au Tsunami de Fukushima : évacuer au delà de 20 mSv par an la première année.

AFP-bobard, ce jour ; catastrophe nucléaire au Kerala.
Suite à la décision d'évacuation prise par les autorités, des manifestations ont eu lieu dans l'état du Kerala. Les manifestants refusent de quitter leurs logements, en prétendant que le niveau de radiation dans leur quartier n'a rien à voir avec un quelconque accident nucléaire, que c'est naturel.
Naturel ; ben voyons.

AFP-bobard, ce jour ;
Lors d'un congrès international sur la radioactivité, le professeur Machin du CSRK, "centre de surveillance de la radioactivité dans l'état du Kerala", prétend que la radioactivité est naturelle, partout présente, variable d'un endroit à un autre et qu'elle atteint naturellement 50 à 100 mSv/an au Kerala.
Naturellement ; ben voyons.

AFP-bobard, ce jour ;
Des membres incontrôlés d'une organisation indépendante brûlent vif le professeur Machin, lequel aurait osé affirmer que la radioactivité dans l'état du Kerala est naturelle.
Naturelle ; ben voyons.

...

 Évidemment, tout le monde aura compris qu'il s'agit d'une fiction. Aucune organisation indépendante, depuis l'inquisition, n'a brûlé de professeur ni de sorcière. Les derniers bûchers ont éclairé les nuits du siècle des lumières.

 Il y a toutefois quelques éléments de vérité dans cette fiction.
- Il est vrai que le critère d'évacuation autour de Fukushima a été d'évacuer les zones où la radioactivité était supérieure à 20 mSv/an (la première année).
- Il est vrai que c'est la limite supérieure des recommandations de l'ICPR.
- Il est vrai que la radioactivité naturelle est très variable d'une région à une autre, de Paris à la Bretagne, de la Bretagne au Kerala : 2,5 mSv par an en moyenne en France, jusqu'à 50 ou 100 mSv au Kerala.

La question est donc :
- La radioactivité naturelle au Kerala est de 50 mSv/an ou plus.
- Si donc un accident nucléaire survenait au Kerala, faudrait-il fixer la limite d'évacuation à 20 mSv ? Mais alors, pourquoi ne pas faire évacuer le Kerala tout de suite ?
Le critère d'évacuation autour de la centrale de Fukushima fut de 20 mSv.

En attendant la réponse, la variété des paysages, la beauté de certains sites, font du Kerala une destination touristique recherchée. Même si ce sont des paysages à 100 mSv/an.

 Ce texte est une illustration du fameux problème dit des faibles doses d'irradiation, et des questions qui se posent :
- En dessous de 100 mSv/an, ces irradiations sont-elles nocives ?  Cela n'a jamai été constaté.
- Sont-elles plus nocives que le stress d'une évacuation forcée de son domicile ? Après toute catastrophe, guerre ou événement grave, il a toujours été constaté une altération de la santé physique et psychique des personnes déplacées.

 Pour en savoir plus :

Pollution et dangers des énergies. Centrales au charbon, énergie nucléaire 

 Pierre Yves

1 Il est déjà arrivé que des organisations indépendantes lancent des alertes de ce genre. Voir par exemple : Radiophobie, fantasmes et réalités (http://pseudo-sciences.org/spip.php?article62 )

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous