Entre politique agricole désastreuse et aide aux victimes de l'Agent Orange :

Un peu plus de 50 ans après les premiers épandages d'Agent Orange/Dioxine (une création Monsanto) par l'armée américaine et leur cortège d'abominations dont sont encore victimes d'anciens combattants — tant vietnamiens, qu'américains ou leurs alliés —, et des enfants qui naissent aujourd'hui jusque dans les troisième et bientôt quatrième générations, le Vietnam ouvre en grand ses portes aux OGM et... remercie Monsanto pour son aide au développement de l'agriculture !

Quand on sait que la principale qualité des OGM, dont les paysans doivent de surcroît acheter les graines chaque année, est, pour les multinationales agro-chimiques- alimentaires qui les brevètent et les commercialisent, de favoriser encore et toujours la vente de pesticides qui connaissent déjà au Vietnam une montée en puissance inquiétante depuis les années 1990, on est obligé de constater "la force de persuasion" de multinationales capables de se faire offrir sur un plateau l'avenir de l'agriculture et de la santé de tout un pays tandis que les insectes et les mauvaises herbes devenant résistants aux poisons censés les éradiquer obligent à une augmentation de la fréquence et de la violence des traitements.

Le Vietnam est malheureusement la vitrine historique des monstruosités sanitaires, génétiques et écologiques engendrées par l'utilisation à grande échelle de l'Agent Orange de 1961 à 1971 pendant la guerre.

L'Agent Orange est un herbicide "militaire", une arme de destruction massive responsable de génocide et d'écocide. Ses déclinaisons "civiles" se font remarquer depuis quelques années en Inde et en Argentine, en particulier, en produisant les mêmes effets que l'original sur la santé des populations (paysans, travailleurs agricoles et leursfamilles, riverains et consommateurs des fruits et légumes ainsi (mal)traités...) et sur l'environnement.

Et c'est à ces OGM, et aux produits phyto-sanitaires particulièrement agressifs contre l'homme et contre la nature qui les accompagnent, dont on admet généralement que seuls environ 0,3% atteignent leur cible par pulvérisation — Quid des 99,7% restants ? —, que le Vietnam semble vouloir se livrer pieds et poings liés.

Un peu partout dans le monde, plus récemment en Europe, des scientifiques, des médecins, des victimes témoignent, preuves à l'appui et au grand dam tant des multinationales incriminées que des instances dirigeantes à Bruxelles pliant sous la pression des lobbies, de maladies maintenant reconnues professionnelles telles que cancers, Alzheimer, maladie de Parkinson ou autisme, annonçant des catastrophes sanitaires de grande ampleur à venir...

---///---

Dans le cadre de la convention signée le 24 janvier 2014 avec la direction générale de VAVA, le FaAOD, représenté par son président et la secrétaire générale (bénévoles voyageant à leurs frais), s'est rendu en septembre à Thanh Hoa pour rencontrer la section VAVA locale et évaluer l'impact du soutien apporté en début d'année — grâce en particulier à la générosité de Hit-Voyages —, à des victimes de l'Agent Orange/Dioxine.

Une aide a été octroyée en février 2014 à six familles sous forme de prêts sans intérêts de 350 euros qui ont permis à de jeunes adultes victimes de malformations de retrouver une vie sociale libérée de la honte de familles qui ont tendance à penser que ces "accidents" sont des punitions du Ciel pour des fautes qu'elles auraient commises, et à les cacher.

Ce sont des prêts à détentes multiples : dans certains cas ils permettent à leurs bénéficiaires de créer une activité qui leur offrira de vivre décemment avant de profiter

à une autre famille après remboursement ; dans d'autres cas, ils seront affectés à l'achat d'une vache ou d'une truie dont les petits seront offerts à d'autres familles, multipliant ainsi de façon exponentielle leurs effets... !

Nos six prêts on été utilisés de la façon suivante :

- Création de trois ateliers d'artisans : menuiserie, briqueterie, serrurerie à même de satisfaire des besoins locaux.

- Achat d'une vache et d'une truie.

- Achat d'une parcelle pour création d'un bassin d'élevage de poissons.

Nous présentons ici le cas d'une famille dont le père, victime directe des épandages d'Agent Orange pendant la guerre, est paralysé depuis dix-huit ans et souffre depuis trois ans de la maladie de Parkinson. Les deux fils, agés d'une trentaine d'années, dont l'un vit avec une jambe atrophyée, et l'autre avec une main sans doigts et des problèmes psychologiques légers, ont créé, avec un prêt sans intérêts de 350 euros, un atelier de menuiserie qui recrute sa clientèle parmi les habitants du village administré par un chef jeune et dynamique. Une part de leurs recettes est directement affectée au remboursement du prêt.

Pierric Le Neveu - le 5 octobre 2014 - www.faaod.fr

article illustré, suivre le lien : https://db.tt/eU4DUgRP

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.