Les écologistes seraient-ils les meilleurs ennemis des énergies renouvelables ?

Les énergies renouvelables nécessitent énormément de changements. Ces changements seront-ils facilement acceptés par les populations ? Même par les plus exigeants, les écologistes ?

Les énergies renouvelables nécessitent énormément de changements.
Ces changements seront-ils facilement acceptés par les populations ? Même par les plus exigeants, les écologistes ?

Les écologistes veulent de l'énergie éolienne bien entendu. Mais pour cela... il faut des éoliennes ! Accepteront-ils des éoliennes partout, sur chaque mont, colline, collinette ? On a vu de fervents défenseurs de la nature s'y opposer, les accusant de polluer la beauté des paysages, de troubler le murmure du vent, de tuer les petits oiseaux, et même les grands 1.

Ils veulent de l'énergie photovoltaïque bien entendu. Mais pour cela... il faut des panneaux photovoltaïques ! Seront-ils acceptés ? Une des centrales les plus importantes d'Europe se trouve à Cestas, près de Bordeaux. Mais l'association écologiste SEPANSO Gironde, affiliée à France Nature Environnement, s'y oppose :

« Au-delà des discours convenus sur l’intérêt écologique de ces installations, il ne faut pas perdre de vue qu’elles contribuent aussi à l’artificialisation des sols, à la fragmentation des territoires, et à un appauvrissement de la biodiversité. [...] 
Force est de constater que c’est bien la nature sous toute ses formes (territoires naturel et forestiers... ) qui paie au prix fort le développement de cette nouvelle forme de production d’énergie électrique destinée à satisfaire notre avidité sans cesse croissante, en énergie. » (Centrale photovoltaïque de Cestas : course au gigantisme dans la forêt
« les centrales photovoltaïques au sol s’avèrent non seulement grosses consommatrices d’espaces naturels agricoles ou forestiers, mais aussi opportunités pour des opérateurs plus soucieux de rentabilité financière que du respect de la légalité ou de protection de l’environnement. » (Energie solaire photovoltaïque en Gironde)

La solution serait éventuellement de construire les centrales photovoltaïques dans le désert. Même pas ! Les écologistes se sont également opposés aux projets de centrales solaires dans le désert de Mojave en Californie, accusées de défigurer le désert et de menacer la tortue du désert. (Tortues vs panneaux solaires dans le désert de Mojave - terraeco, mensuel du développement durable numéro 5, juillet-août 2009.)

Ils veulent l'énergie de la biomasse, bien entendu. Mais pour cela... il faut brûler du bois ! Les écologistes s'opposent à la centrale à biomasse de Gardanne (Bouches-du-Rhône). Voir par exemple cette pétition adressée au Préfet des Bouches du Rhône : "Nous vous demandons de retirer l'autorisation d'exploitation donnée à E.ON pour le projet néfaste et dispendieux de centrale à biomasse de Gardanne (Bouches du Rhône). [...] En effet cette centrale brûlera d'immenses quantités de déchets agricoles, de bois de récupération et surtout de bois forestier (850 000 tonnes par an)"

Sont associés à cette pétition, entre autres :
- FRANCE NATURE ENVIRONEMENT BOUCHES DU RHONE (FNE 13)
- LES AMIS DE LA TERRE BOUCHES DU RHONE (AT 13)
- ATTAC GARDANNE ET BASSIN MINIER
etc.

De la même façon, l’association France Nature Environnement s’inquiétait, en 2010, de projets soutenus par le ministère en charge de l’écologie, d’unités de cogénération alimentées par la biomasse :

« D’où viendra le bois nécessaire à ces projets ? […] La demande en bois énergie va être ainsi fortement accrue, les risques sont :
• Une surexploitation des forêts au détriment des écosystèmes et de leur biodiversité ;
• La mise en place de cultures dédiées à l'énergie au détriment des approvisionnements alimentaires […] 2. »

Les écologistes accepteront-ils des lignes électriques, partout, pour raccorder les éoliennes éparses et les consommateurs ? Les interminables contestations des écologistes contre la liaison électrique France-Espagne augurent mal de cette acceptation 3.

L'énergie éolienne, photovoltaïques, étant intermittente, il faut être capable de stocker l'énergie pendant le périodes creuses. En multipliant les STEP par exemple ("Station de Transfert d’Énergie par Pompage"). Les écologistes accepteront-ils les STEP, qui nécessitent la construction de multiples barrages, et peut-être la disparition de précieuses zones humides ? La triste histoire du barrage de Sivens augure mal de cette acceptation.

Les écologistes sont déjà les principaux opposants à l'énergie hydroélectrique, verte et renouvelable ; ils s'opposent aux barrages Chatillo au Bélize, Belo Monte au Brésil, aux projets en Patagonie, etc.

L'énergie éolienne, photovoltaïques, étant intermittente, il faut pouvoir adapter la production intermittente aléatoire à la demande. Pour cela il faut un réseau "intelligent", tellement intelligent qu'il aurait pleins pouvoirs pour tout contrôler...

  • Il n'y a pas de vent ? Pas de panique, le réseau "intelligent" va gérer la situation : il bloquera la charge des batteries de votre voiture électrique ; si elles sont déjà chargées, il puisera dans votre batterie pour secourir d'autres demandeurs prioritaires. Si vous n'avez pas de voiture électrique... vous ne jouez pas le jeu.
    Le réseau "intelligent" pourra également bloquer votre machine à laver, votre chauffage, votre réfrigérateur...

Le réseau intelligent, c'est Big Brother ; en pire.
Le compteur "Linky", ou un dérivé, en serait l'un des instruments.

 Écologistes et énergies renouvelables : "Je t'aime, moi non plus".

 http://ecologie-illusion.fr/electricite-france-100-renouvelable-ADEME.htm

Pierre Yves Morvan

1 Une illustration par ce Clochemerle vert qui voit s'affronter de fervents écologistes qui veulent sauver le monde avec des éoliennes, et d'autres fervents écologistes qui veulent sauver le grand tétras des pales assassines des éoliennes. ("Au col du Bonhomme, éoliennes contre grand tétras" - Le Monde, 29.08.2013)

2 Bois énergie : une matière première renouvelable mais pas inépuisable [27.01.2010]

3 Au bout de 30 ans de controverses la liaison a enfin été réalisée, et inaugurée en février 2015. Il aura fallu 30 ans de polémiques pour aboutir à une réalisation qui aura coûté 8 fois plus que classiquement. (Pyrénées : une super ligne électrique entre la France et l'Espagne)
Ce coût supplémentaire vient essentiellement de l'exigence des écologistes d'enterrer la ligne, afin de ne pas polluer les paysages par des pylônes. 
Toutefois, comment faire lorsqu'il faudra mettre des pylônes d'éoliennes partout dans le paysage pour développer les énergies renouvelables ?
Les enterrer ?  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.