Lobbying économique, lobbying idéologique

Un lobbyiste est un "agent d'influence". Qu'il s'agisse d'influence pour des intérêts économiques, ou d'influence pour des intérêts à taux zéro qui ne rapportent rien de matériel, seulement la diffusion de ses convictions.

Lobbyisme, milliards ou médias ?

Un lobbyiste est un "agent d'influence". Un agent qui influence pour des bénéfices économiques, c'est ce à quoi on limite souvent l'idée de lobbying, le lobbying économique. Mais ce peut être également un agent qui influence pour propager ses convictions. Le lobbying peut aussi être la défense et la promotion d’intérêts à taux zéro, qui ne rapportent rien de matériel, seulement la diffusion de ses opinions ; c'est le lobbying idéologique. Lobbying économique ou idéologique, un point commun est que l'un comme l'autre peuvent utiliser des moyens peu honnêtes pour convaincre, la désinformation par exemple.
La défense de la cause animale est un lobbyisme, ou encore l'opposition au nucléaire civil 1. Même un prêtre, un imam, un rabbin, sont des lobbyistes 2 ; eux aussi défendent leurs intérêts, qui ne se comptent pas en euros, mais en âmes conquises. Le Vatican, Jérusalem, La Mecque, en connaissent les taux de change, mais pas la City.

Les activistes de Greenpeace 3, du WWF, etc. eux aussi sont des lobbyistes. Les militants s'indignent du "lobbying des multinationales"... mais les militants aussi sont des lobbyistes !

Le principal outil du lobbyisme, ce n'est pas principalement des valises de dollars, des cadeaux, des pots-de-vin, c'est surtout la parole ; et donc les médias. C'est pourquoi le lobbying idéologique est tout-puissant, car il a la bonne clef, celle des médias. Il n'est pas besoin de milliards, il suffit de montrer patte verte pour que s'ouvrent toutes grandes les portes des télévisions, qui viennent jusque dans nos salons pour faire entendre et réentendre les mêmes militants, répétant jour après jour, inlassablement, leur vérité unique.

C'est ainsi, non par l'argent, non par les arguments, mais par le nombre, par la répétition, par leur omniprésence médiatique, que les militants prennent le pouvoir. Le pouvoir sournois par le contrôle des esprits, le soft power. Pouvoir d'autant plus redoutable que nous n'avons pas conscience d'en être victime – ni donc aucune velléité de résistance ou de révolte. Aucun lobbying économique, aucune société multinationale, aussi riche à milliards soit-elle, ne peut espérer lutter contre la formidable emprise médiatique des écologistes, qui lave les cerveaux plus vert que vert de tout esprit critique ; partout le greenwashing fait rougir le nez de Pinocchio ; partout les partis politiques enfilent des survêtements verts ; on dit même que des militants sont verts dehors mais rouges dedans ; genre pastèque.

A-t-on jamais entendu un chercheur indépendant (indépendant d'idéologie) vanter les qualités des OGM à la télévision ? Ou pire encore, abomination de la désolation !, un représentant de Monsanto interviewé au journal de 20h ? ! A-t-on entendu un reportage soulever des doutes sur la capacité de l'agriculture biologique à nourrir sept milliards de Terriens, bientôt neuf ? ***

Le matraquage médiatique et le soft power sont des mots nouveaux pour exprimer des réalités anciennes. Au Moyen Âge il n’existait ni radio ni télévision, mais il existait aussi efficace peut-être, le prédicateur… De noir vêtu, il tonnait du haut de sa chaire, et faisait autant que télévisions et journaux réunis ; plus peut-être, car on ne pouvait pas zapper le prédicateur, il était la chaine unique. L’envie de zapper devait pourtant être forte, car le programme était toujours le même : "Tout va mal, et c’est de votre faute, votre très grande faute". Le pauvre fidèle écoutait, tête courbée, frissonnant d’effroi dans l’attente des affreux châtiments inéluctables. Savonarole avait terrorisé les Florentins en dépeignant les tourments qui les attendaient en enfer. Jusqu’à ce que les Florentins, excédés, le brûlent place de la Signoria ; zapping ultime. ***

Mais à quoi bon, quand il n’y a qu’une chaîne ? Le même programme revenait inlassablement : la peste ? les hommes responsables 4 ! Les tremblements de terre ? les hommes responsables 5 ! La sécheresse ? les hommes encore !

Heureusement, il y avait une solution : "Tout cela est de votre faute, votre très grande faute, mais maintenant fini de rigoler ! Repentez-vous d’avoir pris du bon temps, faites carême, jeûnez, faites des pèlerinages…"

Aujourd’hui, nous avons laissé d’autres prêcheurs prendre le contrôle de nos esprits. Ils sont verts maintenant, et même si « dans la nouvelle Église de Sciencécologie, il n'y a pas que des Khmers verts et des talibios, des bonimenteurs et des climastrologues » (Olivier Péretié), ils nous servent le même vieux catéchisme : "Tout cela est de votre faute, votre très grande faute, mais maintenant fini de rigoler ! Repentez-vous de vos agapes consuméristes, faites carême de pétrole, utilisez des énergies vertes le vendredi…"

D'autres informations : http://ecologie-illusion.fr/

 

1 le nucléaire militaire ne suscite pas de réaction.

2 Le site "famille chrétienne" est stupéfié de le découvrir :
"L’Église bientôt considérée comme un lobby en France ?" - 2016


« Informations & Pressions […]
Il s'agit ensuite de faire pression sur les décideurs, élus, responsables administratifs ou chefs d'entreprises afin qu'ils prennent mieux en compte ces revendications. […]
Ce
travail de lobbying revêt plusieurs aspects : rencontre avec les collaborateurs des cabinets ministériels, participation aux réunions de concertation avec les administrations centrales, informations et débats avec les élus et les partis politiques, participation aux auditions dans le cadre des commissions parlementaires, confrontations avec les dirigeants d'entreprises. » (http://www.greenpeace.org/france/fr/connaitre-greenpeace/valeurs/ – mars 2014)

4 Si bien illustré par Albert Camus dans le fameux sermon du père Paneloux : « Mes frères, vous êtes dans le malheur, mes frères vous l’avez mérité. »

5 « […] d'où vient que la ville a été ainsi ébranlée, […] il reste bien avéré que cela vient des péchés, de l'avarice, des injustices, des prévarications, de l'orgueil, de la sensualité, du mensonge. » (Homélie prononcée par saint Jean Chrysostome après un tremblement de terre à Antioche vers l'an 400)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.