L'accolade d'Hollande...: Un gage de saint-valentin..?

Mais que symbolise donc une accolade sur-médiatisée...? Question d'autant plus pertinente que ce symbole prend une toute autre dimension qu'une simple accolade entre amis-es, entre frères et sœurs, entre frères et frères et/ou sœurs et sœurs, entre enfants et parents, entre ennemis d'hier... Ici il est question d'un président de la République..., Française, sortant encore ensuqué d'un danceflor Américain, des strass et des paillettes quoi... Il s'agit du chef d'un État démocratique croulant sous le poids d'un retour à la monarchie, par les coups de butoir d'un capitalisme spéculatif cupide et égoïste, même pas combattu, de plus en plus vulgaire, incarné par un patron ayant initié le mouvement appelé à tort des "pigeons"... Car en terme de traduction de la "novlangue" néolibéral..., pigeon veut dire rapace...

Ce symbole est vanté sur l'ensemble des plateaux télé, et ailleurs, comme un signe de réconciliation de ce président assumant avec fierté et cynisme "ironique" sa désincarnation politique. Soit il est question de signifier l’abandon avec pertes et fracas de l'électorat l'ayant fait trôné ou il est, lui et son clan..., en affirmant son "affection" prioritaire pour un patronat qu'il "aurait" offensé... L'offense serait fiscale à ce qu'il parait... Elle serait aussi dans le fait que ce même patronat n'aurait pas apprécié d'avoir eu le "sentiment" d'être dénigré par ce président..., et la société... C'est vrai qu'il est exemplaire...

Mais c'est pas faute d'avoir essayé d'y mettre du fond, dans ses signes affectifs depuis le CICE (qui pèse de manière la plus injuste sur les plus démunis-es par la hausse des taux de TVA) voir même en maintenant les plans d'offres annuels précédents si onéreux, même s'ils n'ont jamais été efficace, de la part de ce président et son clan, passés "maître" dans "l'art" de la trahison (c'est l'exception culturel Française il parait). C'est pas faute non plus d'avoir usé de pouvoir de séduction abusif envers l'électoral pour "plaire" à ce patronat à l'accolade, ayant fuit le fisc Français, avec d'autres aussi. C'est même à coût d'indécents cadeaux fait à leurs entreprises, à leurs portefeuilles personnels, d'outrancières exonérations de cotisations sociales patronales et d'impôts, en plus d'autres privilèges, que les charmes ont été déployé et vendu...

Mais même aux prix de lourds sacrifices d’ailleurs pour les victimes de ce patronat, pour les chômeurs-euses, les familles vivant sous le seuil de pauvreté, les 50% d'actifs non-imposables (ou dit aussi avec moins de 1630 euros/mois) pour cause de salaires trop, d'emploi de plus en plus précaires, etc, présentés dans l'écrin des plans "d'austérité sans fin", la "valeur ajoutée" des cadeaux n'ont pas assez séduit ce patronat. Pourtant c'est pas faute aussi d'y avoir mis de nouveau la forme dans la surenchère d'un nouveau plan d'offre qui va coûter encore plus cher au démunis-es aux abandonnés-es qu'à d'autres... Mais non... C'était pas assez pour ce patronat qui a voulu marquer son territoire, afficher sa victoire dans la lutte des classes...

Il fallait signer, et parapher aux yeux du monde entier ce que certains-es nomment un tournant "social-démocrate", ou encore "social-libéral", quand en fait, si tournant il y a, il n'est bel et bien que la continuité d'une courbe néolibérale de la gestion politico-économico-social du pays... Il fallait montrer qui est le maître à bord, et qu'il a toutes les faveurs du "roi nu"... Quitte à humilier ces victimes... On peut même oser penser que la victoire de ce patronat, sa délectation ne pourrait avoir plus de "saveur" et de "bonheurs", qu'en rajoutant à l'humiliation l'indécence de la parade... Et quoi de mieux que de la faire en un jour, non moins symbolique en matière commerciale, en matière événementielle, que celui de la saint-valentin...? En tout cas, on a échappé au pire, soit à noël...!

Mais n'oublions non plus que ce symbole, cette accolade "offerte" sans retenue et affichée si fièrement, à un de ces patrons "douteux", est celui d'un chef d’État, d'un parti politique ne reconnaissant pas/plus la légitimité de la contribution au bien vivre et être ensemble d'une société, de tout son peuple, en payant le juste prix de tous les impôts directs et indirects, à hauteur de ses moyens, des gains indécents fait sur la misère des autres... Plus loin encore cette accolade se veut marquer les fiançailles de ce parti politique "délité", à ce couple de putains androgynes qu'est cette "mondialisation"....

Et pesant mes mots avec mesure...., je ne peux qu'appuyer le poids de ceux-ci et leurs conséquences en soulignant avec force l’immondice et la vulgarité de cette image d'une "mondialisation"...,  n'existant qu'à l'écran... Car les faits sont plus cruels qu'ils n'y paraissent. Comparable à un couple de vieux et vielles putains fripés-es, adeptes du travestissement juste pour ne pas lasser cette cour d'oligarques s'ennuyant, ce couple transgenre vomis dans les écrans le fantasme d'un monde idéalisé, comme au cinéma quoi... Et d'une parade à l'autre, d'une enchère à une sur-enchère, la "compétitivité" devient leur sport favori... Consistant à vendre jusqu'à leurs enfants, si ce n'est kidnapper, voir en en éliminant au passage, ceux des autres..., aux moins offrant...,  en les affamant..., ce couple de putain se paye ses rentrées, et ses goûts pervers de luxure, à coup de produits de luxes, etc, dans une "jet-set", un "milieu mondain" ou la consanguinité en décime son nombre, et son niveau de moral...

Mais c'est pas demain qu'on verra ce président, la déliquescence de ce couple même..., leurs  soutiens, avoir autant de marques d'affections tant en "nature" qu'en "espèce", tant en paroles qu'en actes, dans un programme politique et non dans un traitement individualisé ..., envers ces démunis-es cités-es plus haut..., et pas que leurs enfants pour faire le buzz...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.