L’invention de la guerre chimique bio

Les pesticides ne menacent pas notre santé disent les chercheurs, il y a beaucoup mieux à faire que de s’acharner à les supprimer. Mais les préjugés de Clément d’Alexandrie et de Tertullien de Carthage sont encore dans nos esprits, et leurs paroles résonnent encore à beaucoup d'oreilles : "Engrais et pesticides chimiques sont une insulte à la nature, puisqu’ils visent à améliorer ce que la nature fait".Les pesticides de synthèse sont œuvres du diable – ou de ces diables d'hommes ce qui n’est pas mieux ; pas question donc de dîner avec le diable et sa cuisine aux pesticides, pas même avec une longue fourchette. C’est sur ces bases qu’est née l’agriculture biologique.

Les pesticides ne menacent pas notre santé disent les chercheurs, il y a beaucoup mieux à faire que de s’acharner à les supprimer. Mais les préjugés de Clément d’Alexandrie et de Tertullien de Carthage sont encore dans nos esprits, et leurs paroles résonnent encore à beaucoup d'oreilles :

"Engrais et pesticides chimiques sont une insulte à la nature, puisqu’ils visent à améliorer ce que la nature fait".

Les pesticides de synthèse sont œuvres du diable – ou de ces diables d'hommes ce qui n’est pas mieux ; pas question donc de dîner avec le diable et sa cuisine aux pesticides, pas même avec une longue fourchette.

C’est sur ces bases qu’est née l’agriculture biologique.

L’agriculture biologique n’utiliserait donc pas de pesticides ?
C'est une idée répandue, mais c'est une erreur. L’agriculture bio n’utilise pas de pesticides de synthèse, ceux que le diable mijote dans ses chaudrons infernaux ; mais elle utilise des pesticides naturels.

L’agriculture biologique utilise des pesticides.
 
Mais des pesticides naturels, ne pas confondre.
Les pesticides naturels tuent, puisque ce sont des pesticides ;
mais ils tuent "naturellement"… ce n'est pas la même chose !

C’est la nature elle-même qui a inventé le concept. Par exemple, le pyrèthre de Dalmatie, une sorte de chrysanthème, produit des pyréthrines, très naturelles, très bio, mais très pesticides aussi 1.

La nature a inventé les armes de destruction massive et la guerre chimique !

     « Le monde est une fête où le meurtre fourmille 
       Et la création se dévore en famille. » (Victor Hugo) 

La nature a inventé l’association criminelle – celle de la meute de loups.
Elle a inventé le racket – celui du parasite envers son hôte.
Elle a inventé l’escroquerie – celle du coucou.
Elle a aussi inventé les pesticides.

L’homme a le sang chaud

Il faut suivre l’exemple de la nature… C’est ainsi que l’agriculture bio s’est lancée, elle aussi, dans la guerre chimique. Chimique, mais naturelle ; le présupposé étant que le brevet de "chimie naturelle" signifierait obligatoirement "sans danger pour l’environnement ni pour l’homme". L'idée est qu'un poison naturel serait un poison "pour de rire"

Sauf que l’amanite phalloïde, très poison naturel, est très poison mortel…

Sauf aussi que les pyréthrines, suc des fleurs des champs, dons de la terre et du soleil, très naturelles et très bio, sont très poison mortel pour presque tout ce qui bouge : les insectes ravageurs évidemment, c’est bien pour cela qu’on les paye, mais aussi les insectes utiles, les insectes pollinisateurs, et aussi lézards, grenouilles, poissons… Bref, elles tuent – mais toujours avec beaucoup de naturel – la plupart des animaux à sang froid. Une étude sur la lutte contre les ravageurs du soja conclut que, comparés aux pesticides synthétiques, les insecticides biologiques sont non seulement moins efficaces, mais ont aussi un impact négatif similaire ou supérieur sur les insectes utiles, la coccinelle par exemple 2.

C'est-à-dire que les pyréthrines bio peuvent annihiler la lutte biologique : ce n'est pas une bonne idée de faire un lâcher d'insectes auxiliaires utiles type coccinelles, puis de se dire "tiens, je vais améliorer mes résultats en faisant en plus un épandage de pyréthrines". Carnage de coccinelles utiles assuré. Mais on ne pourrait pas protester, on est prévenu ; les emballage de ces pyréthrines bio et naturelles comportent les codes de leurs qualités : "Xi" (irritant), "N" (dangereux pour l'environnement), et des mentions en clair telles que « Dangereux. Respecter les précautions d’emploi ».

Les pesticides naturels ne sont pas moins pesticides que les pesticides.

Mais tranquillisons-nous, les pyréthrines ne tuent pas les hommes au sang chaud, et par là je ne fais pas seulement allusion à leur intérêt pour les choses du sexe. Soyons donc rassurés, nous pouvons manger bio sans crainte. Toutefois, il est prudent de se renseigner avant de donner du bio aux animaux de compagnie à sang froid, pour qui en possède – genre poisson rouge, tortue, alligator, boa constrictor, piranha ou requin…

 1 On dit que les Chinois avaient déjà remarqué, il y a deux mille ans, que ces fleurs n’étaient jamais attaquées par les insectes, ce qui paradoxalement leur a mis la puce à l’oreille.

2 Choosing Organic Pesticides over Synthetic Pesticides May Not Effectively Mitigate Environmental Risk in Soybeans – (Choisir des pesticides bio plutôt que des pesticides synthétiques ne garanti pas de diminuer le risque environnemental dans la culture du soja.)
http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0011250

_____________________

D'autres infos sur 

Écologie et environnement, mythe et réalité - ecologie-illusion.fr/

et 
http://ecologieillusion.blog.lemonde.fr/ 


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.