La BOURSE..., ou la VIE...! Maintenant c'est à NOUS de choisir!

Avez vous vu, hier sur ARTE à 20h50 le reportage extrêmement riche...? C'est dans l'abstraction sentimentale de ce terme bien sur..., que je veux parler du titre et du nom visé de cette émission "Goldmans Sachs - La banque qui dirige le monde.", comme dans l’emploi de l'adjectif symboliquement très parlant à un conscient collectif bien perturbé actuellement. Ce film documentaire nous a présenté l'horreur d'une réalité qu'il conviendrait, maintenant qu'un changement prophétisé, l'alternance indissociable de notre démocratie, est/doit arrivé..., de prendre en compte..., dans toute sa mesure, qu'elle nous donne à voir et entrevoir...! Ne pouvant mettre la vidéo en lien direct, je vous invite à la regarder sur le site d'ARTE replay ici

J'ai dévoré ce docu avec autant de fringale que ces rapaces sans foi ni loi! Ces loup...és sans morale ni vergogne, sans complexe ni once d'humanité, formant cet État dans l’État pour mieux se défendre et centraliser leurs pouvoirs, afin de démultiplier leurs leviers dans leurs attaques ciblées et programmées..., savent mieux que quiconque ou se cacher, dans les paradis fiscaux...! Ces soit disant "maîtres du monde", comme ils aiment à le croire, n'existent que parce que la "concurrence", les États et gouvernements, complices directes et indirectes qu'ils corrompent pour les uns et éliminent petit à petit pour les autres..., tolèrent encore qu'un tel monopôle perdure...., derrière le dumping fiscal et social. "Maintenant"... que les peuples prennent connaissance et conscience, petit à petit, de ce déséquilibre provoquant la chute de leur propre philosophie et système économique néolibérale, soit la fameuse concurrence libre et non faussée..., la chape de plomb conditionnant le silence, vient de se lever. Aujourd'hui..., alors que les populations apprennent que leurs gouvernements et hauts dirigeants aidés par certaines institutions s'obstinent, par complaisance et conflits d'intérêts, derrière des tonnes de mensonges pour certains, par fatalisme et impuissance, derrière le flou de programme et cap de gouvernance pour d'autres, à entretenir la concentration d'autant de pouvoirs destructeurs dans les quelques mains des prêcheurs d'un temple de la cupidité alliée à l'avidité financière..., c'est la responsabilité de ces populations de se saisir, avec la force de leur nombre, leurs voix, leurs espaces publics et politiques, de prendre en main leurs destins et d'exprimer clairement auprès des pouvoirs publics leurs refus absolu de laisser cette situation et ce machiavélisme spéculatif et financier détruire leurs existences familiales, professionnelles, sociétales présentes et leurs perceptives d'avenirs. Cela ne tient qu'a nous, notre volonté démultipliée par notre humanité dans tous ses composants, sans aucune discrimination, formant des mobilisations régulières et percutantes, devant toutes nos mairies, conseil régionaux, généraux, Assemblée parlementaire, sénat, etc..., c'est même notre devoir citoyen comme un droit démocratique..., que de faire entendre notre désir de vivre et être ensemble, dans une justice sociale impartiale, dans l'équité du traitement de cette justice judiciaire face à ces monstres aux têtes multiples y échappant trop souvent, dans l'égalité du partage juste des richesses produites par et pour toutes et tous, dans la fraternité qui est mise à mal, piétinée dans cette idéologie stupide de la concurrence, de la compétition, de la loi du plus fort.

Le premier des combats sur les pavés, qui pourrait contenir deux messages en un, est la lutte contre la signature du TSCG, le traité MERKOZY, qui aura bientôt lieu. Ce traité n'est rien d'autre que le point final à une construction Européenne se voulant uniquement monétisée et éliminant, de ce fait, toute tentative démocratique de débattre de cette crise, ses responsables, les creusements exorbitants de nos dettes et déficits publics après les avoir SAUVE in-extrémis ces banquiers et financiers courant après le succès de leur veau d'or "Goldman Sachs". Ce traité a été élaboré en pleine crise économique, budgétaire et financière, alors que nous subissions les attaques des marchés financiers, par le biais de fond d'investissement opaques, toujours et encore planqués, sans réglementation internationales, des coups bas sur nos dettes déjà plombées ont été porté sans aucune retenue. La Grèce n'a pas été la seule à être largement "mal" conseillée par des ex ou toujours en exercice, employés(es) de cette banque ignoble. Vu les nominations sans consensus démocratique, pendant l'instigation et l'institution de ce traité Franco-Allemand présenté comme commun (enfumage de divertissement), de certains personnages à la tête de pays, de la Commission Européenne, et autres postes à très hautes responsabilités, il est légitime, comme le démontre ce reportage, de douter de la sincérité, de l'intégrité obligatoire devant répondre à l'intérêt général d'un ou des peuples, de l'Union Européenne, de la Grèce, l'Italie, etc.... Et donc c'est pour cela qu'il est impératif de demander l'ouverture, soit d'un référendum, soit de débats publics et démocratiquement audibles avec par conséquence, le report de ce vote, soit le vote NON lors de la séance parlementaire, en cas de refus des deux autres propositions...! Un refus ne serait ce que de débattre publiquement, démocratiquement et rapidement, une négation et/ou un déni d'une forte volonté citoyenne de réfléchir ensemble à leur destin commun, maintenant que le changement a eu lieu, de la part de tout dirigeant et responsable politique, ne pourrait qu'être compris et/ou interprété comme étant un soupçon potentiel, voir probable et coupable, d'une complicité envers le cheminement d'une perte de souveraineté budgétaire, en faveur des banques que l'on a grassement sauvées (à coût de chômage de masse, de réduction de nos protections sociales et perceptives d'avenir, du non financement de nos économies réelles, etc...)  sans aucune contre-partie.

Tout comme au début de ce siècle, au cours de la crise de 1929, due à un excès de confiance dans et de la finance spéculative, la compétition de l'ère industrielle s'accroissant et devenant très énergivore, l'aggravation et l'augmentation de la pauvreté, la monté des tensions entre courants idéoligique extrémistes, un certain personnage nommé Franklin Delano Roosevelt a conduit un New Deal, bouleversant..., pour une pèriode de plus de trente ans, la vie géopolitique du monde et des sociétés dites civilisées. Aujourd'hui..., nos dirigeants étant devant un mur quasiment comparable, il leurs appartient d'entendre les citoyennes et citoyens qui portent en eux, la conviction qu'un manifeste (roosevelt 2012), fort de ces signataires et propositions d'urgence, comme celles d'un nouveau Bretton-Woods 2012 et au niveau social et environnemental, un nouveau sommet de Philadelphie appelé Philadelphia 2012..., représentent une autre alternative que la dépendance à vie à une financiarisation déresponsabilisé et déshumanisée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.