Charte de Bruxelles, crimes contre la nature et crimes contre l'humanité...

La culture effrénée du profit immédiat par les multinationales de l'agrobusiness hypothèque (pour beaucoup d'entre nous, adultes, le mal est sans doute déjà fait) notre santé et celle de nos enfants ; donnons une chance à nos petits enfants, à nos descendants en général, de vivre dans un monde "meilleur"... 

La culture effrénée du profit immédiat par les multinationales de l'agrobusiness hypothèque (pour beaucoup d'entre nous, adultes, le mal est sans doute déjà fait) notre santé et celle de nos enfants ; donnons une chance à nos petits enfants, à nos descendants en général, de vivre dans un monde "meilleur"... 
Nous devons obtenir que les dirigeants d'entreprises soient systématiquement tenus pour responsables de leurs actes et amenés à rendre des comptes, qui fabriquent et mettent sur le marché, dans la perspective de profits importants avec souvent la complicité d'autorités sanitaires et politiques, des produits insuffisamment testés aux effets potentiellement dangereux dont les conséquences financières de l'utilisation et les drames humains qu'ils occasionnent sont de surcroît pris en charge par la collectivité. 
Plusieurs organisations internationales, dont l’Association les Anciens Ministres de l’Environnement et Dirigeants Internationaux pour l’Environnement (AME-DIE) ont participé à la rédaction de cet appel qui dénonce "la dégradation croissante de la biodiversité mondiale et l’exploitation excessive des ressources naturelles appelant aujourd’hui à la mise en place de mesures à l’échelle mondiale".
La Charte de Bruxelles, adoptée le 30 janvier, propose l'application de sanctions à l’encontre des responsables d’atteintes à l’Environnement et à la Santé par un Tribunal Pénal Européen de l’Environnement et de la Santé chargé de la traduction juridique effective des atteintes à l’environnement et à la santé et d'une Cour Pénale Internationale de l'Environnement et de la Santé pour définir la catastrophe environnementale comme crime contre l’Humanité, étape ultime de la reconnaissance d’une responsabilité stricte concernant les dommages à l’encontre de nos écosystèmes et des générations futures.

Chartes de Bruxelles, la pétition :

http://iecc-tpie.org/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.