"La télé qui se fout de la télé-réalité" : On n'aura tout vu...?

Ce midi, sur un chaîne privée (à 9 minutes 10 s de la Part 4 (1))..., cryptée pour faire le buzz ("pornographico-footbalistique"), et en claire pour faire de l'audience (ménagère et jeune), suspectée d'être la préférée des "irresponsables" politiques s'y pavanant dans ses divertissements..., et suspecte, par le fait qu'elle appartient à un "grand" groupe, conglomérat dit-on, de ne pas avoir payé tous les impôts sur société qu'elle doit, et depuis un moment, c'est livrée à un exercice périlleux... En effet périlleux était l'exploit de se foutre de son trou de balle..., en se le lorgnant et en se reniflant sa nauséeuse inconsistance, sa dégoulinante et nauséabonde intoxication informative, concurrentielle bien sûr, avec son propre nez creux...

Sur la base d'une inquiétude grandissante de sociologues et autres experts-es reconnus-es en sciences sociales diverses (2), quant à constater l'impacte "dés-intellectualisant" que la télé-réalité produit sur notre jeunesse, sur le public en règle général, alors que celle ci prend une part de plus en plus importante dans les programmes de plus en plus de chaînes (possiblement publiques comprises bientôt), ses "animateurs-trices", ont tenté de se faire les "spin-doctors", voulant se moquer de la non moins "charitable" télé-réalité...

Traiter de cela lors d'un format d'émission assez contestable quand à traiter des sujets de sociétés, de politiques, etc..., sérieusement..., avec gravité pour certains, à l'inverse donc de leurs légèretés, vulgarités souvent en la matière , coutumières quoi..., sans avoir l'air de rien.., sans se pincer le nez quoi..., quant à s'entendre dire des contre-sens, quant à éviter de démonter leurs contradictions..., fut une contorsion intellectuelle qui n'a pas du tromper grand monde...

Car il leur a fallu nous faire oublier en quelques mots..., les innombrables fois ou ils-elles vantèrent sur ce même plateau des programmes aussi débiles que leurs arguments (philosophiques...? N'est-ce pas M. l'agrégé..., Ali Baddou) censés les "glorifier", inciter à les regarder, ne consistaient qu'à quantifier une audience chez les jeunes et le public au sens large... Mais voila quand le rapport qualitatif s'en mêle..., preuve à l'appuie..., ça fait doublement plus mal de se rendre compte que d'avoir reçu à maintes reprises des "célébrités" superficielles, de les avoir "glorifiés"..., d'avoir fait de l'incitation à la "dé-cérébralisation" massive, n'a consisté qu'à faire grimper sa propre audience, fonction du moment... La est la première douleur dans ce constat affligeant démontrant la propre superficialité des thèmes d'actualités qu'ils-elles ont proposé d'aduler... Quant à la seconde douleur, elle est cérébrale, et introvertie. Dans le sens de faire un exercice de contorsionniste "philosophique", en dégueulant sur les autres, mais sans s'éclabousser soi même, sans que le sens du vent nauséabond que l'on veut répandre vous soit renvoyé à la figure...

Quant à la qualité de "l'analyse", "journaliste", et autres absconses, de Ariel Wizman (s'improvisant journaliste...? Étonnant pour un bouffon qui aurait lui aussi fait des études en philosophie) juste avant le compte donné plus haut, sur le sujet de l'ignominie du "jour de colère", je vous laisse juge...!

(M. Domenach..., et les autres...) "Non mais allô quoi..." Vous vous prenez pour qui, en nous prenant pour quoi au juste...?

Lien 1 http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3847-c-la-nouvelle-edition.html
Lien 2 http://www.huffingtonpost.fr/agnes-chauveau/la-telerealite-lopium-des-jeunes_b_4147841.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.