Les OGM Bt c'est moins d'insecticides, c'est bio !

Les OGM Bt se protègent seuls de leurs principaux ravageurs. Les OGM Bt permettent ainsi de réduire l'utilisation des insecticides. Les OGM Bt protègent ainsi les abeilles et autres insectes utiles, favorisent la biodiversité, ce qui profite aussi aux cultures voisines, même bio. Il y a un "halo bénéfique" autour des cultures OGM Bt !

 

Les OGM Bt se protègent seuls de leurs principaux ravageurs.
Les OGM Bt permettent ainsi de réduire l'utilisation des insecticides.
Les OGM Bt protègent ainsi les abeilles et autres insectes utiles, favorisent la biodiversité, ce qui profite aussi aux cultures voisines, même bio.
Il y a un "halo bénéfique" autour des cultures OGM Bt !

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses et concordantes.

« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)

« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt ». (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture - 2014)

Même des sites militants en conviennent :

« Les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, http://www.generations-futures.fr/sinformer/ogm/environnement/ qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)

Les OGM Bt, c'est moins d'insecticides, c'est bio !
Paradoxalement, le bio qui veut moins d'insecticides refuse les OGM Bt...

Les OGM Bt diminuent l'utilisation des pesticides, mais ne les suppriment pas totalement, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge – même les abeilles – chaque OGM Bt cible son principal ravageur, celui-là seul, sans nuire aux insectes utiles ni à d’autres ravageurs éventuels moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides. D'autant que la technique évolue rapidement, on produit maintenant des OGM résistant à plus d'un agresseur – et toujours seulement aux agresseurs, jamais aux insectes utiles. 

Les études notent également ce qui est appelé "l'effet halo" : les cultures Bt réduisent les populations de pestes, épargnent les insectes auxiliaires, et cela profite également aux champs voisins alentour, même non-OGM, même bio, qui bénéficient ainsi eux aussi des bénéfices des OGM Bt.

Il y a un halo bénéfique autour des cultures OGM Bt !

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. [...] Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]

L'adoption à grande échelle d’une culture Bt, en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)

Les OGM Bt protègent les cultures non OGM, même les cultures bio.

Les résultats qui précèdent permettent de proposer l'une des meilleures combinaisons écologiques pour réduire l'utilisation des insecticides :

OGM Bt + lutte biologique.

(Les pesticides bio à base de pyrèthre, qui n'épargnent pas les auxiliaires, sont incompatibles avec la lutte biologique.)

Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.

Mais quelques militants ont du mal à avouer que l'on puisse accorder des bienfaits écologiques aux OGM. Ils ont trouvé l'astuce : "OK, disent-ils, les agriculteurs utilisent moins d'insecticides sur les cultures Bt ; mais il faut tout compter, et donc compter aussi les insecticides fabriqués par la plante OGM Bt" (OGM : Des plantes pesticides ? - site infogm.org - 2014). C'est astucieux, mais c'est oublier que les OGM Bt ne font que copier ce que la nature fait depuis des millénaires – en mieux : mettre des pesticides dans les plantes. Si donc ont fait les comptes de cette façon, il faut alors considérer aussi qu'un champ de pommes de terre bio est un champ gorgé de pesticide, en raison de la solanine produite naturellement par les pommes de terre. La différence importante est que la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde poison pour l'homme, alors que la protéine Bt du maïs OGM est inoffensive pour l'homme.

La "redevance pour pollution diffuse des phytosanitaires" a été relevée, le produit devant être utilisé pour le développement de l'agriculture bio.
Limiter la pollution diffuse des phytosanitaires est une bonne chose.
Pour cela, le meilleur moyen est de ne pas limiter l'utilisation des OGM Bt.
En plus, l'agriculture bio en profitera (et on ne la taxera pas pour ce bénéfice).

Voir :

Pour une écologie réaliste - pour vraiment nourrir toute l'humanité à venir, pour vraiment sortir du réchauffement climatique
http://ecologie-illusion.fr/OGM-Bt-reduisent-utilisation-des-insecticides.htm

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.