Pierre Yves Morvan
Écolo-sensible, mais pas écolo-rêveur
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

1 Éditions

Billet de blog 18 janv. 2015

La triste histoire de Fortuna, la pomme de terre assassinée par des vandales anti-OGM.

- C'était une brave pomme de terre, entrée en résistance à l'envahisseur mildiou.Bravo ! Et regrets éternels.- La pomme de terre Fortuna résistait au mildiou et aurait permis d'économiser des tonnes de pesticides.Doubles regrets éternels.

Pierre Yves Morvan
Écolo-sensible, mais pas écolo-rêveur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

- C'était une brave pomme de terre, entrée en résistance à l'envahisseur mildiou.
Bravo ! Et regrets éternels.

- La pomme de terre Fortuna résistait au mildiou et aurait permis d'économiser des tonnes de pesticides.
Doubles regrets éternels.

- La pomme de terre Fortuna résultait d'un croisement classique, mais mieux encore, sans les risques d'un croisement classique.
On sait que dans un croisement classique, le génome de la nouvelle variété obtenue est modifié, mais au hasard, d'une façon inconnue et aux effets imprévisibles : un ou des gènes utiles ont été introduits, mais on ne sait où, mais on en sait comment, avec d'autres gènes inconnus, en nombre inconnu. D'où quelques problèmes sanitaires de temps en temps.

Dans le cas de la pomme de terre Fortuna, elle comportait deux gènes de résistance au mildiou venant d'une variété sauvage de pommes de terre sud-américaine ; comme dans un croisement classique. La différence est que ces deux gènes n'avaient pas été introduits au hasard, aux risques du consommateur, comme cela se fait dans les croisements classiques (les croisement classiques ne connaissent pas le principe de précaution.).

Triples regrets éternels.

 - La différence est que ces deux nouveaux gènes de Fortuna avaient été introduits de façon précise et contrôlée, par des techniques OGM.
OGM ? ! Quelle horreur ! Arrière Satan OGM !

C'est ainsi que Fortuna a été assassinée par les vandales anti-OGM

 Pourtant, Fortuna n'était pas un OGM type pâté mi-cheval mi-alouette, un OGM du genre comportant un gêne de bactérie dans un génome de maïs – ce que les vandales anti-OGM refusent, comme étant contraire à leur idolâtrie de la déesse nature, comme d'autres refusent certaines caricatures. Fortuna était un croisement classique entre variétés cousines. Mais un croisement contrôlé, non soumis aux caprices du hasard.

Sans oublier que les OGM sont en outre contrôlés, alors que les variétés dites naturelles, hasardeuses, ne sont soumises à aucun contrôle de toxicité avant leur mise sur le marché. D'où quelques problèmes sanitaires de temps en temps.

Les anti-OGM ont gagné... La pomme de terre Fortuna ne sera pas commercialisée. Des bandes de vandales anti-OGM ont détruit les essais. Le 29 janvier 2013, BASF, le producteur, a retiré sa demande d'autorisation, considérant que « La poursuite des investissements ne peut être justifiée en raison de l'incertitude de l'environnement réglementaire et les menaces de destructions sur le terrain. »

Les anti-OGM ont gagné... et les fabricants de pesticides contre le mildiou se frottent les mains.

 Sur la réduction d'utilisation des pesticides grâce aux OGM : http://ecologie-illusion.fr/OGM_Bt_reduisent_utilisation_des_pesticides.htm

Pierre Yves

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone