Les médias tourmentent nos esprits gémissants en proie à la panique, nous faisant croire que nous vivons dangereusement, que l’air que nous respirons est pollué, l’eau que nous buvons malsaine, notre nourriture empoisonnée… Des gourous médiatiques prédisent notre mort prochaine par malbouffe et autres aliments-poisons :

« Ces multinationales biocidaires, qui contrôlent les semences et la chimie, ont détourné l'agriculture à leur profit. L'humanité se meurt sous l'assaut d'aliments-poisons. En France seulement, par exemple, ce sont 150 000 personnes qui décèdent annuellement de cancers. »(europe écologie les verts Noisy-le-sec, vu en novembre 2016 - et autres sites.)

Manger nuirait gravement à la santé ! Traumatisme garanti trois fois par jour si nous tombons dans le panneau !
Il y a vraiment 150 000 décès annuels par cancer en France… mais toutes causes confondues ! C’est de l'ignorance de croire, c'est de la désinformation de faire croire, que des "multinationales biocidaires" (c'est quoi, c'est qui ?) seraient responsables de tous les cancers de tous types – en France.

   Non, les multinationales biocidaires ne sont pas responsables de l’accroissement des cancers du poumon chez les femmes, c’est qu'elles ont pris goût au tabac, elles aussi.

   Non, les multinationales biocidaires ne sont pas responsables de l’accroissement des cancers de la peau, c’est la mode du bronzage.
  Je propose la burqa pour tous, hommes et femmes réunis, sur la plage ou ailleurs, il n'y a pas meilleure protection contre le soleil – une protection qui en outre est garantie bio et non chimique, c'est pas comme les crèmes.

  Non, les multinationales biocidaires ne sont pas responsables des nuisances des particules fines provenant du chauffage au bois, ou des centrales au lignite d'Allemagne.

Etc.

Il y a plus de cancers ? Mais c'est une bonne nouvelle !

Cette désinformation est d'autant plus grossière que la mortalité par cancer diminue en France.
Pourtant des milliers de sites militants nous angoissent en faisant valoir que le nombre de cancers augmente.
Ce qui est terrible c'est qu'ils ont une apparence de raisonquand on considère les chiffres bruts sans les comprendre. Et justement, ils ne comprennent pas ! Le nombre de cancers augmente évidemment, puisque la population augmente ! Il augmente aussi évidemment puisque la durée de vie augmente, il y a plus de "seniors", qui sont plus touchés par le cancer.

Il y a plus de cancers ? Mais c'est une bonne nouvelle ! Cela signifie que l'espérance de vie augmente, qu'il y a de plus en plus de personnes qui atteignent cet âge où le cancer devient un risque sérieux. 
C'est pourquoi le nombre brut de décès par cancer ne signifie rien. C'est pourquoi les chercheurs, moins naïfs et plus sérieux que les militants, tiennent compte de l'évolution du nombre et des âges dans les sociétés qu'ils mesurent, et pondèrent leurs résultats en conséquence. Ils présentent ainsi des taux de mortalité standardisés, des taux d’incidence standardisés, permettant de comparer les évolutions "toutes choses égales par ailleurs".

Résultat :

- Le nombre de cancers en France augmente.
- Mais, de 1980 à 2012 : le taux de mortalité standardisé a diminué. (De plus de 1 % par an)
- Mais, de 2005 à 2012 : le taux d’incidence standardisé a diminué.
(Les cancers en France en 2015 - L'essentiel des faits et chiffres - Institut National du Cancer - 2016) Cancer - 2016)

Cette standardisation, si logiquement nécessaire, semble être trop subtile pour les sites militants alarmistes.
Quant à expliquer qu'en dépit de leurs alarmes l'espérance de vie augmente d'environ deux mois chaque année qui passe, ils ont choisi de fermer les yeux, de se boucher les oreilles, de se taire, de ne pas raisonner, de ne pas répondre.

Pierre Yves Morvan

Écologie et environnementMythes et réalité (http://ecologie-illusion.fr/index.html) 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Et puisque Pierre -Yves semble souhaiter que l'on s'exprime sur le fait que l'espérance de vie continue à augmenter (ce qui est indubitable), voici un complément d'information : l'espérance de vie en bonne santé n'a pas augmenté depuis plusieurs décennies, elle reste établie à 60 ans. Même en considérant les biais de mesure, elle reste quasi stable.
Alors certes le nombre de cancers diminue parce que la population applique de plus en plus les 5 facteurs de risque ou protection légitimement rappelé par Pierre-Yves :

« Environ 30% des décès par cancer sont dus aux cinq principaux facteurs de risque comportementaux et alimentaires: un indice élevé de masse corporelle, une faible consommation de fruits et légumes, le manque d’exercice physique, le tabagisme et la consommation d’alcool. » (OMS - Cancer - Aide-mémoire N°297 - 2015)

Il reste donc 70% à expliquer. Alors combien pour les pesticides ? Je ne sais car on ne veut savoir  Les recherches publiques sont de plus en plus financées sur fond privés et ce n'est pas Monsanto (Bayer maintenant), les industries pharmaceutiques ou agroalimentaires qui ont intérêt à faire de la prévention du cancer.

En outre, le délai entre consommation de pesticides et apparition de maladies induites peut être très long ce qui ne facilite pas la mise en évidence de cause à effet. Cela a pris plusieurs décennies pour établir le lien de cause à effet entre tabac et cancer alors que l'on savait qui fume du tabac et en quelle quantité, qui n'en fume pas. Il en faudra probablement plus pour établir parmi les centaines de biocide, alias produits phytosanitaires car personne ne tient une comptabilité des pesticides qu'elle ingurgite à travers ses aliments, l'air qu'il respire, l'eau qu'il boit.