FaAOD, ainsi va la vie de l'association...

FaAOD, ainsi va la vie de l'association...

   Les jours se suivent et...se ressemblent quand, chaque matin, 7 jours sur 7, le FaAOD — dans le cadre de sa mission d'information sur l'Agent Orange, les armes chimiques, les pesticides et leurs chefs d'orchestre zélés, ces OGM dont les graines brevetées et stériles doivent être achetées chaque année, des OGM assoiffés de pesticides créés par des sociétés aussi cupides que dénuées de sentiments humains — livre sur les réseaux sociaux au moins 3 liens vers des articles sélectionnés pour leur actualité et leur pertinence. Avec une audience en constante augmentation...

Site web : www.faaod.fr

Réseaux sociaux :

Facebook : www.facebook.com/faaod.asso

Scoop.it! : www.scoop.it/t/faaod

Twitter : www.twitter.com/plnFaaod

Google+ : https://goo.gl/OBgC9b

Tumblr : http://faaod.tumblr.com/

Pinterest : https://www.pinterest.com/faaod/

   Les jours se suivent et...ne se ressemblent pas, qui nous voient battre le pavé parisien ou les places de banlieues militantes à l'occasion de manifestations destinées à sauver les contours, avant qu'il ne soit trop tard, d'un avenir moins mauvais — à défaut d'être meilleur — pour nos enfants, face à des dirigeants assaillis par des lobbyistes de tout poil à la solde de multinationales toujours plus grosses, toujours plus puissantes, qui finissent par s'approprier, en raison de la passivité ou des conflits d'intérêt de décideurs, une grande partie des clefs du pouvoir. 

   Nous garderons en mémoire, par exemple, que la jeune génération actuelle sera celle qui, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, vivra moins longtemps en bonne santé que celle qui la précède. 

   Il est (presque ?) révolu le temps qui voyait des parents n'avoir d'autre préoccupation qu'un avenir meilleur pour leurs enfants...

   Les jours se suivent et...ne se ressemblent pas, qui nous voient participer à des réunions et à des colloques organisés par des associations composées d'hommes et de femmes qui ne se résolvent pas à admettre ce glissement criminel vers le profit immédiat au détriment des générations futures avec, en toile de fond, ce poison systémique : la corruption. 

   Des accumulations insensées de fortunes aussi vaines que stériles sont construites sur des activités qui détruisent l'homme et son environnement depuis le début de l'ère industrielle. Des fauteurs de guerres, dont celle du Vietnam, prospèrent, qui mirent les talents de l'industrie agrochimique à la disposition de l'armée américaine en fabricant cet herbicide, l'Agent Orange, dont les effets immondes se reproduisent jusque dans les 3ème et 4ème générations comme une guerre sans fin. 

   Une industrie qui vient hélas de prendre en mains, avec la bénédiction du Ministère de l'agriculture, l'activité agricole au Vietnam.

   Une industrie dirigée par des hommes obsédés par le profit immédiat pour des résultats destinés à satisfaire la cupidité de ses actionnaires au mépris total de l'homme et de la planète.

   De quoi sont-ils faits, ces 62 individus qui possèdent aujourd'hui autant que 3,5 milliards des moins bien lotis, et dont une seule partie des intérêts de leurs monstrueuses fortunes suffirait à éradiquer la pauvreté dans le monde ? 

   De quoi est-il fait, ce 1% de la population mondiale (73,6 millions) qui dispose de 50% des richesses de la planète, parce qu'à ses yeux, "il le vaut bien", mais qui est incapable, entre deux voyages dans un paradis fiscal ou "victime" des tracas du luxe "ordinaire", de baisser les yeux, sur ce "petit monde" (7,286 milliards d'hommes et de femmes, quand-même...) silencieux et besogneux qui ne leur inspire que mépris et dégoût ?

   De quoi sont-ils faits, ces hommes et ces femmes qui font de la politique une profession et agissent si souvent, en violation de leurs promesses électorales et de la conscience humaine, au profit des puissances financières qui les ont faits rois ?

   Les jours se suivent et...nous nous appliquons, avec des hommes et des femmes de bonne volonté, des associations d'horizons divers — parce qu'ensemble on est plus forts —, des lanceurs d'alerte qui ont sacrifié leur avenir professionnel à la mise en lumière de faits graves et dommageables pour la société, des magistrats, des députés exemplaires — il en existe quelques-uns —, des agriculteurs conscients de l'impasse dans laquelle ils ont été conduits par cette industrie agrochimique qui les tient en otage, des médias indépendants libres de toute subvention publique et non soumis aux fourches caudines de la publicité, à travailler à un monde meilleur ; un monde meilleur dans le sens où la situation serait pire si personne n'agissait ; un monde livré à la cupidité des hommes et des multinationales, un monde qui vient d'épuiser sa part de ressources naturelles non renouvelables en milieu d'année, un monde "meilleur" pour les générations à venir...

   Le 6 juin 2015, le FaAOD a partagé un stand avec l'association APFSV (Association de Femmes Scientifiques Vietnamiennes), dans le cadre de la journée des Associations d'amitié et de solidarité avec le Vietnam organisée par l'ambassade. Une journée qui a été l'occasion pour le FaAOD de porter à la connaissance de l'Ambassadeur SE Nguyen Ngoc Son et des 60 associations participantes une "Déclaration versus Monsanto" initiée en partenariat avec VietNamitié, APFSV et Ad@ly et suivie d'une rencontre à l'Ambassade du Vietnam le 10 juillet (historique et contenu sont consultables — après la rubrique "suivi du procès de l'Agent Orange en France" — sur cette page : http://www.faaod.fr/260488018).

   Le 27 juin, nous avons participé, au théâtre des Bouffes du Nord, à l'Académie des Savoir-faire qui clôturait un semestre de réflexion évoquant l’importance de la terre dans le développement durable en présence de Claude et Lydia Bourguignon, ingénieurs agronomes qui se sont écartés du discours officiel de l'INRA pour se consacrer à la réfection de sols détruits par les intrants chimiques. Face aux conséquences parfois irréversibles sur les sols, les grands enjeux mondiaux liés à cette ressource ont été abordés, qu’il s’agisse de la dépollution, de la limitation de l’agriculture intensive ou de la lutte contre la pression foncière sur les terres agricoles pour la préservation d’écosystèmes fragiles fondamentaux pour notre planète Terre. 

   Les 26 et 27 septembre 2015, nous avons accueilli, place de la République, l'arrivée du tour Alternatiba qui a vu une équipe de cyclistes pédaler pendant 5600 kilomètres sur les routes d'Europe afin de mobiliser la société face au défi du changement climatique dans lequel, à côté de l'activité industrielle consommatrice d'énergie fossile, une agriculture dominée par une toute puissante industrie agrochimique joue un rôle crucial.

   Le 29 septembre 2015, nous avons participé à un colloque (3ème d'une série consacré à l'alerte éthique depuis le début de l'année) organisé à l'Assemblée Nationale par Sciences citoyennes http://sciencescitoyennes.org/ et Transparency International http://www.transparency-france.org/ en présence, notamment, des députés Charles de Courson, Yann Galut et Michèle Rivasi. Il s'agissait cette fois de la création d'une Maison des lanceurs d'alerte afin d'organiser la protection du lanceur d'alerte agissant aujourd'hui dans l'intérêt de la société à ses seuls risques et périls.

   Le 14 novembre 2015, nous avons participé à Montreuil, au lendemain des attentats du Bataclan et d'établissements avoisinants du 13 novembre, dans le cadre de ce qui aurait dû être la première édition d'un salon du livre des lanceurs d'alerte, mais qui sera finalement fermé sur ordre de la préfecture de police dans l'après-midi, à un colloque organisé par Anticor, Sciences citoyennes et Transparency International avec la participation, parmi d'autres, du juge Éric Alt, président d'Anticor, de la sénatrice Marie-Christine Blandin, de Fabrice Rizzoli, écrivain, spécialiste de la criminalité organisée et des mafias, de la lanceuse d'alerte, le docteur Irène Frachon, de l'avocat William Bourdon.

   Le 29 novembre 2015, pendant la COP 21 (30 novembre au 11 décembre), nous avons participé, boulevard Voltaire, à la Chaine humaine pour un climat de paix, manifestation interdite pour cause d'état d'urgence qui s'est soldée pas des violences suivies de nombreuses arrestations arbitraires sur la place de la République.

   Le 30 novembre 2015, nous sommes allés manifester, au Grand Palais, contre la farce organisée par les multinationales polluantes "sponsors de la COP 21", à l'instar de Total, d'EDF ou d'Engie, qui, soucieuses de verdir leur image, vantent des actions prétendument vertueuses en faveur du climat et de l'environnement. 

   La production de carburant, consommatrice d'énergie fossile de surcroît, sur des terres agricoles, est un exemple préoccupant présenté comme vertueux !

   Les 5 et 6 décembre 2015, Nous avons participé dans le "Village des alternatives" à Montreuil, avec la Confédération paysanne, Attac, et quantité d'associations militantes, à des ateliers de réflexion sur le "zéro déchet" ou sur la promotion d'une agriculture sans pesticides dont nos parents ont été dépossédés par l'industrie chimique après la guerre, mais qui a vu disparaître, au nom d'un illusoire "confort" des exploitants et d'un rendement prétendument amélioré par l'utilisation d'engrais et de pesticides chimiques, les haies et les arbres au milieu des cultures, tuant par la même occasion un écosystème qui protégeait les sols, la biodiversité et les cycles naturels pourvoyeurs d'une alimentation saine et riche en nutriments. Une agriculture productiviste qui tue les sols, fragilise les cultures, les dépouille de leurs qualités nutritionnelles, réclamant, avec l'aide des OGM, toujours plus d'intrants chimiques pour combattre des insectes et des plantes devenus résistants au RoundUp. Un RoundUp omniprésent et triste descendant de l'Agent Orange, provoquant des séquelles physiques et mentales comparables à celles de l'Agent Orange, y compris dans la seconde génération de travailleurs exposés, un phénomène identifié en Argentine, convertie depuis 20 ans à la culture intensive de soja OGM, mais constaté un peu partout dans le monde. En France, le phénomène est victime d'une véritable omerta.

   Le 12 décembre 2015, nous sommes allés soutenir au Champ de Mars, dans le cadre de la COP 21, les associations Alternatiba et Attac, entre autres, dans la lutte pour l'État d'urgence climatique, avec la participation remarquée de Via Campesina. Via Campesina est un mouvement paysan international qui coordonne des organisations de petits et moyens paysans, de travailleurs agricoles, de femmes rurales, de communautés indigènes d'Asie, des Amériques, d'Europe et d'Afrique....et de paysans dépossédés de leurs terres par des multinationales. Via Campesina https://fr.wikipedia.org/wiki/Via_Campesina est soutenue en Europe par la Coordination paysanne européenne ; elle lutte pour la biodiversité, les semences libres et contre les OGM.

   Le 30 janvier 2016, nous avons participé, depuis la place de la République jusqu'au Conseil d'état, à une marche pour l'État d'urgence climatique en compagnie d'Attac, de la Ligue des droits de l'homme et d'organisations syndicales, soit environ 20 000 personnes sous une pluie battante.

   Le 30 janvier, encore, à partir de 20 heures, nous avons assisté à la remise par Anticor www.anticor.org, des prix "Ethique" — attribués à des lanceurs d'alerte — et "Des casseroles" — attribués à des élus mis en examen pour détournement de fonds publics, des élus qu'on trouve aussi en situation de conflits d'intérêt qui les amène à présenter des amendements coûteux en argent public en faveur d'entreprises généreuses à leur endroit, mais catastrophiques pour la santé et le portefeuille du consommateur/contribuable.

***

   Même si nous constatons une prise de conscience et des avancées, elle restent largement insuffisantes par rapport aux enjeux d'avenir de nos enfants, et tout aussi largement combattues par les lobbys. Le FaAOD traque chaque jour à votre intention une actualité appliquée aux effets mortifères de ces produits chimiques, perturbateurs hormonaux, qui s'insinuent dans l'air, dans l'eau, dans les sols et jusque dans nos assiettes ; des produits chimiques qui sont aussi trop souvent des armes. Des produits chimiques qui nous atteignent à cause des comportements délétères d'entreprises et d'élus pour lesquels l'intérêt personnel a trop souvent tendance à prendre le pas sur l'intérêt général. 

   Pesticides et corruption sont deux poisons alliés pour le pire...

   Ainsi va la vie...

 

   Un dernier mot :

   Nous préparons en ce moment notre 3ème campagne d'assistance aux victimes de l'Agent Orange de la province de Thanh Hoa au Vietnam grâce à vos dons et au partenariat FaAOD/HIT-VOYAGES dans le cadre de l'opération "1 euro symbolique"...

 

   Pierric Le Neveu et Thi-Hien Tran - FaAOD - faaod.asso@yahoo.fr - Agent Orange, armes chimiques, pesticides, OGM : Plus jamais ça !

 

   le 5 février 2016.

   Lien vers le document illustré : https://db.tt/5dsX6aYu

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.