Pierro Juillot
Technicien dessinateur/ Chômeur. Dit aussi Pierro Sanslalune.
Abonné·e de Mediapart

289 Billets

2 Éditions

Billet de blog 16 nov. 2012

Un crédit d'impôt révolving pour l'emploi...?

Pierro Juillot
Technicien dessinateur/ Chômeur. Dit aussi Pierro Sanslalune.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qui ne connaît pas la définition du crédit révolving, dit aussi crédit permanent... ? En voici une qui date de mars de cette année. Jusque avant le crack financier de 2008, l'état était lui même rentré dans cette logique de paiement de taux d'intérêts plus que massifs, depuis déjà près de 30 à 40 ans, suivant l'angle d'expertise. Ces crédits consistaient à permettre à l’État de trouver sur les marchés financiers, toujours eux, l'argent lui manquant pour répondre à notre bien vivre et être ensemble, établi constitutionnellement. Mais ce dernier, girouette par excellence, a toujours eu tendance à se débrider pour des intérêts pas toujours généraux, généreux que pour certains-es même, tantôt sur la droite et maintenant la gauche de l'échiquier politique français. Il y a eu des abus de toutes parts, ça c'est sur; pour des raisons plutôt discutables, ça c'est aussi certain. Des créanciers-ières d'abord, électeurs-trices aussi..., devenant créditeurs-trices usuriers-ières auprès des institutions étatiques, lorsque celles ci « obligées », quand à elles..., sacralisées sous l'égide d'un gouvernement d'une alternance bipartite, concentraient certaines dépenses excessives sur des exonérations massives de l'employabilité des bas salaires, par exemple, ces prêteurs-euses ont bien profité de la hausse tant des dettes publiques que de leurs taux d'intérêts. Une des conséquences est tristement visible. Je la nommerais « électoraliste » et à lire ici..., et peut se résumer à ; près de la moitié, soit en 2009 (les chiffres de 2012 devant être encore pire, quoique qu'avec le gèle socialiste des barèmes d'imposition … ?) 43,6% des foyers fiscaux et donc des personnes en activité ne gagnaient pas assez pour payer l'impôt sur le revenu..., mais elle payaient les taxes diverses. De fait, mécaniquement, les gouvernements successifs se coupaient ainsi d'un cruel manque de recette, en creusant toujours plus les déficits publics et en jonglant à la marge sur des mesurettes épongeant quelque peu ces pertes. Mais à l'époque..., les crédits certes permanents..., se diluaient aussi dans toutes les autres fonctionnalités de nos règles de vie commune. Aujourd'hui, sous une nouvelle religion appelée « compétitivité », alors qu'une autre règle, que j'appelle « la règle du veau d'or des 3 % puis 0,5 % du déficit», nous oblige encore plus à réduire notre endettement « excessif »..., une nouvelle arme est brandie, puis braquée. Après avoir fait ce qu'il est commun de dire maintenant, la privatisation des profits, on nous a fait gober ces oursins épineux de la socialisation des pertes privées, sous la peur de l'effondrement systémique, accroissant, de fait, notre dette publique de plus d'un tiers depuis 2008. C'est sous la contrainte de ce néo-dogme de la compétition, du chacun pour soi et ce néo-dieu argent « pas pour tous-tes bien sur», que nous voici avec ce revolver pointé sur nos têtes donc..., pour nous faire accepter, dans ce changement de l'ère du temps, d'être, nous le peuple, les créditeurs de nos propres emplois....? Part le biais de cette appellation modernisée, de nouvelles exonérations des cotisations patronales de nos protections sociales, vont se voir, avec nos deniers publics, nos impôts et taxes lourdement puis chèrement payés pour certains-es, transformer en crédits..., au nom de la « préservation » de l'emploi. Mais pour le patronat, c'est pas assez et c'est l'emploi qui est aussi coupable en l'état. Et donc il exprime son désir, en plus de casser le code du travail, en présentant la logique que c'est moins cher ailleurs, il invective à grand renfort de médias de "messe" qu'il y a urgence. Sauf qu'il oublie de dire qu'ailleurs, dans la part du PIB, ces protections sociales et le reste de nos services publiques, ces investissement sur le long terme, ne sont pas inclus. Quand à la création d'autres emplois, suivant l'évolution des négociations actuelles, il pourrait l'envisager, au conditionnel pour le verbe..., mais sans contrôle sur les faits, bien sur... ! Mais dans cette néo-équation de l'employabilité...., il manque un facteur qui a toujours été prédominant et qui s'y retrouve étrangement absent. Je parle de ces banques, de ces créanciers, qui jusque là..., ont toujours financé, par intérêt, voir très grands intérêts..., notre économie réelle. Je parle aussi de ces institutions financières de ces grandes entreprises créant et détruisant des emplois, suivant la direction du vent..., sous le flou des lois aussi abstraites que cette tête européenne couronnée du prix Nobel d'une paix hypothétique, alors qu'elle encense une guerre économique des peuples les uns contre les autres... ! Mais qui détient cette argent roi...? La plus grande partie de ces pharaoniques capitaux, tant nécessaire pour entretenir la mécanique grippée de cette société mondialisée, lancée à toutes vitesse dans une course à toujours plus de profits à court terme..., sur le dos des sociétés et des vies humaines se gérant, quand à elles, sur le long terme, n'est elle pas stockée là où l'économie réelle est absente... ? Mais que font tant les experts médiatiques, les politiques divers, etc..., de ces données, quand ils prétendent aborder la complexité de l'employabilité dans une économie mondialisée...?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Yannick Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean
Journal — France
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy