Le défi alimentaire - Changer les hommes ?

La planète pourrait nourrir neuf milliards de mythiques homo-ecologicus-nogaspillus, rationnels, non-gaspilleurs, mangeurs de graines et de peu de viande. Mais ces hommes-là n'existent pas. Les hommes tels-qu'ils-sont mangent trop de viande quand ils en ont les moyens, gaspillent la nourriture quand ils en ont les moyens... Peuvent-ils se changer, peut-on les changer ?

 La planète pourrait nourrir neuf milliards de mythiques homo-ecologicus-nogaspillus, rationnels, non-gaspilleurs, mangeurs de graines et de peu de viande.
Mais ces hommes-là n'existent pas.
Les hommes tels-qu'ils-sont mangent trop de viande quand ils en ont les moyens, gaspillent la nourriture quand ils en ont les moyens...
Peuvent-ils se changer, peut-on les changer ? Il ne faut pas se faire trop d'illusions.
L'échec de la prohibition de l'alcool aux États-Unis a montré que la contrainte ne marche pas.

Oui, il faut réduire la consommation de viande... Mais il faut être réaliste. La consommation de viande croît dans le monde, mais malheureusement pas à cause de ceux qui en mangent trop. Au contraire, la croissance vient, et viendra de plus en plus de la foule de ceux qui en mangent peu chacun ; parce que petit à petit ils en mangent un peu plus chacun.
Qui ira dire à plus d'un milliard d'Indiens qu'ils mangent trop de viande ?

___________________________________________________

Les Terriens sont plus nombreux, ils consomment plus de nourriture.
Les plus pauvres sont moins pauvres, ils peuvent manger plus et mieux.
D'ici quelques années il y aura deux milliards de bouches à nourrir en plus.
Il faut donc produire encore plus de nourriture, en dépit de la bétonnisation qui ronge l'espace agricole.

« D’ici à 2050, s’agissant du maïs, du riz et du blé, la demande annuelle mondiale devrait atteindre quelque 3,3 milliards de tonnes, soit 800 millions de tonnes de plus que la récolte record de 2014. L’accroissement de la production devra essentiellement être assuré avec les terres agricoles existantes. » (Produire plus avec moins en pratique, le maïs, le riz, le blé - FAO 2016)

Produire plus ? Mais les agriculteurs font déjà tout ce qu'ils peuvent, on leur reproche même d'en faire trop ! Trop d'engrais, trop de pesticides...
Produire plus encore sur la même surface agricole, cela veut dire augmenter encore les rendements en laissant encore plus les loups engrais et pesticides entrer dans la bergerie.
Sinon, il faudra se résoudre à déchaîner le dragon déforestation pour gagner de nouvelles terres.
C'est déjà commencé. Dans la forêt amazonienne, en Afrique équatoriale, en Asie...

Un certain nombre de personnes sont effrayées par ces perspectives : "augmenter les rendements", "pesticides", "déforestation". Elles cherchent le moyen d'éviter tout cela, d'éviter d'avoir à produire plus de nourriture. Elles ont trouvé : pour nourrir tout le monde sans avoir besoin de plus de terre et/ou de plus de rendement, "il suffit" que les hommes changent, qu'ils mangent moins de viande et ne gaspillent pas la nourriture.

L'argument à l'apparence du bon sens, c'est pourquoi on le retrouve fréquemment dans les journaux, revues, et conversations de dîners en ville. Mais ce bon sens est en réalité d'une grande naïveté, ou pire, une escroquerie intellectuelle, celle de faire croire que l'on peut changer les hommes au doigt et à l'œil, au doigt et à la baguette et qu'il est donc inutile de produire plus de nourriture. Escroquerie d'irresponsables qui ne savent pas compter jusqu'à neuf milliards de bouches à nourrir.

Pour l'instant, il faut faire avec les hommes tels-qu'ils-sont. Peuvent-ils se changer, peut-on les changer ? Il ne faut pas se faire d'illusions ni se mentir. L'échec de la prohibition de l'alcool aux États-Unis dans les années 1920 a montré que la contrainte ne marche pas. L'appel au sens de la responsabilité ne marche pas non plus : depuis des décennies notre gaspillage est souligné et montré du doigt... et globalement nous continuons à gaspiller. Les hommes tels-qu'ils-sont restent des hommes tels-qu'ils-sont.

« Les coutumes et les vêtements des hommes changeront, mais point leurs travers ni le fond de l'humaine nature »

 

 

terre-arable-et-population-monde-c

D'après données Banque Mondiale

viande-consommation-monde-ocde-d

(D'après Statistiques de l'OCDE - L'OCDE correspond approximativement à l'ensemble des pays développés)

Il faut plus de rendement, et/ou trouver plus de terre...

Voir :
Pour une écologie réaliste - pour vraiment nourrir toute l'humanité à venir, pour vraiment sortir du réchauffement climatique
http://ecologie-illusion.fr/index.html
http://ecologie-illusion.fr/la_viande_rouge_nest_pas_verte_vegetarien.htm

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.