VOTUTILO (un cousin du GRUFFALO)

Un petit macron prospecte dans un campagne électorale très prometteuse. Un hollande l’aperçoit de son palais de l’Élysée et le trouve bien culotté de venir draguer sur ses terres. * Où vas-tu, joli petit macron ? ...

Un petit macron prospecte dans un campagne électorale très prometteuse. Un hollande l’aperçoit de son palais de l’Élysée et le trouve bien culotté de venir draguer sur ses terres.

- Où vas-tu, joli petit macron ? Viens, je t’invite à faire une synthèse dans mon humble palais. 

- Merci infiniment, monsieur Hollande, mais je ne peux accepter ! J’ai rendez-vous avec un votutilo.

- Un votutilo ? C’est quoi un votutilo ?

- Comment, vous ne connaissez pas le votutilo !

Il a une carapace blindée de papier glacé qui s'érige en barrage contre les extrêmes. Une énorme langue en bois pour parler à la presse. Tous les journalistes l'ont élu meilleur rempart contre la haine.

- Où avez-vous rendez-vous ?

- Ici, près de vos primaires. Et son électorat préféré, c’est le hollandiste cocufié.

- Le hollandiste cocufié, vraiment ? Bon, eh bien, salut p’tit Macron, dit le hollande en hâte. Et il se sauve.

- Pauvre vieux hollande, il ne se rappelle donc pas que le votutilo n’existe pas !

 

Le petit macron continue sa prospection dans la campagne électorale très prometteuse. Un fillon l’aperçoit depuis le poste de police et le trouve bien mal armé coté programme politique. 

- Où vas-tu, joli petit macron ? Viens, je t’invite à débattre dans ma toute petite cabanette que j'ai dans la Sarthe.

- Merci infiniment, monsieur Fillon, mais je ne peux accepter ! J’ai rendez-vous avec un votutilo.

- Un votutilo ? C’est quoi un votutilo ?

- Comment, vous ne connaissez pas le votutilo !

Il a un coffre fort à la place du cœur pour financer meeting et figurants et même ses costumes. Il a du miel qui lui sort du nez, pour attirer les traites de tout bord qu'il cherche à débaucher. 

- Où avez-vous rendez-vous ?

- Ici, au bord du premier tour. Et son électorat préféré, c’est le filloniste écœuré.

- Le filloniste écœuré ? Excusez-moi, mais je dois partir. Salut p’tit macron, dit le fillon précipitamment. Et il s’enfuit.

- Pauvre vieux fillon, il ne se rappelle donc pas que le votutilo n’existe pas !

 

Le petit macron continue sa prospection dans la campagne électorale très prometteuse. Une lepen l’observe depuis un mirador et le trouve bien léger dans les débats publics.

- Où vas-tu, joli petit macron ? Viens, je t’invite à une ratonnade dans mon nouveau bunker.

- Merci infiniment, madame Le Pen, mais je ne peux accepter ! J’ai rendez-vous avec un votutilo.

- Un votutilo ? C’est quoi un votutilo ?

- Comment, vous ne connaissez pas le votutilo !

Il a un Robert Hue tout rouge dans sa main gauche et un Alain Madelin violet dans sa main droite, il n'est ni de gauche ni de droite mais est capable d'avaler l'électorat de George Marchais et de Margaret Thatcher en une seule bouchée.

- Où avez-vous rendez-vous ?

- Ici, sur la rive du second tour. Et son électorat préféré, c’est le lepeniste contestataire.

- Le lepeniste contestataire ? Oh ! Mais j’y pense, je suis attendue. Salut p’tit macron, éructe la lepen avec empressement. Et elle se cache sous son immunité.

- Pauvre vielle lepen, elle ne se rappelle donc pas que le votutil… Oh !

 

Quel est ce monstre avec une carapace blindé de papier glacé et une énorme langue en bois. Il a un coffre fort à la place du cœur et du miel lui sort par les trous de nez. Il a un Robert Hue tout rouge dans sa main gauche et un Alain Madelin violet dans sa main droite.

- Au secours ! A l’aide ! C’est un votutilo !

- Oh ! Un petit macron suisse(*), mon candidat préféré ! gronde le votutilo. Tu seras une bonne réserve de voix, pour un second tour !

- Une réserve de voix ? dit le macron. Ne dites plus jamais ça ! Je suis la terreur de ces élections. Suivez-moi, et vous allez voir, tout le monde abdique devant moi !

- Parfait, dit le votutilo, secoué de rire. Voyons ça ! Passe le premier, je te suis : En marche!(**)

 

Ils marchent un long moment. Tout à coup le votutilo murmure :

- J’entends le crissement de billets de 50€, par ici

- C’est une lepen, dit le petit macron. Bonjour, mon amie !

La lepen regarde du coin de l’œil le votutilo.

- Oh, ciel ! Éructe-t-elle. Salut, p’tit macron.

Et elle se cache dans ses fiches le plus vite possible.

- Vous voyez ? Je vous l’avais bien dit.

- Stupéfiant ! rétorque le votutilo.

 

Ils reprennent leur marche. Tout à coup le votutilo murmure :

- J’entends une messe en latin par là !

- C’est un fillon, dit le petit macron. Bonjour, mon ami !

Le fillon regarde du coin de l’œil le votutilo.

- Mon dieu ! s’écrie-t-il. Salut, p’tit macron.

Et il fuit aussitôt, aussi loin qu’il peut.

- Vous voyez ? Je vous l’avais bien dit.

- Étonnant ! remarque le votutilo.

 

Ils marchent encore. Tout à coup le votutilo murmure :

- Voilà que j’entends un scooter à présent.

- C’est un hollande, dit la petite souris. Bonjour, mon ami !

Le hollande regarde du coin de l’œil le votutilo.

- Au secours gémit-il . Salut, p’tit macron.

Et il s'évapore comme par magie.

 

- Alors, triomphe le macron, vous voyez ? Tout le monde tremble devant moi. Et maintenant j’ai très envie d'un nouvel électorat. Et mon électorat préféré, c’est le votutilo "pour une majorité présidentielle".

- Le votutilo "pour une majorité présidentielle" ! Salut p’tit macron !

Et l’affreuse créature se sauve en courant.

La paix règne après la campagne électorale. Le petit macron, assis sur son trône, travaille tranquillement sa nouvelle rhétorique et de la nécessité de donner une majorité au nouveau roi.

 

Pierre Chouteau 
d'après le Gruffalo de Julia Donaldson et Alex Scheffler

 

Grufallo © Julia Donaldson et Alex Scheffler Grufallo © Julia Donaldson et Alex Scheffler

(*) "Macron suisse" : ça tombe un peu comme un cheveux sur la soupe (alors que tout le reste est clairement très cohérent bien sûr ...) mais c'est pour faire plaisir à ma fille qui adooorrrre les Macrons Suisses au dessert

(**) "En Marche!" : et oui, ca vient de là !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.