De l'affaire Platini à la Fifa, contre l'affaire EUFA dans l'affaire Fifa.

C'est « drôle ». « On entend » parler d'une preuve irréfutable devant disculper Platini dans le fait d'avoir touché « indûment » un salaire soupçonné d'être une tentative de corruption (...corruptrice... ?) ... ! C'est « drôle » que ce document n'ai pas été présenté en preuve formelle, que « l'on n'entendit » pas des le début de l'affaire du rôle de Platini à la Fifa, parler de cette défense...

C'est « drôle ». « On entend » parler d'une preuve irréfutable devant disculper Platini dans le fait d'avoir touché « indûment » un salaire soupçonné d'être une tentative de corruption (salaire pouvant être corrupteur à son tour ?)... !

C'est « drôle » que ce document n'ai pas été présenté en preuve formelle, que « l'on n'entendit » pas des le début de l'affaire du rôle de Platini à la Fifa, parler de cette défense...

D'ailleurs puisqu'il est question dans cette preuve de parler de "on"... de qui l'on parle...? Apparemment il ne s'agit de "nous", à qui pourtant il est demandé de croire à ce qui fut dit et retranscrit, en 1998, dans le document semblant parler que d'un "contrat verbal"... Pourquoi cette information devait nous être inconnue en 1998 et devrait aujourd'hui nous convaincre que le "salaire" n'est pas une tentative de corruption ou autres détournements...?

Combien de nous « ont entendu » aussi, dans leur entreprise par exemple, des promesses verbales patronales, qu'ils-elles attendent encore de voir s'accomplir... ? C'est vrai qu'avec l'air de « l'ubérisation » de « l'économie », et autres 49.3, comme lois et droits cassés et transformés en « contrat », il faut s'attendre à ce qu'un contrat verbal fasse office de document plus formel que l'absence de « contrat écrit »... Du moins cette théorie vaut que pour les hauts salaires et hautes fonctions apparemment. Avec ce genre de promesses "contractuelles" mirifiques et verbales, qui ne serait pas convaincu d'être d'accord avec cette  "base de volontariat" intéressé et intéressante...? A la COP 21, beaucoup y croient d'ailleurs aux promesses "contractuelles"...

Combien d'entre nous « ont entendu » encore, à des élections diverses, des engagements prononcés durant des campagnes, pris par des candidats-es, qui une fois en poste furent peu soucieux-euses de les accomplir... ? Disons que seuls-es les plus crédules « n'ont pas du entendre » la même chose que beaucoup d'abstentionnistes. Ou d'ailleurs. Qui se soucie des ces électeurs-trices démunis-es, instrumentalisés-es derrière leur ferveur "populaire" pour le "foot", souvent qualifiés-es "d'étrangers-ères" suivant quels-les "réfugiés-es" ils-elles recontrent et sont invités-es à craindre... à fantasmer, qui se retrouveront, tôt ou tard, la cible du fhaine une fois "élu" aux pouvoirs locaux ou nationaux...?

Pendant ce temps... Alors que l'affaire Fifa fait grand bruit... « on n'entend » pas parler de l'affaire dans l'affaire... Celle de l’exondation d'impôt de l'UEFA (et pas que... Des sponsors, « joueurs », etc) pour l'Euro2016, d'une institution privée ou siège à sa tête Platini, qui va et vont user jusqu'à abuser des services publics, de nos « biens communs » sans en avoir à payer le prix, sans se sentir redevable à notre citoyenneté, à la solidarité nationale, au vivre ensemble, en faisant des profits colossaux défiscalisés... Et « on entend » parler « d'exemplarité », de « méritocratie »... ?

Quoi que j'ai défendu de longue date, la liberté de l'indépendance de la presse, du droit d'informer comme celui de savoir, et me réjouisse que "l'égalité des droits" fiscaux ai été respecté, que ce combat ai été gagné... il ne faudrait pas que le patronat tant assisté sans contreparties, se prenne à "rêver"que soit "ré-enchanté" l'idée d'une "égalité des droits" fiscaux alignés avec ceux de l'UEFA... Vous ne croyez pas...?

Disons que comme le projet de loi Macron II et les adeptes du 49.3, le rêvent, vue le nombre « croissant » lui... de fraudes fiscales patronales non combattues (« dégrisées »), celles aux cotisations sociales... à la TVA comme pour l'optimisation... ce nombre à effacer qui devient conséquent au vu des déficits cumulés des caisses sociales, dans le contexte d'une austérité « croissante » et d'un « tout sécuritaire » corrélé à « l’État d'urgence », il ne faudrait pas que la « légalisation » des délits fiscaux (l'optimisation, cette « fraude immorale, mais légale », étant l'ouverture de la boite de Pandore) et la "légalisation" des causes (travail non déclaré, trafic de drogue, traite des êtres humains, esclavage d'enfants, etc prostitutions, trafics d'organes, et autres trafics d'armes illégales profitant autant aux « terroristes » qu'à l'industrie de l'armement français, et ses actionnaires, etc) viennent toutes deux « ré-enchanter » la confiance des « marchés », poujadistes, du « ras le bol fiscal », et de "l'économie" (en référence au blog de paul Jorion) etc...Vous ne croyez pas...?

Pierre Juillot.

Post-scriptum : Dans ce cas là seulement... je ne m'abstiens pas de... Merci Mediapart (?) ou "l'aléatoire opportunité", "l'accident" quoi (?), m'ayant permis de pouvoir à nouveau avoir accès à mon ancien compte de blogueur et d'y faire cette publication...

http://www.lemonde.fr/sport-et-societe/article/2015/12/06/une-note-de-1998-relance-l-affaire-platini_4825439_1616888.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.